SOYEZ  ATTENTIFS  !

SERMON pour le 5ème dimanche après Pâques (Dimanche des Rogations).

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Très Révérend Jerry L. OGLES,

Docteur en Théologie et évêque métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

COLLECTE : « Ô Seigneur, source de tout bien, accorde-nous la grâce que, par ta sainte inspiration, nous, tes humbles serviteurs, puissions entretenir de bonnes pensées, et que sous ta miséricordieuse conduite nous les mettions en pratique ; par notre Seigneur Jésus-Christ. Amen. ».

.

ÉVANGILE : « Et en ce jour-là vous ne m'interrogerez de rien. En vérité, en vérité je vous dis, que toutes les choses que vous demanderez au Père en mon Nom, il vous les donnera. Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon Nom ; demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. Je vous ai dit ces choses par des similitudes, mais l'heure vient que je ne vous parlerai plus par des paraboles ; mais je vous parlerai ouvertement de [mon] Père. En ce jour-là vous demanderez [des grâces] en mon Nom, et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous ; car le Père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé, et que vous avez cru, que je suis issu de Dieu. Je suis issu du Père, et je suis venu au monde ; [et] encore, je laisse le monde, et je m'en vais au Père. Ses Disciples lui dirent : Voici, maintenant tu parles ouvertement, et tu n'uses plus de paraboles. Maintenant nous connaissons que tu sais toutes choses, et que tu n'as pas besoin que personne t'interroge ; à cause de cela nous croyons que tu es issu de Dieu. Jésus leur répondit : Croyez-vous maintenant ? Voici, l'heure vient, et elle est déjà venue, que vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; mais je ne suis point seul, car le Père est avec moi. Je vous ai dit ces choses afin que vous ayez la paix en moi ; vous aurez de l'angoisse au monde, mais ayez bon courage, j'ai vaincu le monde. » (Jean 16.23-33).

.

Le langage lui-même est un outil essentiel dans l’apprentissage et la communication. Beaucoup préconisent aujourd’hui un déclassement littéraire de la Bible, au niveau de la rue. Mais Christ enseigne une aspiration à une compréhension et à une sagesse supérieures à ce que le langage commun de la rue peut se permettre. Il a parlé en paraboles et en proverbes comme point de départ pour

1) séparer les vulgaires chèvres des agneaux ; et

2) enseigner en similitudes et allégories ces grandes vérités célestes que ses auditeurs ne pouvaient pas comprendre sans une réflexion profonde et un apprentissage plus approfondi. Mais Il leur a donné un point de départ par l’utilisation de paraboles et de proverbes.

.

En tant que bon Maître, Jésus a enseigné du connu à l’inconnu – et non de l’inconnu à l’inconnu comme beaucoup de théologiens modernes tentent de le faire par orgueil et avec arrogance. Il a parlé en termes que les gens pouvaient comprendre d’une manière simple qui conduirait à des compréhensions profondes à mesure qu’ils grandiraient dans la connaissance et la vérité. Mais le Christ n’a jamais abaissé la sainteté de son langage. Il a utilisé des termes de respect et de haute estime pour tous ceux à qui il s’adressait. Il n’a jamais irrévérencieusement qualifié son Père de « papa » ou le Saint-Esprit de « copain utile ». Il a utilisé le langage classique dans tous ses discours. Nous utilisons un tel langage sur les documents juridiques, pourquoi ne pas l’employer lorsque nous nous adressons au législateur suprême ?

.

Dans les versets 23 et 24 de notre texte d’aujourd’hui, le Christ fait référence à un certain jour. De quel jour s’agit-il ? Un ambassadeur conclut des traités et des accords au nom de l’autorité qui l’envoie. Christ est venu et a accompli toutes les conditions de notre rédemption. Il achève ce travail sur la croix au Calvaire et, trois jours plus tard, en se levant du tombeau. Il est Celui qui nous justifie. Il est notre Rédempteur. Il est notre Sauveur. Il est notre Avocat. Quand Christ était physiquement présent avec les disciples, ils se sentaient libres de lui demander n’importe quoi. Le Christ a prié le Père pour notre bénéfice ; mais dans Sa glorieuse ascension, nous pouvons nous approcher directement du Père en exprimant des demandes pour nos besoins. Cependant, nous devons approcher Dieu le Père avec une lettre d’introduction. Cette lettre est le Christ. Tout ce que nous demandons au Père, nous le demandons au nom de Celui qui nous a qualifiés pour le demander.

