Préfaces d'origine

Préface de 1547

Sa très excellente Majesté le Roi, sur le conseil prudent de son très cher oncle Edward, Duc de Somerset, gouverneur de la personne de Sa Majesté et protecteur de tous Ses domaines, possessions et sujets, ainsi que le reste de son très honorable Conseil, considérant les énormités manifestes qui se sont infiltrées dans les domaines de Sa Grâce par le pouvoir faux et usurpé de l'évêque de Rome et des doctrines erronées de ceux qui le suivent, ont entraîné non seulement la grande décadence de la religion chrétienne, mais aussi (n'était la miséricorde divine) la destruction complète d'innombrables âmes, qui, par un enseignement hypocrite et pernicieux, ont été séduites et détournées du service du seul vrai Dieu, vivant, éternel, de l'accomplissement des commandements de Dieu au profit des bonnes œuvres et de fantaisies inventées par des hommes, et de la vraie religion pour une superstition papiste ; considérant aussi le désir sérieux et fervent de Ses bien-aimés sujets d'être délivrés de toute erreur et superstition, et d'être droitement et fidèlement instruits de la Parole de Dieu, cette nourriture vivante de l'âme humaine par laquelle elles peuvent apprendre sans feinte et selon la pensée du Saint-Esprit, exprimés dans les Écritures, d'honorer Dieu et de servir leur Roi en toute humilité et soumission, et de se comporter pieusement et honnêtement envers tous les hommes; et rappelant encore à la mémoire que la voie la plus directe pour expulser, éviter tout comportement corrompu, vicieux et libertin, aussi bien que toute doctrine erronée tendant à la superstition et à l'idolâtrie, et de mettre clairement de côté tout le désordre ayant jusqu'à présent régné à cause de la diversité dans la prédication, est l'affirmation et la proclamation de la Parole de Dieu, qui est le guide principal de toute piété et vertu ; finalement, que tous les curés, quelle que soit leur formation, puissent avoir quelques leçons inspirées et fructueuses prêtes à lire et à proclamer à leurs paroissiens pour leur édification, leur instruction, et leur consolation ; ceci est la cause de la création et de l'édition d'un livre d'homélies contenant certaines exhortations pieuses et saines, propres à inciter le peuple à honorer et à louer le Dieu Tout-Puissant, de le servir diligemment, chacun selon son grade, son état et sa vocation. Lesquelles homélies Sa Majesté a commandées et imposées à tous vicaires, curés et toutes autres personnes chargées de cure spirituelle, chaque dimanche de l'année, à la Sainte Communion, quand le plus de monde se réunit, pour les lire et déclarer à leurs paroissiens, ouvertement et distinctement, dans l'ordre où elle apparaissent dans le livre ; sauf si un sermon doit être prêché, et seulement pour ce motif et pour aucun autre, la lecture de la dite homélie sera reportée au plus proche dimanche suivant. Et quand le susdit livre d'homélies est entièrement lu, il plaît à Sa Majesté le roi qu'il soit répété encore et encore comme il était d'abord prescrit, jusqu'à nouvel ordre de Sa Grâce.

Sa Majesté ordonne que les dits ecclésiastiques, le premier jour férié tombant un jour de semaine, chaque trimestre de l'année, lisent ses injonctions au peuple, ouvertement et distinctement, dans la forme et de la manière déjà exprimées. Et chaque jour férié et dimanche de l'année, comme les jours fériés tombant en semaine, ils réciteront le Notre-Père, les Articles de notre Foi et les Dix Commandements en anglais, ouvertement, devant tout le peuple, ainsi qu'il spécifié dans les dites injonctions, que toutes les classes et tous les âges apprennent à connaître Dieu et à Le servir selon sa Sainte Parole. Amen.

_____ 

Préface de 1562

Considérant combien il est nécessaire que la Parole de Dieu, qui est l'unique nourriture de l'âme, et la très excellente lumière qui doit éclairer notre chemin, dans notre très périlleux pèlerinage, doit être prêchée au peuple en tout temps convenable, afin qu'ils apprennent à la fois leurs devoirs envers Dieu, leur Prince et leurs prochains, selon la pensée du Saint-Esprit exprimée dans les Écritures, et aussi pour éviter les énormités manifestes qui se sont introduites jusqu'ici dans l'église de Dieu par une fausse doctrine ; et que tout les ministres du culte n'ont pas suffisamment le don de prêcher afin d'instruire le peuple qui leur est confié, d'où peuvent surgir de grands inconvénients comme le maintien de l'ignorance si un remède honnête n'est pas rapidement trouvé et fourni ; Sa très excellente Majesté la Reine, soumettant la santé des âmes de ses sujets aimants et l'apaisement de leurs consciences aux principaux points de la religion chrétienne, et voulant aussi par une véritable proclamation et exposition de la Parole de Dieu - qui est le principal guide pour toute piété et vertu - de chasser et éradiquer tout comportement corrompu, vicieux et irrévérencieux, comme les doctrines erronées et empoisonnées tendant à la superstition et à l'idolâtrie, a, de l'avis de ses très honorables Conseillers, et pour s'en acquitter en son propre nom, ordonné qu'un livre d'homélies, édité par son très aimant frère, un Prince de très vénérée mémoire, Edward VI, soit réimprimé, contenant certaines exhortations saines et pieuses propres à porter le peuple à honorer et à louer le Dieu Tout-Puissant et à Le servir, chacun selon sa classe, son état et sa vocation.

Sa Majesté ordonne et charge tous les vicaires, curés et toutes les autres personnes chargées de cure spirituelle, chaque dimanche et jour de fête de l'année, au moment de la Sainte Communion, ou s'il n'est pas procédé à la Sainte Communion ce jour-là, aussitôt après l'Évangile et le Credo, dans l'ordre et à la place assignés dans le Livre de la Prière Commune, de lire et déclarer à leurs paroissiens, clairement et distinctement, une des dites homélies, dans l'ordre où elles apparaissent dans le livre, sauf s'il y a un sermon selon qu'il est enjoint dans le livre des injonctions de Son Altesse, et seulement pour ce motif et pour aucun autre, la lecture de la dite homélie devant être reportée au dimanche ou jour férié suivant. Et quand le dit livre d'homélies est entièrement lu, il plaît à Sa Majesté qu'il soit répété encore et encore, de la même manière que devant.

De plus, Son Altesse ordonne que, nonobstant cet ordre, les dits ecclésiastiques liront les injonctions de Sa Majesté aux moments et dans l'ordre indiqués dans le livre, et que la prière du Seigneur, les Articles de la foi et les Dix Commandements soient lus ouvertement au peuple, ainsi qu'il est spécifié dans les dites injonctions, afin que tout son peuple, de quelque classe ou condition qu'ils soient, apprenne comment invoquer et en appeler au Nom de Dieu, et sache les devoirs qu'il doit à Dieu et aux hommes, de façon qu'ils puissent prier, croire et travailler en connaissance de cause, pendant qu'ils sont en vie ici-bas, et après cette vie avec Celui qui nous a tous rachetés par son Sang. À qui, avec le Père et le Saint-Esprit, soient tout honneur et toute gloire, éternellement. Amen.