Lazare et le mauvais riche.

SERMON pour le 1er dimanche après la Trinité

_

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Très Révérend Jerry Levon OGLES,

Docteur en Théologie et Évêque Métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

.

Combien d’entre nous vivront assez longtemps pour être confrontés à la mort ? Voyons voir … TOUS ! Et après ?

.

Le texte d’aujourd’hui parle de deux hommes de caractères opposés. En réalité, il s’agit d’environ trois hommes : L’homme riche, Lazare et Abraham. Seuls les noms de deux d’entre eux sont mentionnés – Abraham et Lazare – parce que ce sont les seuls noms de valeur éternelle transcrits dans le Livre de Vie de l’Agneau. L’homme riche n’a pas besoin de nom en enfer.

.

Bien que cette parabole (qui est peut-être un événement réel) soit destinée à nous tous, Jésus l’a principalement dirigée vers les prédicateurs riches et puissants de son époque qui convoitaient L’ARGENT. Croyez-vous que la nature du cœur de l’homme ait changé depuis ce jour ?

.

Jésus venait de raconter une parabole sur un autre riche intendant qui utilisait son argent pour satisfaire Mammon en partageant la richesse. Les pharisiens se tenaient debout et se moquaient de lui : « Or les Pharisiens aussi, qui étaient avares, entendaient toutes ces choses, et ils se moquaient de lui » (Luc 16.14). Jésus a donc raconté cette parabole. Dans combien d’églises pouvez-vous entrer aujourd’hui sans entendre un plaidoyer surabondant pour l’ARGENT ?

.

La Sainte Bible a beaucoup à dire sur les richesses et sur Jésus-Christ, qui est la Parole de Dieu incarnée, et ajoute ceci à un grand volume de commentaires sur les richesses : « Ne vous amassez point des trésors sur la terre, que les vers et la rouille consument et que les larrons percent et dérobent. Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni les vers ni la rouille ne consument rien, et où les larrons ne percent ni ne dérobent. Car où est votre trésor, là sera aussi votre cœur » (Matthieu 6.19-21) ; « Éloigne de moi la vanité, et la parole de mensonge ; ne me donne ni pauvreté ni richesses, nourris-moi du pain de mon ordinaire. De peur qu'étant rassasié je ne te renie, et que je ne dise : Qui est l'Éternel ? De peur aussi qu'étant appauvri, je ne dérobe, et que je ne prenne [en vain] le nom de mon Dieu » (Proverbes 30.8-9) ; « Alors Jésus dit à ses Disciples : En vérité, je vous dis qu'un riche entrera difficilement dans le Royaume des cieux. Je vous le dis encore : Il est plus aisé qu'un chameau passe par le trou d'une aiguille, qu'il ne l'est qu'un riche entre dans le Royaume de Dieu. Ses Disciples ayant entendu ces choses s'étonnèrent fort, et ils dirent : Qui peut donc être sauvé ? Et Jésus les regardant, leur dit : Quant aux hommes, cela est impossible ; mais quant à Dieu, toutes choses sont possibles. » (Matthieu 19.23-26).

.

En décrivant un autre homme riche, le Christ parle de Zachée : « Et [Jésus] étant entré dans Jéricho, allait par la ville. Et voici un homme appelé Zachée, qui était principal péager, et qui était riche » (Luc 19.1-2) ; mais Zachée a également été sauvé malgré ses richesses tandis que Dives (l’homme riche dans le texte d’aujourd’hui) a été condamné.

.

Notre Évangile pour aujourd’hui provient du 16ème chapitre de l’Évangile de saint Luc, à partir du verset 16, nous donnant une image de la récompense de ceux qui ne considèrent que les richesses et les objets de valeur, et un pauvre mendiant qui place sa confiance en Dieu seul ; toutefois, le chapitre commence par un autre homme riche : « Il y avait un homme riche qui avait un économe, lequel fut accusé devant lui comme dissipateur de ses biens » (Luc 16.1).

.

« Or il y avait un homme riche, qui se vêtait de pourpre et de fin lin, et qui tous les jours se traitait splendidement. Il y avait [aussi] un pauvre, nommé Lazare, couché à la porte du [riche], et tout couvert d'ulcères ; et qui désirait d'être rassasié des miettes qui tombaient de la table du riche ; et même les chiens venaient, et lui léchaient ses ulcères. Et il arriva que le pauvre mourut, et il fut porté par les Anges au sein d'Abraham ; le riche mourut aussi, et fut enseveli. Et étant en enfer, et élevant ses yeux, comme il était dans les tourments, il vit de loin Abraham et Lazare dans son sein. Et s'écriant, il dit : Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, qui mouillant dans l'eau le bout de son doigt, vienne rafraîchir ma langue ; car je suis grièvement tourmenté dans cette flamme. Et Abraham répondit : Mon fils, souviens-toi que tu as reçu tes biens en ta vie, et que Lazare y a eu ses maux ; mais il est maintenant consolé, et tu es grièvement tourmenté. Et outre tout cela, il y a un grand abîme entre nous et vous ; tellement que ceux qui veulent passer d'ici vers vous, ne le peuvent ; ni de là, passer ici. Et il dit : Je te prie donc, père, de l'envoyer en la maison de mon père ; car j'ai cinq frères, afin qu'il leur rende témoignage [de l'état où je suis] ; de peur qu'eux aussi ne viennent dans ce lieu de tourment. Abraham lui répondit : Ils ont Moïse et les Prophètes ; qu'ils les écoutent. Mais il dit : Non, père Abraham, mais si quelqu'un des morts va vers eux, ils se repentiront. Et Abraham lui dit : S'ils n'écoutent point Moïse et les Prophètes, ils ne seront pas non plus persuadés, quand quelqu'un des morts ressusciterait. » (Luc 16.19-31).