.

Permettez-moi de vous demander : Que signifie ce qui suit du verset 23 : « que toutes les choses que vous demanderez au Père en mon Nom, il vous les donnera » ? Si nous désirons quelque chose par convoitise ou cupidité, Dieu est-il contraint d’écouter cette prière ? Contrairement aux religions charismatiques, Dieu ne va PAS du tout accorder ces pétitions. Ce que le Christ entend par « demander en mon nom », cela signifie avec Mon autorité, selon Ma volonté et avec Mon consentement, et dans la même intention évangélique que je vous ai enseignée. Nous ne demandons rien qui ne corresponde pas à ce que Dieu veut pour nous si nous avons reçu cet Esprit de Christ pour penser et agir. Dans les versets qui précèdent immédiatement le texte de l’Évangile aujourd’hui, les disciples sont désireux d’avoir un mystère du Christ révélé, et c’est quelque chose que le Christ est toujours heureux d’accorder – que nous Le connaissions mieux et que nous connaissions mieux Sa volonté.

.

Le roi David a parfaitement compris ces choses : Dieu attend nos prières sincères, exprimées dans la foi. « Le Seigneur est mon Berger » Un petit agneau ne sait peut-être pas qu’il a besoin de protection contre les loups ravisseurs de la montagne, mais le berger le sait et suscite ce désir. Vouloir est un mot qui signifie « nécessité ! » Quoi que nous ayons besoin pour préserver nos vies – physiques et spirituelles – jour après jour, le Bon Pasteur nous le fournit. Nous ne savons pas, comme le petit agneau, tout ce dont nous avons réellement besoin, ni tout ce qui peut nous être nuisible. Mais le Berger le sait ; en effet, David a également dit : « ... ceux qui cherchent l'Éternel n'auront besoin d'aucun bien. » (Psaume 34.10) Nous ne manquerons d’aucune « bonne chose ». Si nous ne recevons pas, c’est peut-être parce que nous demandons mal ou d’un cœur rempli d’iniquité. « Si j'eusse médité quelque outrage dans mon cœur, le Seigneur ne m'eût point écouté » : (Psaume 66.18) « Vous demandez, et vous ne recevez point, parce que vous demandez mal, [et] afin de l'employer dans vos voluptés » (Jacques 4.3). Notre Dieu est-il un public captif de tous nos désirs ? La prière n’est-elle pas une communication bidirectionnelle ? Lorsque nous prions, prenons-nous soin d’examiner notre cœur à la recherche de la réponse que Dieu murmure ? Est-ce NOTRE volonté pour laquelle nous prions, ou est-ce SA volonté pour laquelle nous prions ?

.

Rappelez-vous que Christ nous a ouvert le Saint des Saints afin que nous puissions nous approcher directement de Dieu sans autre intermédiaire que ce Fils saint et sacrifié de Dieu : Jésus-Christ. À Sa mort, le voile du Temple n’a-t-il pas été déchiré de HAUT en BAS – pas de bas en haut ? Seul Dieu pouvait faire cette invitation, et Il l’a faite symboliquement par la déchirure du Voile du Temple.

.

