DEUX OFFRANDES DIFFÉRENTES

SERMON pour le 6ème dimanche après la Trinité

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Révérendissime Jerry Levon OGLES,

Docteur en Théologie et Évêque Métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

« Or Adam connut Eve sa femme, laquelle conçut, et enfanta Caïn ; et elle dit : J'ai acquis un homme de par l’Éternel. Elle enfanta encore Abel son frère ; et Abel fut berger, et Caïn laboureur. Or il arriva, au bout de quelque temps, que Caïn offrit à l’Éternel une oblation des fruits de la terre ; et qu'Abel aussi offrit des premiers-nés de son troupeau, et de leur graisse ; et l’Éternel eut égard à Abel, et à son oblation. Mais il n'eut point d'égard à Caïn, ni à son oblation ; et Caïn fut fort irrité, et son visage fut abattu. Et l’Éternel dit à Caïn : Pourquoi es-tu irrité ? Et pourquoi ton visage est-il abattu ? Si tu fais bien, ne sera-t-il pas reçu ? Mais si tu ne fais pas bien, le péché est à la porte ; or ses désirs se [rapportent] à toi, et tu as Seigneurie sur lui. Or Caïn parla avec Abel son frère, et comme ils étaient aux champs, Caïn s'éleva contre Abel son frère, et le tua. Et l’Éternel dit à Caïn : Où est Abel ton frère ? Et il lui répondit : Je ne sais, suis-je le gardien de mon frère, moi ? Et Dieu dit : Qu'as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre à moi. Maintenant donc tu [seras] maudit, [même] de la part de la terre, qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère. Quand tu laboureras la terre, elle ne te rendra plus son fruit, et tu seras vagabond et fugitif sur la terre. Et Caïn dit à l’Éternel : Ma peine est plus grande que je ne puis porter. Voici, tu m'as chassé aujourd'hui de cette terre-ci, et je serai caché de devant ta face, et serai vagabond et fugitif sur la terre, et il arrivera que quiconque me trouvera, me tuera. Et l’Éternel lui dit : C'est pourquoi quiconque tuera Caïn sera puni sept fois davantage. Ainsi l’Éternel mit une marque sur Caïn, afin que quiconque le trouverait, ne le tuât point. Alors Caïn sortit de devant la face de l’Éternel, et habita au pays de Nod, vers l'Orient d'Eden. » (Genèse 4.1-16).

.

Notre texte biblique de l’Ancien Testament, tiré du Lectionnaire, expose aujourd’hui la bataille séculaire entre le bien et le mal, le juste et l’injuste, le ciel et l’enfer. Caïn et Abel représentent les côtés radicalement opposés de cette bataille.

.

« Or Adam connut Eve sa femme, laquelle conçut, et enfanta Caïn ; et elle dit : J'ai acquis un homme de par l’Éternel. Elle enfanta encore Abel son frère ; et Abel fut berger, et Caïn laboureur ». Qui était Caïn et qui était Abel ? Caïn était le premier né d’une femme (Ève). Tout comme son père, le premier homme, Adam représente la race humaine, déchue et rebelle, de même ce fils, étant le premier né sur terre, représente l’homme déchu dans la dépravation de la volonté et de la conscience. Dans toutes les cultures et coutumes, le premier-né a généralement la prééminence parmi la progéniture d’une famille, mais avec Dieu, cela a toujours été exactement le contraire : Exemples : Adam/Christ, Caïn/Abel, Ismaël/Isaac et Esaü-/Jacob). C’est un homme, non pas maudit de Dieu, mais maudit par ses propres péchés, sans repenti. Tous ceux qui vont dans les feux de l’Enfer y vont par leurs propres mérites. Personne n’entre au Ciel par ses propres mérites – seulement par le Salut rendu disponible par la grâce de Dieu en Christ Jésus. Caïn a apporté une offrande à Dieu qui était le produit de ses propres travaux, et d’une source qui était maudite – la terre.

