CELUI QUI TE TOUCHE...

SERMON pour le 4ème Dimanche après l'Épiphanie

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Très Révérend Jerry L. OGLES,

Docteur en Théologie et évêque métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

COLLECTE : "Ô Dieu qui sais que les dangers qui nous environnent sont si grands et si nombreux, que nous ne saurions demeurer toujours fermes en raison de la fragilité de notre nature ; revêts-nous de la force, et nous couvre de la protection dont nous avons besoin, pour nous soutenir dans tous les périls, et nous faire surmonter toutes les tentations ; par Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen".

.

EVANGILE : "Et quand il fut descendu de la montagne, de grandes troupes le suivirent. Et voici, un lépreux vint et se prosterna devant lui, en lui disant : Seigneur, si tu veux, tu peux me rendre net. Et Jésus étendant la main, le toucha, en disant : Je le veux, sois net ; et incontinent sa lèpre fut guérie. Puis Jésus lui dit : Prends garde de ne le dire à personne ; mais va, et te montre au Sacrificateur, et offre le don que Moïse a ordonné, afin que cela leur serve de témoignage. Et quand Jésus fut entré dans Capernaüm, un Centenier vint à lui, le priant, et disant : Seigneur, mon serviteur est paralytique dans ma maison, et il souffre extrêmement. Jésus lui dit : J'irai, et je le guérirai. Mais le Centenier lui répondit : Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ; mais dis seulement la parole, et mon serviteur sera guéri. Car moi-même qui suis un homme [constitué] sous la puissance [d'autrui], j'ai sous moi des gens de guerre, et je dis à l'un : va, et il va ; et à un autre : viens, et il vient ; et à mon serviteur : fais cela, et il le fait. Ce que Jésus ayant entendu, il s'en étonna, et dit à ceux qui le suivaient : En vérité, je vous dis que je n'ai pas trouvé, même en Israël, une si grande foi. Mais je vous dis que plusieurs viendront d'Orient et d'Occident, et seront à table dans le Royaume des cieux, avec Abraham, Isaac et Jacob. Et les enfants du Royaume seront jetés dans les ténèbres de dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors Jésus dit au Centenier : Va, et qu'il te soit fait selon que tu as cru. Et à l'heure même son serviteur fut guéri." (Matthieu 8.1-13).

.

Deux affections physiques différentes sont traitées ici : la lèpre et la paralysie ; et ce sont deux expressions différentes de la foi. Notre Seigneur Jésus-Christ vient de prononcer le sermon le plus exhaustif et significatif de tous les temps (le Sermon sur la montagne). Sur la montagne, il a prononcé les paroles de la justice, mais il descend maintenant au niveau des gens du commun, où ils vivent, travaillent se réjouissent et souffrent, sont affligés et réconfortés. Comme chaque mot de l'Écriture, ces versets nous montrent un autre aspect merveilleux de la nature de Christ et de sa magnanimité.

.

"Et quand il fut descendu de la montagne, de grandes troupes le suivirent". Christ s'est souvent élevé sur une montagne pour prier et pour enseigner. La prière vise toujours le Ciel. Enseigner l'Évangile se fait toujours à partir d'un point de vue surélevé par rapport au discours ordinaire. Mais après notre prière et notre prédication, nous devons toujours redescendre vers les soucis quotidiens de la vie et apprendre à attendre la réponse de Dieu à nos prières en appliquant la prédication de l'Évangile aux circonstances de la vie quotidienne. L'air de la montagne peut bien être clair et pur, mais quand nous descendons dans la vallée, nous y trouvons les odeurs déplaisantes des maux et des échecs humains.

.

"Et voici, un lépreux vint et se prosterna devant lui, en lui disant : Seigneur, si tu veux, tu peux me rendre net". Remarquez la façon dont le lépreux s'approche de Christ. Le lépreux est VENU jusqu'à l'endroit où se trouvait le Christ. Nous ne pouvons pas abaisser Christ à notre lieu de débauche et de péché ; nous devons nous lever et aller à Lui pour tous nos besoins, et surtout pour notre besoin se Salut. Et nous ne pouvons pas nous approcher de Christ avec impudence et irrévérence ; nous devons d'abord Le louer par nos prières, avant de formuler nos demandes. Le lépreux est venu en louant Jésus. Ceci est confirmé par la phrase "Que Ton Nom soit sanctifié" dans la prière du Notre Père.

