ACCUEILLIR LA LUMIÈRE

SERMON pour le 4ème dimanche de l’Avent

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Révérendissime Jerry Levon OGLES,

Docteur en Théologie et Évêque Métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

COLLECTE : « Ô Seigneur, fais éclater ta puissance, nous t’en supplions, viens à nous et soutiens-nous par ta grande force ; et comme nous sommes grièvement retardés et contrariés dans la poursuite de la course qui nous est proposée, à cause de nos péchés et de notre méchanceté, fais que ta grâce et ta miséricorde bienfaisante nous aide et nous délivre promptement ; par Jésus-Christ, notre Seigneur, à qui, comme à toi et au Saint-Esprit, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles. Amen ».

.

COLLECTE pour tout l’Avent : « Dieu tout-puissant, fais-nous la grâce que, rejetant les œuvres de ténèbres, nous nous revêtions de l’armure de lumière, durant cette vie mortelle, dans laquelle ton Fils Jésus-Christ est venu nous visiter en grande humilité ; afin qu’au dernier jour, quand il reviendra, dans sa majesté glorieuse, pour juger les vivants et les morts, nous ressuscitions à la vie immortelle, par celui qui vit et règne avec toi et avec le Saint-Esprit, maintenant et à jamais. Amen ».

.

Notre prière de Collecte pour ce dimanche ne fait-elle pas appel à cette même imagerie donnée par Malachie dans le dernier livre de l’Ancien Testament ? « Mais pour vous qui craignez mon Nom, se lèvera le Soleil de justice, et la santé sera dans ses rayons ; vous sortirez, et vous acquerrez de l'embonpoint comme de jeunes bœufs que l'on engraisse. » (Malachie 4.2).

.

Extrait de la Collecte : « Ô Seigneur, fais éclater ta puissance, nous t’en supplions, viens à nous et soutiens-nous par ta grande force ». Le pouvoir exécutif de la création (Jean 1.1-3) était ce même Soleil de Justice dont la venue est proclamée par Jean-Baptiste dans le désert – non pas dans la cathédrale Saint-Paul, ou dans le Temple de Jérusalem, mais dans le désert ! Si vous apprenez les mystères de Dieu, fuyez dans le désert de votre cabinet de travail – pas à Rome ou à Canterbury ! Israël a langui dans des ténèbres si épaisses que vous pourriez les couper avec un couteau, depuis l’époque de Malachie et des prophètes. Mais le Soleil est sur le point de surgir pour disperser les nuages d’orage et le noir désespoir du jour qui se lève. Voici un prophète qui proclame la vérité à des milliers de personnes dans le désert. Son message satisfait une grande faim chez les gens, c’est pourquoi ils se rendent même dans le désert pour l’entendre.

.

« Consolez, consolez mon peuple, dira votre Dieu. Parlez à Jérusalem selon son cœur, et lui criez que son temps marqué est accompli, que son iniquité est tenue pour acquittée, qu'elle a reçu de la main de l'Éternel le double pour tous ses péchés. La voix de celui qui crie au désert [est] ; préparez le chemin de l'Éternel, dressez parmi les landes les sentiers à notre Dieu. Toute vallée sera comblée, et toute montagne et tout coteau seront abaissés, et les lieux tortus seront redressés, et les lieux raboteux seront aplanis. Alors la gloire de l'Éternel se manifestera, et toute chair ensemble la verra ; car la bouche de l'Éternel a parlé. La voix dit : crie ; et on a répondu ; que crierai-je ? Toute chair est [comme] l'herbe, et toute sa grâce est comme la fleur d'un champ. L'herbe est séchée, et la fleur est tombée, parce que le vent de l'Éternel a soufflé dessus ; vraiment le peuple [est comme] l'herbe. L'herbe est séchée, et la fleur est tombée ; mais la parole de notre Dieu demeure éternellement. Sion, qui annonces de bonnes nouvelles, monte sur une haute montagne ; Jérusalem, qui annonces de bonnes nouvelles, élève ta voix avec force ; élève-la, ne crains point ; dis aux villes de Juda ; voici votre Dieu. Voici, le Seigneur l'Éternel viendra contre le fort, et son bras dominera sur lui ; voici son salaire [est] avec lui, et son loyer [marche] devant lui. Il paîtra son troupeau, comme un berger, il assemblera les agneaux entre ses bras, il les placera en son sein ; il conduira celles qui allaitent. » (Ésaïe 40.1-11).

.