Quand Dieu nous a donné les Dix Commandements, nous n’étions pas prêts pour la mise en œuvre de la Règle d’Amour que nous devons développer pour comprendre ces Dix Commandements. Il nous a permis de tâtonner et de tituber avec notre tentative futile d’être justes sous la Loi. Une fois que nous avons appris que nous étions impuissants à gagner le ciel par nos propres œuvres de justice, Christ est venu dans la plénitude du temps pour nous enseigner que sans AMOUR, il ne pouvait y avoir de véritable obéissance à Dieu. Nous devons aimer Dieu de tout notre être, et notre prochain comme nous-mêmes. C’est la Règle d’Amour qui nous permet de garder les Commandements – tous – de Dieu. L’amour est l’OBJET, les commandements la PREUVE de cet AMOUR. « La charité couvre tous les forfaits. » (Proverbes 10.12) Ce n’est pas une invitation à l’hédonisme, mais nous ne pouvons pas obéir aux Commandements de Dieu sans ces deux Commandements d’exécution d’Amour pour Dieu et d’Amour pour notre prochain. Personne ne viole la Loi de Dieu s’il observe la Première Loi d’obéissance dans l’Amour de Dieu, et la seconde dans l’Amour du prochain. Christ est venu parler en paraboles et en proverbes dans une approche fondamentale de notre ignorance de la loi spirituelle qui accompagne la loi juridique. Maintenant, Il parle clairement à nos cœurs, une fois que nous avons passé la barrière de l’ignorance à l’amour. « Je vous ai dit ces choses par des similitudes, mais l'heure vient que je ne vous parlerai plus par des paraboles ; mais je vous parlerai ouvertement de [mon] Père. » L’Ascension du Christ dans la gloire du Ciel n’était pas un motif de désespoir pour nous, mais un bienfait et une bénédiction. Plutôt que de toujours nous parler en termes humains, Il parle maintenant en termes spirituels et célestes par l’intermédiaire de Son Saint-Esprit : notre Consolateur. Au lieu de parler à nos oreilles, Il parle maintenant à notre cœur. Les preuves physiques de Sa mort, de Sa résurrection et de Son ascension ont ouvert les canaux auditifs de nos cœurs pour que nous entendions des vérités qui ne peuvent pas être prononcées dans un langage simple. Les preuves finales de Sa Divinité en s’élevant et en remontant au Ciel sont un cachet d’authenticité pour tout ce qu’Il a prononcé alors qu’Il était avec nous dans Son Corps.

.

« En ce jour-là vous demanderez [des grâces] en mon Nom, et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous ; car le Père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé, et que vous avez cru, que je suis issu de Dieu » Tout ce que nous prions doit l’être au nom du Seigneur Jésus-Christ. Il est notre Arche et notre Avocat. Il est juste à côté du Père et Il a toute Son attention. Il intercède constamment pour nous lorsque nous offrons nos prières à Dieu. Et ces prières pieuses reçoivent le même respect et la même considération de Dieu que si Jésus le Lui avait demandé. Comment est-ce possible ? Parce que Dieu vous aime de la même manière qu’Il aime Son Fils Unique. Si nous aimons Jésus et affirmons cette rédemption qu’Il a opérée pour nous, Dieu le Père nous considère comme Ses propre Fils parce que c’est le Sang pur de Son fils qu’Il voit quand Il nous regarde.

.

Nous sommes forts en paroles et souvent, malheureusement, faibles en courage et en foi. Celui qui croit trop vite peut aussi être désabusé trop soudainement. Les disciples prétendent croire tout ce que Jésus a dit et ils sont fermement convaincus de qui Il est. Cependant, les événements suivant l’arrestation, le procès et la crucifixion de Christ désarment leur courage et entraînent leur fuite du Christ, dans la terreur. Comme le cœur de l’homme est inconstant. Ceux qui ont jeté des branches de palmier en criant Hosanna quelques jours plus tôt étaient rassemblés dans la cour à l’extérieur de la salle du jugement de Pilate en criant « Crucifie-le ! Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants ! » Comme c’est effrayant !

.

Jésus connaissait précisément le cœur de ces disciples à l’époque, tout comme il connaît votre cœur aujourd’hui. « Ses Disciples lui dirent : Voici, maintenant tu parles ouvertement, et tu n'uses plus de paraboles. Maintenant nous connaissons que tu sais toutes choses, et que tu n'as pas besoin que personne t'interroge ; à cause de cela nous croyons que tu es issu de Dieu » Vous avez fait un vœu solennel lors de votre Confirmation, peut-être de votre Baptême et de votre Mariage. Avec quelle ténacité avez-vous gardé ces expressions audacieuses de fidélité et de foi ? Nous nous affaiblissons avec le temps face aux menaces, aux dangers et aux tentations. C’est pour cette raison que nous devons nous nourrir de notre Pain Quotidien du Ciel, dans la Parole de Dieu. Quand les soldats ont marché dans le jardin de Gethsémané pour arrêter le Christ, quand des centaines ou des milliers de personnes se sont rassemblées devant la salle de Ponce Pilate en criant ‘À mort’, quand ils ont vu l’horreur de la crucifixion – c’est alors que leurs cœurs sont devenus craintifs et infidèles. Mais ces mêmes disciples n’ont montré aucune crainte au cours de leur vie APRÈS la Résurrection et l’Ascension. Ils avaient maintenant des preuves incontestables de qui était Christ, et leur foi était ferme jusqu’à la mort. Pierre a renié Christ une fois qu’il a été physiquement séparé de Sa Personne. Mais une fois que Pierre a été béni de la présence spirituelle constante du Christ avec les bienfaits du Saint-Esprit, il n’a plus jamais vacillé. Avez-vous cette assurance et ce courage ?

