AVANT QU’ABRAHAM FÛT, JE SUIS.

SERMON pour le 5ème dimanche du Carême : Dimanche de la Passion.

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Très Révérend Jerry L. OGLES,

Docteur en Théologie et évêque métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

COLLECTE : « Nous te supplions, Dieu tout-puissant, de jeter sur ton peuple un regard de compassion, afin que, par ta grande bonté, il soit toujours dirigé et conservé en corps et en âme ; par Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen. ».

.

COLLECTE du mercredi des Cendres, pour tout le Carême : « Dieu éternel et tout-puissant, qui ne hais rien de ce que tu as fait, et qui pardonnes les péchés de tous ceux qui se repentent ; crée et forme en nous des cœurs nouveaux et contrits ; afin que, déplorant nos péchés, et reconnaissant notre misère, comme nous le devons, nous obtenions de toi, qui es le Dieu de toute miséricorde, le pardon et la rémission parfaite ; par Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen. ».

.

ÉVANGILE : « Qui est celui d'entre vous qui me reprendra de péché ? Et si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous point ? Celui qui est de Dieu, entend les paroles de Dieu ; mais vous ne les entendez point, parce que vous n'êtes point de Dieu. Alors les Juifs répondirent, et lui dirent : Ne disons-nous pas bien que tu es un Samaritain, et que tu as un démon ? Jésus répondit : Je n'ai point un démon, mais j'honore mon Père, et vous me déshonorez. Or je ne cherche point ma gloire ; il y en a Un qui la cherche, et qui en juge. En vérité, en vérité je vous dis, que si quelqu'un garde ma parole, il ne mourra point. Les Juifs donc lui dirent : Maintenant nous connaissons que tu as un démon ; Abraham est mort, et les Prophètes aussi, et tu dis : Si quelqu'un garde ma parole, il ne mourra point. Es-tu plus grand que notre père Abraham qui est mort ? Les Prophètes aussi sont morts, qui te fais-tu toi-même ? Jésus répondit : Si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien ; mon Père est celui qui me glorifie, celui duquel vous dites qu'il est votre Dieu. Toutefois vous ne l'avez point connu, mais moi je le connais ; et si je dis que je ne le connais point, je serai menteur, semblable à vous ; mais je le connais, et je garde sa parole. Abraham votre père a tressailli de joie de voir cette mienne journée ; et il l'a vue, et s'en est réjoui. Sur cela les Juifs lui dirent : Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! [Et] Jésus leur dit : En vérité, en vérité je vous dis, avant qu'Abraham fût, je suis. Alors ils levèrent des pierres pour les jeter contre lui, mais Jésus se cacha, et sortit du Temple, ayant passé au travers d'eux ; et ainsi il s'en alla. » (Jean 8.46-59).

.

Dieu parle aux siens, et les siens écoutent Sa voix. Si nous sommes nés de Dieu, nous aurons sûrement Son conseil et Son réconfort. Quand la Parole de Dieu est proclamée avec conviction et puissance, aucun argument ne peut lui résister, car les ennemis de Dieu ne peuvent pas empêcher la prédication de la Parole ni la réfuter, leur arme de prédilection est de s’en prendre au messager. Leur grand problème, quand ils attaquent Christ, n’est pas qu’Il soit Le Messager, mais qu’Il est aussi Le Message. Combien de fois n’avons-nous pas vu dans l’Évangile leurs tentatives futiles de le piéger dans Ses propres Paroles être retournées contre eux, à leur détriment ? Même l’Église s’est souvent débattue avec la foi. L’Église moderniste ne débat plus de la foi : Elle l’a perdue ! Est-il vrai que ceux qui croient au Seigneur Jésus-Christ ne verront jamais la mort ? Si nous croyons Dieu, nous croyons aussi tout ce qu’Il nous a dit. Toute entité matérielle, dans un monde matériel, doit dépérir et mourir, mais ceux qui sont nés de l’Esprit sont en Christ et ils ont un esprit qui ne périra jamais dans la mort ou dans l’enfer. Qu’est-ce qui fait le caractère et la réputation d’un homme fort ? Ce ne sont pas ses propres vantardises, car les réputations sont fondées sur autre choses que des mots ; c’est le témoignage des autres, qui connaissent l’homme en question et sa vie, qui établit une forte réputation et le caractère d’un homme. Christ n’a pas témoigné pour Lui-même parce que Son Père dans les Cieux Lui rend témoignage en révélant Son Fils. Quand nous sommes sous la garde et la protection de Dieu, le plus violent des criminels ne peut pas mettre la main sur nous sans la permission du Père.