Cette lecture de l’Ancien Testament parle de réconfort au peuple de Dieu – pas tous ceux qui s’appellent eux-mêmes le peuple de Dieu, mais ceux dont la foi a scellé leur nom dans le Livre de Vie de l’Agneau. Le passage parle clairement de Jean-Baptiste, quelque 700 ans avant sa naissance. Tout comme Job a reçu le double de toutes ses pertes à la fin, le peuple de Dieu recevra une double mesure de Grâce pour ses péchés repentis. Jean est venu préparer les cœurs et les esprits du peuple pour la venue du Seigneur Jésus-Christ. Les grands empires du jour seront amenés aux profondeurs de la fosse, et d’autres seront élevés dans la justice. Même la science et la conscience humaine fleuriront parmi les nations qui se tournent vers le Seigneur.

.

Esaïe nous rappelle que nous ne sommes que des pèlerins transitoires dans ce monde temporaire. Nous poussons comme de l’herbe, ou comme des fleurs dans le désert, un jour, et nous nous flétrissons et disparaissons le lendemain. Seul le parfum du Saint-Esprit que nous exhalons en fleurissant nous fait repousser dans les pâturages célestes. La Sainte Parole de Dieu n’est pas soumise au raisonnement intellectuel de l’homme, et elle restera éternellement malgré les tentatives honteuses de la réinterpréter, ou de la perdre dans l’oubli. Le Seigneur est notre Berger. Les croyants nouveau-nés sont portés dans Ses bras mêmes, pour se protéger des loups – à la fois à l’extérieur et à l’intérieur de l’Église.

Venons-en maintenant au passage de l’Évangile pour ce 4ème dimanche de l’Avent :

.

ÉVANGILE : « Or en la quinzième année de l'empire de Tibère César, lorsque Ponce Pilate était Gouverneur de la Judée, et qu'Hérode était Tétrarque en Galilée, et son frère Philippe Tétrarque dans la contrée d'Iturée et de Trachonie et Lysie, Tétrarque en Abilène ; Anne et Caïphe étant souverains Sacrificateurs, la parole de Dieu fut adressée à Jean fils de Zacharie, au désert. Et il vint dans tout le pays des environs du Jourdain, prêchant le Baptême de repentance, pour la rémission des péchés ; comme il est écrit au Livre des paroles d'Esaïe le Prophète, disant : La voix de celui qui crie dans le désert, est : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers. Toute vallée sera comblée, et toute montagne et toute colline sera abaissée, et les choses tortues seront redressées, et les chemins raboteux seront aplanis ; et toute chair verra le salut de Dieu. Il disait donc à la foule de ceux qui venaient pour être baptisés par lui : Race de vipères, qui vous a avertis de fuir la colère à venir ? Faites des fruits convenables à la repentance, et ne vous mettez point à dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père ; car je vous dis, que Dieu peut faire naître, même de ces pierres, des enfants à Abraham. Or la cognée est déjà mise à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne fait point de bon fruit, s'en va être coupé, et jeté au feu. Alors les troupes l'interrogèrent, disant : Que ferons-nous donc ? Et il répondit, et leur dit : Que celui qui a deux robes en donne une à celui qui n'en a point ; et que celui qui a de quoi manger en fasse de même. Il vint aussi à lui des péagers pour être baptisés, qui lui dirent : Maître, que ferons-nous ? Et il leur dit : N'exigez rien au-delà de ce qui vous est ordonné. Les gens de guerre l'interrogèrent aussi, disant : Et nous, que ferons-nous ? Il leur dit : N'usez point de concussion, ni de fraude contre personne, mais contentez-vous de vos gages. Et comme le peuple était dans l'attente, et raisonnait en soi-même si Jean n'était point le Christ, Jean prit la parole, et dit à tous : Pour moi, je vous baptise d'eau ; mais il en vient un plus puissant que moi, duquel je ne suis pas digne de délier la courroie des souliers ; celui-là vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. Il a son van en sa main, et il nettoiera entièrement son aire, et assemblera le froment dans son grenier, mais il brûlera la paille au feu qui ne s'éteint point. » (Luc 3.1-17).

.

Jésus-Christ n’est pas seulement le Fils aîné dans le temps, mais aussi dans toute l’éternité passée et future. Ses pas vers le Calvaire n’ont pas commencé dans la cour de Ponce Pilate, ni à Nazareth, à Bethléem, mais dans l’éternité passée, bien avant que le monde ne soit créé. C’est la preuve que l’élection prévenante de Dieu pour Son peuple couvre tous les temps, par Sa Grâce. « Et tous ceux qui habitent sur la terre l’adoreront, dont les noms ne sont pas écrits dans le livre de vie de l’Agneau immolé depuis la fondation du monde. » (Apocalypse 13.8). Le Seigneur Jésus-Christ fut le premier-né de Dieu dans l’éternité passée, et le premier-né de la Résurrection à la fin de son ministère terrestre. La Voie que Jean a préparée était la Voie du Seigneur. Si nous sommes à Lui et que nous Le suivons comme notre Berger, nous serons aussi élevés dans l’immortalité et monterons vers Dieu le Père.