.

"Seigneur, si tu veux, tu peux me rendre net". Le lépreux ne présume pas que Christ va lui offrir la lune, mais qu'Il va faire preuve de compassion et de grâce. Il était bien connu que Christ voulait que tous ceux qui venaient à Lui soient guéris. Le lépreux expose simplement son fait, lequel est assez évident, et en l'exposant, il anticipe sur la réponse de Christ.

.

"Seigneur, si tu veux...". Ici, le mot "si" est une clause de style, car Christ voulait toujours que les lépreux soient purifiés, annulant ainsi l'œuvre répugnante de Satan qui ne vise qu'à faire du mal. "... tu peux me rendre net". Ceci est un simple constat de fait. Le lépreux ne doutait pas une seconde que, si Christ le voulait, Il pouvait le purifier ; mais il ne doutait pas non plus que Jésus voulait effectivement qu'il soit purifié. Ceci est l'essence même de la foi et de l'espérance.

0

Avant d'avancer plus loin, revoyons la nature de la lèpre et sa similitude avec le péché :

1. Le péché, comme la lèpre, laisse sa victime dans l'incapacité d'améliorer sa condition ; cela le conduira fatalement à la mort finale.

2. Le péché, comme la lèpre, sépare les impurs de ceux qui sont purs. Le pécheur est impropre pour le Ciel et pour la société des gens purs et saints.

3. Le péché, comme la lèpre, est contagieux. Les gens avec qui nous nous associons ont une influence néfaste sur notre désir de justice.

4. Le péché nous constitue. Ses manifestations extérieures ne sont que les effets d'un mal qui imprègne toute notre personne.

5. La tendance à pécher, comme la lèpre, est héréditaire. Notre premier géniteur commun, Adam, a contracté ce mal par sa désobéissance, au jardin d'Éden. Sa propension à pécher est devenue constitutive de notre condition humaine, par héritage.

6. Le péché, comme la lèpre, est trompeur. Cela ne se voit pas toujours, comme dans l'enfant magnifique de parents lépreux, mais avec le temps, les signes de la maladie débilitante vont progressivement apparaître chez l'enfant.

7. Le péché, comme la lèpre, ne connaît aucune limitation géographique.

8. La lèpre, à l'époque de Christ, était une maladie incurable par les médecins. Et c'est encore aujourd'hui le cas du péché.

9. Le péché, comme la lèpre, ne provoque pas immédiatement la souffrance et la mort.

Au moment même où Adam a goûté le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, il a COMMENCÉ à mourir. En fait, son sort fut scellé dans l'instant.

.

La lèpre se caractérise par des déformations physiques et une odeur pestilentielle. La plupart d'entre nous se sentiraient mal à la simple vue d'un lépreux. Cela rend l'action de Christ encore plus étonnante et remarquable : "Et Jésus étendant la main, le toucha". Ceci nous paraît un geste anodin, au premier abord, mais rappelons-nous qu'aucun être humain en bonne santé n'a osé toucher ce pauvre lépreux depuis des années, depuis qu'il a contracté la lèpre. La plupart d'entre eux souffrent autant du manque d'amour que des effets physiques de la maladie. Comme ils sont misérables et seuls ! Jésus était le premier et le seul homme qui ait daigné TOUCHER ce lépreux. Le lépreux a dû ressentir ce geste de compassion comme une caresse.

.

"Et Jésus étendant la main, le toucha..." Il nous touchera aussi si nous allons à Lui. "... en disant : Je le veux, sois net". Aussitôt, la puissance du Ciel a commencé à couler dans les veines du lépreux et à le purifier de sa lèpre. Le mot "incontinent" [aussitôt : sans qu'on puisse le contenir, le retenir] signifie-t-il quelque chose pour vous ? "... et incontinent sa lèpre fut guérie.". La guérison s'est opérée, non pas par étapes progressives ni, dans un délai même bref, mais IMMÉDIATEMENT !

.

" Puis Jésus lui dit :Prends garde de ne le dire à personne ; mais va, et te montre au Sacrificateur, et offre le don que Moïse a ordonné, afin que cela leur serve de témoignage.". Bien que nous soyons guéris et pardonnés de tous nos péchés aux yeux de Dieu, nous avons toujours la responsabilité de faire connaître notre guérison à ceux que nous croisons sur les chemins de la vie. En conseillant au lépreux "de ne le dire à personne", Jésus démontre l'impossibilité de garder pour soi une grâce aussi merveilleuse. Imaginez la réaction de la famille et des amis en voyant leur lépreux guéri... Avez-vous gardé pour vous, dans le silence, votre pardon et votre guérison par Christ, au moment de votre Salut ?

