DES FUNÉRAILLES PROVISOIRES

SERMON pour le 3ème dimanche après Pâques.

_

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Très Révérend Jerry L. OGLES,

Docteur en Théologie et évêque métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

COLLECTE : « Dieu tout-puissant, qui montres la lumière de la vérité à ceux qui sont dans les ténèbres de l’erreur, afin qu’ils rentrent dans la voie de la justice ; accorde à tous ceux qui sont admis dans la communion de la Religion du Christ d’éviter tout ce qui est contraire à leur profession, et de faire tout ce qui y est conforme ; par notre Seigneur, Jésus-Christ. Amen. ».

.

ÉVANGILE : « Dans peu de temps, vous ne me verrez point ; et après un peu de temps, vous me verrez : Car je m'en vais à mon Père. Et quelques-uns de ses Disciples dirent entre eux : Qu'est-ce qu'il nous dit : Dans peu de temps, vous ne me verrez point ; et un peu de temps après vous me verrez, car je m'en vais à mon Père ? Ils disaient donc : Que signifient ces mots : Un peu de temps ? Nous ne comprenons pas ce qu'il dit. Et Jésus connaissant qu'ils le voulaient interroger, leur dit : Vous demandez entre vous touchant ce que j'ai dit : Dans peu de temps, vous ne me verrez plus, et un peu de temps après vous me verrez. En vérité, en vérité je vous dis, que vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira ; vous serez, dis-je, attristés ; mais votre tristesse sera changée en joie. Quand une femme accouche, elle sent des douleurs, parce que son terme est venu, mais après qu'elle a fait un petit enfant, il ne lui souvient plus de ses douleurs, à cause de la joie qu'elle a de ce qu'elle a mis un homme au monde. Vous avez donc aussi maintenant de la tristesse ; mais je vous reverrai encore, et votre cœur se réjouira, et personne ne vous ôtera votre joie. Et en ce jour-là vous ne m'interrogerez de rien. En vérité, en vérité je vous dis, que toutes les choses que vous demanderez au Père en mon Nom, il vous les donnera » (Jean 16.16-23).

.

L’homélie funèbre de notre Seigneur par Lui-même.

Les homélies funèbres sont souvent tristes. Si l’homélie est faite pour un Chrétien véritable, alors la tristesse n’est pas de mise ; cependant, les survivants vont néanmoins pleurer pendant un certain temps la perte d’un ami ou d’un proche. L’homélie funèbre de notre Seigneur est unique en son genre, car elle précède la mort du sujet, et elle est prononcée par celui qui doit mourir. Plutôt que de pousser à la tristesse et aux pleurs, c’est un sermon qui encourage à la joie de la foi. Il a été délivré la nuit où le Seigneur fut trahi, et prononcé par Lui. Plutôt que d’énumérer Ses miracles de toutes sortes, le Seigneur est conscient de ce que Son témoignage est sûr et de ce qu’Il n’a pas besoin de faire Son testament ; cependant, Il est également conscient de la douleur intense que Ses disciples vont ressentir au moment de Sa crucifixion. Leur peine sera mêlée de crainte et de peur. Il Lui est impossible de leur faire prendre pleinement conscience de ce qui est sur le point d’arriver, car une telle chose ne s’est jamais produite auparavant, et ne se produira plus jamais ensuite. Il faut donc en conclure que Christ leur donne ici des conseils qui leur permettront de comprendre ce qui va arriver, mais plus tard.

.

Ce qui produit de la joie chez un enfant de Dieu provoque toujours la tristesse des gens du monde. En revanche, ce qui réjouit le monde est presque certainement une cause de déception pour un Chrétien engagé. Jésus souligne clairement ce point dans notre Évangile du jour : « En vérité, en vérité je vous dis, que vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira ; vous serez, dis-je, attristés ; mais votre tristesse sera changée en joie ». Le Psaume console le croyant : « la lamentation loge-t-elle le soir chez nous ? Le chant de triomphe y est le matin » (Psaume 30.5). Jésus explique qu’Il sera séparé des disciples la nuit même. Il sera crucifié et enseveli. Durant ces trois jours, ils ne Le verront pas, mais ensuite, ils Le verront. Il aura été au Paradis avec le bon larron repentant, et Il aura vaincu la mort et l’enfer. Il les reverra après Sa résurrection et avant Son ascension vers le Père, dans le Ciel. Il faut noter que rien ne précise que Jésus soit monté au Ciel avant d’avoir accompli Sa mission terrestre de vie, de mort et de résurrection.

