DEUX MAÎTRES ?

SERMON pour le 15ème dimanche après la Trinité

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Révérendissime Jerry Levon OGLES,

Docteur en Théologie et Évêque Métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

« Nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre ; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre ; vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. C'est pourquoi je vous dis : Ne soyez point en souci pour votre vie, de ce que vous mangerez, et de ce que vous boirez ; ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus ; la vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Considérez les oiseaux du ciel ; car ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni n'assemblent dans des greniers, et cependant votre Père céleste les nourrit ; n'êtes-vous pas beaucoup plus excellents qu'eux ? Et qui est celui d'entre vous qui puisse par son souci ajouter une coudée à sa taille ? Et pourquoi êtes-vous en souci du vêtement ? Apprenez comment croissent les lis des champs ; ils ne travaillent, ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même dans toute sa gloire n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Si donc Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui est aujourd'hui [sur pied], et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas beaucoup plutôt, ô gens de petite foi ? Ne soyez donc point en souci, disant : Que mangerons-nous ? Ou que boirons-nous ? Ou de quoi serons-nous vêtus ? Vu que les Païens recherchent toutes ces choses ; car votre Père céleste connaît que vous avez besoin de toutes ces choses. Mais cherchez premièrement le Royaume de Dieu, et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne soyez donc point en souci pour le lendemain ; car le lendemain prendra soin de ce qui le regarde ; à chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6.24-34).

.

Notre Seigneur, dans son Sermon sur la montagne, nous enseigne qu’un croyant ne peut pas être divisé dans sa foi. Il ne peut pas parcourir le chemin juste et étroit qui mène au ciel, et le chemin méchant appelé la voie large qui mène à la destruction, en même temps. Il reste devant nous, comme à l’époque de l’Arche de Noé, une porte ouverte. C’est une invitation au Salut. Quiconque peut y entrer par la foi au Seigneur Jésus-Christ. Il n’y a pas de place dans l’Église de Dieu pour la duplicité. Si nous désirons conserver notre ancien libre arbitre, alors nous retenons aussi les conséquences de nos péchés ; mais, si nous abandonnons nos volontés au Christ et acceptons Sa volonté pour nos vies, alors nos vies (pensée, parole et action) seront dirigées d’en haut, et non des profondeurs de l’Enfer. Jésus commence donc aujourd’hui en nous disant que nous ne pouvons pas servir deux maîtres. Étant donné que le maître a toute autorité sur son subordonné, une telle perspective d’avoir deux maîtres est logiquement impossible.

.

« Nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre ; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre ; vous ne pouvez servir Dieu et Mammon ». Dieu n’est pas divisé dans Sa souveraineté – Il est soit le souverain de nos âmes, soit c’est la chair qui est ce souverain. On ne peut pas aller dans les deux sens. Notre chair lutte constamment pour obtenir l’ascendant, mais une ferme confiance dans les douces bénédictions et la direction du Saint-Esprit donne à l’âme la victoire, dans la voie juste. Que notre Maître soit célibataire, et que ce Maître soit le Doux et aimant Maître de Galilée – le Seigneur Jésus-Christ ! Il est absolument impossible de servir deux maîtres. Christ doit être notre tout, ou rien du tout. Le feu est un serviteur précieux, mais un maître monstrueux et destructeur. Choisissons le Maître qui est plus grand que celui qui est dans le monde.

Sommes-nous inquiets pour demain ? À qui demain appartient-il ? N’est-ce pas à Dieu Tout-Puissant ? S’il est votre Seigneur, vous n’avez pas à vous soucier des provisions pour la journée. Il a fourni notre demeure pour notre confort et notre abri, Il a préparé le Pain du Ciel pour notre subsistance, et Il a tissé une Robe blanche et soyeuse pour notre vêtement. Quel avantage y a-t-il à s’inquiéter ? La simple inquiétude changera-t-elle le résultat ? Notre Seigneur a été conduit dans le désert pour subir les épreuves et les tentations du diable. Il y est allé sans nourriture pour que nous puissions être nourris. Il y est allé sans boisson pour que nous puissions avoir la pleine coupe de Ses bénédictions. Il a vaincu le diable dans le désert de ce monde. Pourquoi nous attardons-nous dans le désir de regarder en arrière, vers ce désert du péché ?

.

« C'est pourquoi je vous dis : Ne soyez point en souci pour votre vie, de ce que vous mangerez, et de ce que vous boirez ; ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus ; la vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? ». « N’y a-t-il pas assez de pain, et au-delà, dans la maison de mon Père ? » (Fils prodigue). Nous avons été invités à un somptueux dîner à la Maison du Roi. Apporterons-nous avec nous notre pain de la terre rassis et mou, alors qu’Il aura préparé la meilleure cuisine du Ciel ? Allons-nous trimballer nos eaux de la fontaine empoisonnée quand Il aura fourni l’Eau pure de la Vie pour notre santé ? N’y pensez même pas !