.

« Qui est celui d'entre vous qui me reprendra de péché ? Et si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous point ? ». Est-ce qu’un des hommes présents a présenté des accusations contre Christ ? Combien de fois n’ont-ils pas tenté de lui faire faire un faux pas ? Mais Il a toujours retourné la table sur les clercs fripons, en tout point aussi avares et versés dans la fausse prédication que les merveilleux prédicateurs modernistes qui peuplent les chaires aujourd’hui. Et même quand Il leur a prouvé qu’ils étaient dans l’erreur, ils n’ont jamais voulu en revenir. Pour être honnête, ils ne pouvaient pas revenir de leurs erreurs, car ils étaient les enfants du diable.

.

« Celui qui est de Dieu, entend les paroles de Dieu ; mais vous ne les entendez point, parce que vous n'êtes point de Dieu ». Je n’ai jamais reçu de conseil d’autres parents que les miens, bien qu’on en donnât dans tous les foyers du voisinage. Je n’écoutais que les conseils des parents que Dieu m’avait donnés. Si nous sommes les brebis de notre Bon Berger, nous pouvons bien entendre les murmures d’autres bergers s’adressant à leurs troupeaux, mais c’est à la voix de notre Bon Berger que nous obéissons. C’est un fait que les loups n’écoutent pas les doux conseils du Bon Berger. Leur intention n’est pas de L’écouter, mais de déchirer et de détruire les brebis. Ils n’écoutent pas et ne suivent pas le Bon Berger parce que leur nature s’y oppose.

.

« Alors les Juifs répondirent, et lui dirent : Ne disons-nous pas bien que tu es un Samaritain, et que tu as un démon ? ». Christ a clairement repérés ces damnés comme n’appartenant pas à la famille de Dieu, et ils reprennent leur vieil argument routinier dans ses grandes lignes. Ils disent que Christ est un Samaritain (ils rejettent les Samaritains d’Israël). Soudain, alors qu’Il raisonne en toute logique et qu’Il ne dit rien de méchant, Christ est étiqueté comme étant possédé d’un démon ! Dois-je vous rappeler que les chefs des Juifs ont commis ici un blasphème, et qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai ?

.

« Jésus répondit : Je n'ai point un démon, mais j'honore mon Père, et vous me déshonorez. ». Christ accuse ces messieurs de rien qui ne soit un absolu incontournable dans les Saintes Écritures. Sachant que Christ honore la Parole de Dieu le Père, contrairement à ces messieurs, qui est-ce qui a un démon ? Les Pharisiens et les Juifs réfutaient la Parole de Dieu par leurs coutumes, leurs traditions, leurs actions et même leurs dires. Ils déshonoraient Dieu et Son Fils.

.

« Or je ne cherche point ma gloire ; il y en a un qui la cherche, et qui en juge. ». Christ est venu pour racheter les pécheurs, pas pour les juger. Le jugement est déjà établi par la Parole de Dieu. C’est selon cette norme de la Parole que les hommes sont jugés. Si nous sommes EN Christ, nous ne sommes plus sous la Loi qui nous condamnait. Mais ces messieurs étaient bien loi des portes de la sainte Cité de Dieu. Leur comportement les condamnait, selon la Loi même qu’ils prétendaient appliquer et défendre.

.

« En vérité, en vérité je vous dis, que si quelqu'un garde ma parole, il ne mourra point. ». Cette solution est trop simple ; pour les sophistes du Judaïsme, c’est du pain béni. Quel est l’écart entre la condamnation et la haine, d’une part, et la liberté en Christ, d’autre part ? « L’Est est à l’Est et l’Ouest est à l’Ouest ; les opposés ne se rejoignent jamais » (Rudyard Kipling, 1865-1936).

.

« Les Juifs donc lui dirent : Maintenant nous connaissons que tu as un démon ; Abraham est mort, et les Prophètes aussi, et tu dis : Si quelqu'un garde ma parole, il ne mourra point. ». Ils accusent carrément Jésus de dénier qu’Abraham ait suivi Dieu. Ils savent qu’il y a une tombe à Macpelah qui contient les os d’Abraham. Leur esprit enténébré ne peut pas comprendre – ou refuse de comprendre – les paroles de Christ. Tout ce qu’ils savent et comprennent est le « ici et maintenant ». L’existence d’un Ciel éternel échappe à leur imagination. Ils font des allusions à ce Ciel, tout comme les faux enseignants de notre époque le font, mais ils n’imaginent pas un instant qu’un homme instruit puisse y croire sérieusement.