.

Il y a des points de convergence étonnants entre les textes prescrits pour aujourd’hui par le lectionnaire. Le Psaume indiqué fait ressortir les nombreuses et fascinantes facettes expliquées par Christ. Le Psaume d’aujourd’hui est le Psaume 68.1-20, qui révèle ces vérités, cohérentes avec les écrits du Nouveau Testament :

.

1. « Que Dieu se lève, et ses ennemis seront dispersés, et ceux qui le haïssent s'enfuiront de devant lui » (Psaume 68.1). N’est-ce pas ce qui est arrivé au Matin de la résurrection ?

.

2. « Mais les justes se réjouiront et s'égayeront devant Dieu, et tressailliront de joie » (Psaume 68.3). Jésus n’a-t-Il pas dit qu’ils se réjouiraient en Le voyant ressuscité ?

.

3. « Ô Dieu ! Quand tu sortis devant ton peuple, quand tu marchais par le désert ; la terre trembla, et les cieux répandirent leurs eaux à cause de la présence de Dieu, ce mont de Sinaï [trembla] à cause de la présence de Dieu, du Dieu d'Israël » (Psaume 68.7-8). Christ ne nous a-t-Il pas précédé dans la mort de façon à ce que nous qui prenons chaque jour notre croix pour Le suivre, nous puissions aussi Le suivre dans Sa résurrection ? « Car puisque la mort est par un seul homme, la résurrection des morts est aussi par un seul homme. Car comme tous meurent en Adam, de même aussi tous seront vivifiés en Christ. Mais chacun en son rang, les prémices, c'est Christ ; puis ceux qui sont de Christ [seront vivifiés] en son avènement » (1 Corinthiens 15.20-23). La terre n’a-t-elle pas tremblé lorsque Christ est mort sur la croix ? Oui, en effet, selon Matthieu 27.51, la terre a effectivement tremblé et la puissance des Cieux a déchiré le Voile du Temple du haut en bas, ce que nul homme ne pouvait faire. Cela a ouvert le Saint des Saints à tous ceux qui se jettent au pied du trône de la grâce et de la miséricorde.

.

4. « La montagne de Dieu est un mont de Basan ; une montagne élevée, un mont de Basan. Pourquoi l’insultez-vous, montagnes dont le sommet est élevé ? Dieu a désiré cette montagne pour y habiter, et l'Éternel y demeurera à jamais » (Psaume 68.15-16). Le mont de Basan est un autre nom du mont Hermon, où se trouve la source du Jourdain (un autre type de Christ). Mais Christ a été crucifié sur une autre montagne : Le Calvaire. Tout comme les eaux rafraîchissantes coulent sur les pentes du mont Hermon jusque dans les eaux vivifiantes du Jourdain, le sang qui donne la vie de Christ coule depuis cette fontaine abondante du sang répandu des veines de l’Emmanuel. Bien que toutes les dénominations ecclésiastiques l’apprécient, ce cantique composé par William Cowper est un favori des frères Baptistes : https://youtu.be/B4bLXkpXaq0

Il est une fontaine remplie du sang coulant des veines d’Emmanuel ;

Et les pécheurs qui y plongent y perdent toutes leurs taches coupables.

Y perdent toutes leurs taches coupables, y perdent toutes leurs taches coupables ;

Et les pécheurs qui y plongent y perdent toutes leurs taches coupables.

.

Le larron agonisant s’est réjoui de voir cette fontaine de son vivant ;

Et c’est là que tout vil que je fusse, je me suis lavé de tous mes péchés.

Je me suis lavé de tous mes péchés, je me suis lavé de tous mes péchés.

Et c’est là que tout vil que je fusse, je me suis lavé de tous mes péchés.

.

Cher Agneau mourant, Ton précieux sang ne perdra jamais son pouvoir

Jusqu’à ce que l’Église de Dieu, rançonnée, soit sauvée et ne pèche plus.

Soit sauvée et ne pèche plus, soit sauvée et ne pèche plus.

Jusqu’à ce que l’Église de Dieu, rançonnée, soit sauvée et ne pèche plus.

.

Par la foi, je vois encore le flot de sang alimenté par Tes blessures,

L’amour rédempteur est mon sujet, et le restera jusqu’à ma mort.

Et le restera jusqu’à ma mort, et le restera jusqu’à ma mort ;

L’amour rédempteur est mon sujet, et le restera jusqu’à ma mort.