.

Jean prépare le cœur du peuple au repentir et à la purification. Bien que Jean baptise avec de l’eau comme preuve extérieure de purification, c’est le Seigneur Jésus-Christ qui viendra purifier le cœur afin que le vase soit propre de l’intérieur vers l’extérieur. « Pour moi, je vous baptise d'eau ; mais il en vient un plus puissant que moi, duquel je ne suis pas digne de délier la courroie des souliers ; celui-là vous baptisera du Saint-Esprit et de feu ». J’attire votre attention sur le Psaume 51.7 : « Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige. ». L’hysope est un purgatif pour nettoyer le tube digestif (l’intérieur de l’âme), et le lavage vers l’extérieur fera en sorte que l’apparence soit égale à l’intérieur. C’est la purge ardente que Jésus-Christ apporte en tant qu’affineur d’argent. C’était un spectacle courant en Corée des années 1960 de voir des hommes jeter des grains de riz en l’air avec un tribulatum, et d’autres avec un éventail éventaient les grains alors qu’ils retombaient sur la terre. C’était pour séparer la balle du grain pur. Les épreuves et tribulations (un dérivé du terme latin pour tribulatum) est la méthode que Jésus utilise pour prouver et renforcer notre foi comme lorsqu’une mère exerce son enfant.

.

Jean appelle l’Église de l’Ancien Testament (pas toute la nation d’Israël, mais ceux qui croient en la venue de la Semence promise) à la repentance et à la foi. Il dit au peuple d’être prêt à recevoir son Seigneur et Sauveur. Une telle prédication, que Jean pratiquait, devient malheureusement assez rare à notre époque. Mais TOUTES les prédications de Jean pointaient directement vers le Seigneur Jésus-Christ, et il devrait en être de même pour chaque sermon prononcé de toutes les chaires, aujourd’hui. Il y a beaucoup trop de bêtises prêchées sur le football, le golf et les rencontres sociales. Nous avons besoin d’un retour ferme et pieux à la Sainte Parole dans la prédication, et à celle du Christ crucifié et ressuscité ! Tout comme le figuier qui n’a pas produit de fruits était destiné à être abattu, Jérusalem subira la destruction aux mains des païens après qu’ils auront rejeté Christ et Sa Justice. « Or la cognée est déjà mise à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne fait point de bon fruit, s'en va être coupé, et jeté au feu ». Pensez-vous que le même principe pourrait s’appliquer aux nations d’aujourd’hui qui ont connu Dieu, joui de Ses bienfaits, puis rejeté tout ce qu’Il a enseigné ? Il serait peut-être bon de se rappeler que le même feu qui purifie l’argent (les élus) est celui qui consume les méchants devant Dieu.

.

Presque tous ceux qui entendent ce sermon se souviendront d’une nuit froide et sombre de l’âme au cours de laquelle les ombres qui se rassemblent se transforment en une obscurité étouffante pour laquelle il ne semble pas y avoir de répit. Peut-être qu’une maladie débilitante, ou la perte d’une âme bien-aimée, a précipité la nuit du désespoir et étouffé la lumière de la joie. Tel était l’État d’Israël où Jean fut envoyé. Les hommes avaient marché dans les ténèbres depuis le dernier mot de Malachie de l’Ancien Testament (le dernier mot était « malédiction » car la loi est une malédiction, sans la grâce de Dieu). Quatre cents ans de silence absolu se sont écoulés depuis l’époque de Malachie jusqu’à l’époque de Jean. Une telle obscurité rendra les yeux attentifs à la lumière qui est accordée en temps voulu. Jean proclame aux gens assoiffés de lumière la venue de la Lumière. Il y a un endroit appelé la « mer perdue » dans l’est du Tennessee où on peut entrer et descendre près de 130 mètres sous la surface, jusqu’à un grand plan d’eau souterrain. En prenant un bateau à fond de verre sur le grand lac, on peut voir de nombreux bars et autres poissons, blancs comme neige. Ils ont été privés du bénéfice de la lumière pendant des centaines d’années, de sorte que le pigment de leur peau n’a pas été en mesure de répondre à la lumière. Ce qui est étonnant, ce sont les yeux de ces poissons – ils sont fermés par des écailles. Si nous restons trop longtemps dans les ténèbres, nous deviendrons aveugles à la Lumière, tout comme ces habitants des sombres cavernes !

.

Jean n’était pas cette Lumière à venir promise par Ésaïe et les prophètes – sa prédication indiquait un horizon toujours plus brillant sur lequel cette Lumière brillante et glorieuse du monde était sur le point de se manifester, dans les couleurs brillantes de l’aube. Avez-vous vu la Lumière, mes amis ?