.

« Es-tu plus grand que notre père Abraham qui est mort ? Les Prophètes aussi sont morts, qui te fais-tu toi-même ? ». Ils savent ce qu’est la MORT, mais ils ignorent ce qu’est la VIE ! Jésus est le Chemin, la Vérité et la Vie. Leurs yeux sont obstrués par des écailles et ils ne voient pas parce qu’ils sont resté si longtemps dans les ténèbres qu’ils sont aveuglés par la Lumière.

.

« Jésus répondit : Si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien ; mon Père est celui qui me glorifie, celui duquel vous dites qu'il est votre Dieu. ». Comment se fait-il que des hommes connaissent intimement un grand Roi et qu’ils ne reconnaissent pas Ses fils et Ses filles ? C’est tout simplement impossible. Le Roi envoie Son Fils bénir ceux qui proclament Sa souveraineté. Il les avertit de la venue de Son Fils. Il leur a écrit à ce sujet, et en a parlé par les prophètes qu’ils ont tués, et maintenant que le Fils se tient là devant eux, ils prétendent ne pas Le connaître. Vraiment ?

.

« Toutefois vous ne l'avez point connu, mais moi je le connais ; et si je dis que je ne le connais point, je serai menteur, semblable à vous ; mais je le connais, et je garde sa parole. ». Il est vraisemblable que les Juifs aient une connaissance intellectuelle de Dieu, mais ils ont changé Son caractère et Sa description en quelque chose qui corresponde mieux à leurs propres passions. Quand nous connaissons Dieu pour de vrai, nous ne pouvons pas désavouer Ses Paroles, car elles sont le Guide et la Boussole de nos vies.

.

« Abraham votre père a tressailli de joie de voir cette mienne journée ; et il l'a vue, et s'en est réjoui. ». Bien souvent nous oublions qu’Abraham était un chrétien comme le sont les Chrétiens de nos jours. Abraham voyait Christ uniquement par la foi. Par la foi, il attendait la venue du Rédempteur : Christ. Dieu lui a prêché l’Évangile et il a cru l’Évangile de Dieu. « Comme Abraham a cru à Dieu, et il lui a été imputé à justice ; sachez aussi que ceux qui sont de la foi, sont enfants d'Abraham. Aussi l'Ecriture prévoyant que Dieu justifierait les Gentils par la foi, a auparavant évangélisé à Abraham, en lui [disant] : Toutes les nations seront bénies en toi » (Galates 3.6-8). Ce n’est pas le rocher du Sinaï, ni Moïse qui sauve, mais la grâce de Dieu en Christ Jésus.

.

« Sur cela les Juifs lui dirent : Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! ». Dieu est le Dieu des vivants et non des morts. Bien sûr, Jésus a vu Abraham. En fait, retenez bien ceci : Christ a vu Abraham avant qu’Abraham ne se soit vu lui-même.

.

« [Et] Jésus leur dit : En vérité, en vérité je vous dis, avant qu'Abraham fût, je suis. ». En effet, Christ existait avant Abraham, et même avant Adam. Il existait avant que les mondes qu’Il a créés ne soient placés sur leur orbite par le puissant Doigt de Dieu. Il existait avant Gabriel et toutes les créatures angéliques. Ne nous souvenons-nous pas qu’Il existait avant toutes choses ? Il n’y a jamais eu un moment où Christ n’était pas éternellement présent : JE SUIS !

.

« Alors ils levèrent des pierres pour les jeter contre lui, mais Jésus se cacha, et sortit du Temple, ayant passé au travers d'eux ; et ainsi il s'en alla. ». C’est toujours la vieille histoire : On veut détruire toute opposition, et si les paroles n’y suffisent pas, alors on passe aux actes et on jette des pierres. Même si elle est écrasée sous le talon de fer de la haine, la Vérité ne peut pas être détruite. Comme l’Esprit en personne, la Vérité refait toujours surface après les tentatives futiles des impies de la réduire au silence. Mais hélas, l’heure n’était pas encore venue pour Christ de s’offrir Lui-même en sacrifice. Ils L’auraient bien lapidé, mais Il est passé à travers eux, est sorti du Temple de Jérusalem, comme un rayon de Lumière. Si seulement nous étions tous protégés ainsi des pièges du diable !

.

C’est un grand réconfort de se rendre compte que notre Seigneur est éternellement présent avec Son peuple, alors qu’Il passe pour inexistant à ceux qui Le rejettent. Connaissez-vous la présence de Christ aujourd’hui, dans votre cœur ?