.

Jésus attire notre attention sur la provision que Dieu a faite dans la nature pour chaque créature. Ne pourvoit-Il pas à leurs besoins ? Quelle est la source de nourriture pour le jeune veau, le bébé agneau, le frêle poney qui vient de naître ? Il a fourni un moyen dans la nature pour que chacun d’entre eux prospère en santé et en nutrition. C’est une source ininterrompue d’abondance.

.

« Considérez les oiseaux du ciel ; car ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni n'assemblent dans des greniers, et cependant votre Père céleste les nourrit ; n'êtes-vous pas beaucoup plus excellents qu'eux ? ». Je me demande souvent où vont les moineaux quand les nuages éclatent en un déluge. Ils retournent joyeusement dans les arbres après la pluie. Où se sont-ils cachés pendant la tempête ? Ils dépendaient de la protection et des soins de Dieu invisibles à nos yeux. Ils ne s’inquiètent pas de la récolte ni des semis, mais ils prospèrent selon le plan parfait de Dieu. Un moineau a beaucoup moins de valeur pour Dieu que le couronnement de Sa Création : l’Homme. Alors, pourquoi craignons-nous l’échec et que nous périssions faute de nourriture, de vêtements ou d’abri ?

.

Nous sommes créés à l’image de Dieu. Pourquoi devrions-nous entacher cette image en tatouant nos personnes ou, plus important encore, nos âmes, avec des marques déviantes et des signes vulgaires ? Pouvons-nous nous rendre plus grands que ce que Dieu nous a faits ? (Peut-être, si vous considérez que l’alimentation immodérée et l’obésité sont une croissance). Mais Dieu nous a faits comme notre Créateur. Notre seule croissance peut avoir lieu lorsque nous grandissons davantage comme Lui, en abandonnant notre libre arbitre et en prenant sur nous l’Esprit et la Volonté de Christ..


« Et qui est celui d'entre vous qui puisse par son souci ajouter une coudée à sa taille ? » Plutôt que de nous agrandir par l’effort, nous devenons plus petits. Ce n’est que lorsque nous permettons à Dieu de faire grandir nos cœurs, nos esprits et nos corps que nous pouvons grandir dans l’amour et la grâce.

.

Notre monde d’aujourd’hui est rempli de stress et d’anxiété. Le cœur des hommes leur manque parce qu’ils cherchent les choses qui viennent sur la terre. La raison nous enseigne que 95% de ces choses qui occupent nos esprits anxieux ne se réalisent jamais. L’inquiétude n’était donc qu’une ruse du diable pour distraire nos cœurs et raccourcir nos vies.

.

« Et pourquoi êtes-vous en souci du vêtement ? Apprenez comment croissent les lis des champs ; ils ne travaillent, ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même dans toute sa gloire n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Si donc Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui est aujourd'hui [sur pied], et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas beaucoup plutôt, ô gens de petite foi ? ». Les lys sont beaux au-delà de toute mesure, mais, malgré notre art, les seuls lys que nous pouvons créer sont sans amour. Mais Dieu les habille, non seulement de beauté, mais d’une vie exubérante ! Un cadavre peut être revêtu de robes de soie, mais c’est en vain, car il reste mort. Mais Dieu habille le Lys mieux que Salomon n’a pu se vêtir, et la vie que Dieu a donnée au Lys est une caractéristique innée de Sa grâce pour la plus petite des créatures. L’herbe a un vêtement adapté à sa vie, mais elle n’a qu’une courte portée pour courir, et elle est foulée aux pieds, se flétrit, et elle est emportée par le vent. Craignez-vous que le même Dieu qui pourvoit au moineau, au Lys, et à l’herbe des champs ne puisse pas subvenir à vos besoins dont la valeur dépasse de loin tout cela ? L’âme de l’homme est éternelle, qu’elle soit destinée au Ciel ou à l’Enfer, tandis que les moineaux, l’herbe et les lys n’existent que pour le présent comme des robes de beauté pour couvrir la terre. Notre foi est-elle si petite que nous ne parvenions pas à reconnaître que la sollicitude de Dieu est suffisante pour notre préservation ?

.