.

Le Christ peint une scène réelle de deux modes de vie différents, sur la même toile :

1. Il esquisse d’abord le contraste entre Dives et Lazare dans la vie, un contraste très impressionnant car le peintre ne réunit pas ses deux figures des extrémités opposées de la terre, ou même de l’est et de l’ouest de la même ville seulement. Lazare haletant à l’ombre du portail et de la draperie pourpre de Dives se déplace derrière les fleurs et les feuillus de la cour et dans le hall au-delà, il pourrait être vu par les passants, du même point de vue ; il n’y a donc pas d’explosion d’idéalisme excentrique qui conduit le peintre à mettre deux de ces figures sur une même toile.

2. Le Christ peint maintenant un autre contraste, un contraste qui ne traite pas des choses qui sont visibles et temporelles, mais avec les choses qui sont invisibles et éternelles. Le contraste est repris au-delà de la tombe, mais les chiffres sont transposés. Le monde d’après a son contraste bien spécifique.

3. Un contraste de caractères opposés sous-tend cette image. On nous parle peu du mendiant au-delà du contraste de caractère implicite dans le nom choisi pour le décrire : Lazare ou « Dieu mon aide ». L’homme riche s’est détourné de Dieu et s’est tourné vers lui-même ; le mendiant s’est détourné de lui-même et tourné vers Dieu.

.

Notez les vérités illustrées ici :

1. Une expérience commune nous attend tous – riches et pauvres – : l’expérience de la mort !

2. Quand la mort nous sort de cette vie, nous n’avons ni richesses ni acclamations.

3. Une différence de destinée attend les perdus et ceux qui ont confiance en Dieu.

4. Nos Noms (ou identités) ne sont importants qu’en Dieu.

5. Il y a une différence dans l’honneur et l’amour de ceux qui meurent en Christ.

6. Nous sommes tous conscients de notre condition dans l’au-delà.

7. Ceux qui sont au ciel ne peuvent pas voir l’Enfer.

8. Ceux qui sont en Enfer peuvent voir le Ciel

9. Il ne peut y avoir de moyen de transport entre le Ciel et l’Enfer.

10. Si nous ne croyons pas au plein conseil de Dieu, nous ne pouvons pas venir à Dieu.

.

Quelles leçons tirons-nous de cette parabole de notre Seigneur ?

1. Ce qui semble le plus précieux dans cette vie peut être le moins précieux, ou sans valeur du

Tout, dans le Ciel.

2. Nous devons nous aimer les uns les autres : « Maître, lequel est le grand commandement de la Loi ? Jésus lui dit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée. Celui-ci est le premier et le grand commandement. Et le second semblable à celui-là, est : Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 22.36-39) ; « Je vous donne un nouveau commandement, que vous vous aimiez l'un l'autre, [et] que comme je vous ai aimés, vous vous aimiez aussi l'un l'autre. En ceci tous connaîtront que vous êtes mes Disciples, si vous avez de l'amour l'un pour l'autre » (Jean 13.34-35).

3. Nous ne pouvons emporter aucune richesse de ce monde, dans l’autre.

4. Nous devons déposer nos richesses d’amour, d’obéissance et de piété à la Banque de Dieu.

5. Nous devons assurer notre salut tant que la vie demeure. « Ainsi donc étant ouvriers avec lui, nous vous prions aussi que vous n'ayez point reçu la grâce de Dieu en vain. Car il dit : Je t'ai exaucé au temps favorable et t'ai secouru au jour du salut ; voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut » (2 Corinthiens 6.1-2).

6. Ce ne sont pas les miracles qui convainquent : « … ils ne seront pas non plus persuadés, quand quelqu'un des morts ressusciterait ».

7. Si nous ne décidons pas de ce jour et de cette heure, nous pouvons être perdus en tant qu’homme riche et tomber en enfer. « Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous soulagerai. Chargez mon joug sur vous, et apprenez de moi parce que je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos de vos âmes. Car mon joug est aisé, et mon fardeau est léger » (Matthieu 11.28-30).

Quand ? MAINTENANT !

Pourquoi ? POUR SE REPOSER !

Quoi ? La Vie éternelle ! Avec la Sainte Communion :

« Et Jésus leur dit : En vérité, en vérité je vous dis, que si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et ne buvez son sang, vous n'aurez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair, et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est une véritable nourriture, et mon sang est un véritable breuvage. Celui qui mange ma chair, et qui boit mon sang demeure en moi, et moi en lui. Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je suis vivant par le Père ; ainsi celui qui me mangera, vivra aussi par moi. C'est ici le pain qui est descendu du ciel, non point comme vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; celui qui mangera ce pain, vivra éternellement. Il dit ces choses dans la Synagogue, enseignant à Capernaüm » (Jean 6.53-59).

.

Quel pain mangez-vous ? Le Pain du Ciel, ou le pain frelaté et corrompu qu’offre le monde ?

C’est maintenant le moment.