.

Christ connaissait leur faiblesse et ne les condamnait pas pour cela. Il savait ce qu’ils feraient plus tard et comment ils mourraient pour Son Évangile. « Jésus leur répondit : croyez-vous maintenant ? Voici, l'heure vient, et elle est déjà venue, que vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; mais je ne suis point seul, car le Père est avec moi. ». Cette prophétie s’est accomplie dans les heures qui ont suivi Sa parole. Mais quand on est laissé seul et abandonné par tous les hommes, la Présence de Dieu a une valeur bien plus grande que celle du monde entier. Quand vous serez le SEUL à tenir les promesses de Dieu – quand tous les autres renieront la Parole – vous vous tiendrez sur le Rocher Immuable, avec Dieu. Lorsque la poussière retombera, vous serez toujours là pendant que le monde disparaîtra dans la brume du doute.

.

Pourquoi Jésus a-t-il parlé si franchement de leur échec à venir ? Il l’a fait pour renforcer leur foi, et la NÔTRE. Quand on nous aura clairement dit tout ce qui peut nous arriver dans cette vie pour notre témoignage de Jésus, nous serons armés pour résister aux vents calamiteux de la méchanceté et de la tromperie. Jésus sait TOUJOURS plus et mieux que nous ne pouvons savoir. Il SAVAIT la trahison et la passion à venir. Il CONNAISSAIT Son ensevelissement et Sa résurrection. Leur ignorance demeurait donc jusqu’à ce que leur foi soit rendue invincible par les faits de Sa Résurrection et de Son Ascension.

.

Malgré les chagrins et les problèmes que le monde peut vous envoyer, nous avons Celui qui a vaincu toutes les puissances du monde. Il nous parle dans la prophétie de tous les problèmes qui peuvent nous attendre. Il s’agit de renforcer notre foi quand vient le moment, et de nous rappeler que Christ est allé devant nous et a remporté la victoire pour nous. « Je vous ai dit ces choses afin que vous ayez la paix en moi ; vous aurez de l'angoisse au monde, mais ayez bon courage, j'ai vaincu le monde ». Contrairement à ceux qui prétendent que les Chrétiens seront éliminés avant que les temps difficiles ne se produisent, le Christ nous enseigne le contraire. Nous pouvons même avoir le sort pitoyable et impie des Chrétiens en Chine, en Corée du Nord, au Vietnam, au Pakistan, en Iran, etc. Le Christ nous prémunit en nous avertissant : « Et prenez garde des hommes ; car ils vous livreront aux Consistoires, et vous fouetteront dans leurs Synagogues. Et vous serez menés devant les Gouverneurs, et même devant les Rois, à cause de moi, pour leur rendre témoignage de moi de même qu'aux nations. Mais quand ils vous livreront, ne soyez point en peine de ce que [vous aurez à dire], ni comment vous parlerez, parce qu'il vous sera donné dans ce moment-là ce que vous aurez à dire. Car ce n'est pas vous qui parlez, mais c'est l'Esprit de votre Père qui parle en vous. » (Matthieu 10.17-20) Croyiez-vous que ces temps se limitaient à celui de l’ère apostolique ? Est-ce que ces choses ne se produisent pas maintenant dans de nombreuses parties du monde, et qu’il n’y a pas une odeur d’un même début qui se répand dans notre propre pays bien-Aimé ? SOYEZ ATTENTIFS !

.

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.