Alors, quel conseil notre Seigneur donne-t-il pour notre fragilité et nos doutes ? « Ne soyez donc point en souci, disant : Que mangerons-nous ? Ou que boirons-nous ? Ou de quoi serons-nous vêtus ? Vu que les Païens recherchent toutes ces choses ; car votre Père céleste connaît que vous avez besoin de toutes ces choses ». Si le fils ou la fille chrétien s’inquiète, tout comme ceux qui ne connaissent pas Dieu, quel est l’avantage d’être un fils ou une fille de Dieu ? Un prince ou une princesse se préoccupe-t-il de ses provisions de base dans la vie ? Notre Père, et Roi des Rois, n’est-il pas capable de fournir toutes choses selon Ses « richesses, dans la gloire » ? Croyons-nous que Dieu soit incapable de voir notre besoin ? Peut-être ne voyons-nous que nos DÉSIRS, alors que Dieu voit notre BESOIN ! Nous n’avons pas besoin de nous préoccuper des préoccupations mondaines si nous plaçons Dieu en premier dans toutes nos pensées, paroles et actions. Si notre priorité en toutes choses est Dieu et Sa volonté, nous n’aurons plus de temps pour l’inquiétude et les vaines poursuites de chimères.

.

Notre Seigneur donne la solution à tous nos problèmes avec Son conseil de conclusion pour le texte d’aujourd’hui : « Mais cherchez premièrement le Royaume de Dieu, et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne soyez donc point en souci pour le lendemain ; car le lendemain prendra soin de ce qui le regarde ; à chaque jour suffit sa peine. ». À ceux d’entre vous qui subordonnent timidement leurs devoirs envers Dieu à vos obligations envers l’État et la société, Jésus trace une ligne claire : Nous ne cherchons pas à plaire aux gouvernements ou à la société dans des philosophies politiquement correctes, mais à DIEU ! Sa volonté prime sur toute puissance terrestre, que ce soit le gouvernement américain ou tout autre gouvernement. Nous observons une hiérarchie et plaçons le gouvernement de Dieu au-dessus de tout autre gouvernement. En Amérique, nous avons des lois locales, étatiques et fédérales. Le pouvoir ultime ne prédomine-t-il pas en droit ? Et même au sein du gouvernement fédéral, nous avons une séparation des pouvoirs qui doit être respectée afin qu’aucune entité n’ait un pouvoir absolu, même à la tête du gouvernement fédéral. Mais Dieu est le Faiseur de Loi ultime. Sa loi prime sur toute loi de l’homme. Trop de croyants aujourd’hui ont adhéré au mensonge d’une séparation de l’Église et de l’État. Que cela signifie-t-il ? Cela signifie-t-il que la morale religieuse ne peut pas influencer l’État, ni même être mentionnée en référence à celui-ci ; ou que l’État peut dicter chaque détail de la foi religieuse ? Si la foi chrétienne n’est pas la base du gouvernement, alors le gouvernement s’immiscera et sera l’arbitre de la foi chrétienne... C’est aussi simple que cela ! Dieu fournira TOUT ce dont nous avons besoin tant que nous Le considérerons au-delà de toute autre considération.

.

Il y a un grand mal dans notre présent. Nous devons nous attaquer à l’ennemi qui s’occupe de nous, plutôt que de nous occuper d’ennemis envisagés qui pourraient surgir demain. Le monde est MÉCHANT, aujourd’hui. Le seul jour dont sommes assurés dans cette vie est AUJOURD’HUI. Allez combattre cet ennemi de nos âmes qui se présente à l’avant-garde de la bataille et ne vous inquiétez pas du renforcement de l’ennemi pour demain. Si nous gagnons la bataille actuelle, la méchanceté ne se renforcera pas. Combattez aujourd’hui et prenez en main la nouvelle menace telle qu’elle se présente. Dieu est avec le vaillant et vrai serviteur pour mener ses batailles pour lui. Tenez-vous aux côtés de Dieu et aucune puissance moindre ne pourra s’approcher. « Mais cherchez premièrement le Royaume de Dieu, et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne soyez donc point en souci pour le lendemain ; car le lendemain prendra soin de ce qui le regarde ; à chaque jour suffit sa peine. ».

.

Quelles sont vos priorités aujourd’hui ? Vos premières pensées d’éveil sont-elles consacrées à Dieu et à la recherche de Sa volonté pour vous AUJOURD’HUI ? Ou donnez-vous de l’espace dans votre cœur à des soucis inutiles qui volent l’espace dans votre cœur qui devrait être réservé à Dieu ? Cherchez-vous la justice ou laissez-vous les choses aller comme elles veulent ? Si vous placez votre confiance dans le Seul qui peut ordonner non seulement votre vie, mais aussi votre âme, vous serez dans de bonnes mains à coup sûr. Ne faites pas dépendre vos intentions de justice des événements de demain. Faites ce qui est juste, et Dieu veillera au reste ! Il est le grand Capitaine de votre âme ; pas la société, pas Mammon, et pas le gouvernement. Lorsque vous vous approcherez du grand Trône Blanc à la fin de tous les temps, vous préoccuperez-vous des décisions de la Cour suprême ou des actes du Congrès ? Vous pouvez me faire confiance – ils ne seront pas présents dans ce lieu saint.