.

Alors par un cantique doux et noble, je chanterai Ton pouvoir salvifique,

Quand ma pauvre langue reposera dans la tombe, silencieuse.

Reposera dans la tombe, silencieuse, reposera dans la tombe, silencieuse ;

Quand ma pauvre langue reposera dans la tombe, silencieuse.

.

Seigneur, je crois que Tu as préparé, malgré mon absence de tout mérite,

Une récompense gratuite pour moi, payés par le sang : Une harpe d’or !

Encordée et accordée pour l’éternité, et formée par la puissance divine,

Pour faire sonner nul autre nom que le Tien aux oreilles de Dieu le Père.

.

5. Pour quelle œuvre notre Seigneur fut-Il séparé de Ses disciples par la mort ? « Tu es monté en haut, tu as mené captifs les prisonniers, tu as pris des dons [pour les distribuer] entre les hommes, et même entre les rebelles, afin qu'ils habitent [dans le lieu] de l'Éternel Dieu » (Psaume 68.18). Christ n’a-t-Il pas accompli cette prophétie pendant qu’Il gisait dans la tombe ? « C'est pourquoi il [est] dit : étant monté en haut il a amené captive une grande multitude de captifs, et il a donné des dons aux hommes. Or qu'il est monté, qu'est-ce [autre chose] sinon que premièrement il était descendu dans les parties les plus basses de la terre ? Celui qui est descendu, c'est le même qui est monté au-dessus de tous les Cieux, afin qu'il remplît toutes choses » (Éphésiens 4.8-10). Quoi que nous préférions croire à un mensonge sensationnel, nous devons croire le Seigneur « Mais que Dieu soit véritable, et tout homme menteur » (Romains 3.4). Contrairement aux histoires sensationnelles et lucratives des gens qui ont visité l’enfer et le Ciel et reviennent nous en parler, nous devons accepter la Parole de Dieu indéniable : « Car personne n'est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, [savoir] le Fils de l'homme qui est au ciel » (Jean 3.13). C’est un choix : Croire ou ne pas croire. Mais douter de la Parole de Dieu met notre âme en péril.

.

Nous en avons une belle confirmation avec Paul : « Car nous savons que si notre habitation terrestre de [cette] tente est détruite, nous avons un édifice de par Dieu, [savoir] une maison éternelle dans les Cieux, qui n'est point faite de main d’homme. Car c'est aussi pour cela que nous gémissons, désirant avec ardeur d'être revêtus de notre domicile, qui est du Ciel : Si toutefois nous sommes trouvés vêtus, et non point nus. Car nous qui sommes dans cette tente, nous gémissons étant chargés ; vu que nous désirons, non pas d'être dépouillés, mais d'être revêtus ; afin que ce qui est mortel, soit absorbé par la vie. Or celui qui nous a formés à cela même, c'est Dieu ; qui aussi nous a donné les arrhes de l'Esprit. Nous avons donc toujours confiance ; et nous savons que logeant dans ce corps, nous sommes absents du Seigneur ; car nous marchons par la foi, et non par la vue. » (2 Corinthiens 5.1-7). Christ nous a devancés et Il nous mène sur la voie de notre résurrection à la vie éternelle ; Il nous a préparé non seulement une place, mais aussi de quoi couvrir notre nudité ; ce même Jésus qui est mort pour nos péchés et est ressuscité le troisième jour pour l’amour de nous : « Parce que la charité de Christ nous unit étroitement, tenant ceci pour certain, que si un est mort pour tous, tous aussi sont morts ; et qu'il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent, ne vivent point dorénavant pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. » (2 Corinthiens 5.14-15).

.

Jésus a scellé Son témoignage, Sa dernière volonté et Son testament de Son propre sang. Quel homme oserait ajouter quoi que ce soit à ce témoignage divin, par des livres ou des prétentions fictives ? Écoutez le sombre avertissement des Cieux contre les inventions humaines contraires à l’Écriture : « Or je proteste à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce Livre, que si quelqu'un ajoute à ces choses, Dieu fera tomber sur lui les plaies écrites dans ce Livre. Et si quelqu'un retranche quelque chose des paroles du Livre de cette prophétie, Dieu lui enlèvera la part qu'il a dans le Livre de vie, dans la sainte Cité, et dans les choses qui sont écrites dans ce Livre » (Apocalypse 22.18-19). Je prie que nul lecteur de ce sermon ne risque la perte de son âme en méprisant délibérément la vérité.