.

"Et quand Jésus fut entré dans Capernaüm, un Centenier vint à lui, le priant, et disant : Seigneur, mon serviteur est paralytique dans ma maison, et il souffre extrêmement". Et voilà qu'un païen exerçant le métier des armes, avec quelque autorité car il était Centenier, vient à Jésus. En tant que chef de guerre, cet homme était accoutumé à être respecté et à garder un maintien fier. Mais son cœur loyal laissait paraître un sentiment affectueux sous une apparence guerrière. Ce Centenier met de côté sa fierté et son ego de classe en venant supplier Jésus - même pas pour lui-même - mais pour son serviteur. Ceci dénote une âme noble et compatissante qui contraste avec son métier et sa vocation. Jésus ne faisait pas de distinction entre les races et les classes sociales.

.

"Jésus lui dit : J'irai, et je le guérirai". Jésus était assailli de nombreuses requêtes, mais Il trouvait toujours le temps de faire face à un besoin. Sans aucune hésitation, Christ a aussitôt répondu qu'il irait voir ce serviteur là où il se trouvait, pour le guérir.

.

"Mais le Centenier lui répondit : Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ; mais dis seulement la parole, et mon serviteur sera guéri. Car moi-même qui suis un homme [constitué] sous la puissance [d'autrui], j'ai sous moi des gens de guerre, et je dis à l'un : va, et il va ; et à un autre : viens, et il vient ; et à mon serviteur : fais cela, et il le fait.". Nous avons ici une des plus grandes professions de foi de toute la Sainte Bible ! Le Centenier se rend compte que l'autorité et la puissance de Christ ne connaissent aucune limitation géographique. Il ne réduit pas la puissance du Seigneur Christ à guérir en étant physiquement présent. Si seulement Christ dit une chose, le Centenier sait que la chose se fera.

.

"Ce que Jésus ayant entendu, il s'en étonna, et dit à ceux qui le suivaient : En vérité, je vous dis que je n'ai pas trouvé, même en Israël, une si grande foi". La réputation de l'Église est entachée par le fait que beaucoup d'actes de foi se produisent en dehors de ses murs plutôt qu'à l'intérieur. Le Centenier, qui manquait de l'avantage que donne la connaissance préalable de la Loi et des Prophètes, a manifesté une plus grande foi que ceux qui avaient cet avantage.

.

"Mais je vous dis que plusieurs viendront d'Orient et d'Occident, et seront à table dans le Royaume des cieux, avec Abraham, Isaac et Jacob". Christ édicte ici une vérité importante. Le privilège de la naissance n'est pas une frontière qui empêche les autres de jouir des bénédictions d'Israël. Des hommes et des femmes viendront des quatre coins de la terre et bénéficieront du privilège de l'héritage divin. Ceci a été dit pour le réconfort du Centurion et pour le nôtre aussi.

.

"Alors Jésus dit au Centenier : Va, et qu'il te soit fait selon que tu as cru. Et à l'heure même son serviteur fut guéri.". Ce n'est pas un petit miracle de guérir un homme à des kilomètres de distance, simplement en proférant une parole - mais c'est ce que Christ a fait. Le serviteur fut immédiatement guéri, malgré la distance. Ceci est un exemple du principe que nous devons prier pour ceux que nous aimons. Cela me rappelle l'histoire du roi de Lydde qui se rendit au grand roi Cyrus quand, étant assiégé, il a voulu sauver sa capitale de la destruction. Quand le roi Cyrus a demandé au roi déposé quelle faveur il demandait en échange de sa reddition, ce roi a répondu : "Dix mille Talents d'argent" ! Un des courtisans du roi Cyrus a rejeté cette demande pour excès de présomption, en demandant une cadeau aussi exorbitant, mais le roi Cyrus l'a rabroué en disant "Si je suis un aussi grand roi que ce gars le suggère par sa demande, alors il a le droit d'exprimer sa haute considération pour ma grandeur en demandant un cadeau à ma hauteur !".

.

Ya-t-il quoi que ce soit de trop grand pour Dieu ?