Abel fut le premier prophète né d’une femme. Il a honoré Dieu dans son adoration et son obéissance. Il n’adorait pas Dieu selon ses propres désirs, mais dans le respect et la conformité à la volonté de Dieu. Abel a apporté un sacrifice de sang qui plaisait à Dieu, et non un produit du travail de sa main. « Car voici, je vous envoie des Prophètes, et des Sages, et des Scribes, vous en tuerez, vous en crucifierez, vous en fouetterez dans vos Synagogues, et vous les persécuterez de ville en ville. Afin que vienne sur vous tout le sang juste qui a été répandu sur la terre, depuis le sang d'Abel le juste, jusques au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez tué entre le Temple et l'autel. » (Matthieu 23.34-35).

.

Pourquoi l’offrande de Caïn a-t-elle été refusée ? Parce que ce n’était pas honorer Dieu. C’était un produit de la sueur et du travail de Caïn labourant la terre. La terre était maudite. « Puis il dit à Adam : Parce que tu as obéi à la parole de ta femme, et que tu as mangé [du fruit] de l'arbre duquel je t'avais commandé, en disant : Tu n'en mangeras point, la terre sera maudite à cause de toi ; tu en mangeras [les fruits] en travail, tous les jours de ta vie » (Genèse 3.17). Caïn était arrogant et présomptueux en apportant une offrande qu’il savait ne pas plaire à Dieu. Il adorait sa propre voie et non la voie tracée par Dieu.

.

« Or il arriva, au bout de quelque temps, que Caïn offrit à l’Éternel une oblation des fruits de la terre… ». Abel a présenté un agneau pour son offrande. L’agneau préfigure cet Agneau de Dieu dont la venue était nécessaire pour nous racheter de nos péchés. Abel, lui-même, préfigure le Christ. C’était un prophète, et il a donné sa vie (de la main de son frère) en faisant un sacrifice agréable à Dieu. Le sacrifice du Christ plaisait à Dieu parce qu’il était conforme à son plan de racheter l’homme déchu.

.

« … et qu'Abel aussi offrit des premiers-nés de son troupeau, et de leur graisse ; et l’Éternel eut égard à Abel, et à son oblation » Dieu n’a pas besoin de nos ‘bonnes’ œuvres, qui sont vraiment mauvaises. Il agrée une offrande acceptable. Cette offrande est le Sang du Christ. Il n’a pas besoin d’argent et de sacrifices maintenant que le Sacrifice a été accompli par Christ – Il agrée un cœur brisé et contrit. « Les sacrifices de Dieu sont l'esprit froissé : ô Dieu ! tu ne méprises point le cœur froissé et brisé. » (Psaumes 51.17).

.

« Mais il n'eut point d'égard à Caïn, ni à son oblation ; et Caïn fut fort irrité, et son visage fut abattu ». Lorsque nous ne parvenons pas à apporter à Dieu l’offrande appropriée mentionnée ci-dessus, pourquoi sommes-nous en colère, contre Dieu au lieu de nous-mêmes ? Nous travaillons trop pour attirer Dieu de NOTRE côté au lieu de tourner nos cœurs et nos âmes de SON côté. Nous faisons donc mal et nous sommes châtiés. Nous boudons comme un enfant à qui on a refusé un nouveau jouet. Être en colère contre Dieu, contrairement à de nombreux romans populaires trompeurs, n’est pas une proposition saine. La colère contre Dieu est un péché ! Lorsque nous nous engageons sur la voie de l’hébergement d’un seul péché, ce péché donne naissance de manière prolifique à de nombreux péchés, comme décrit dans les Psaumes « Les méchants ne subsisteront point en jugement, ni les pécheurs dans l'assemblée des justes. Car l'Éternel connaît la voie des justes ; mais la voie des méchants périra. » (Psaume 1.5-6).

.

« Mais il n'eut point d'égard à Caïn, ni à son oblation ; et Caïn fut fort irrité, et son visage fut abattu. Et l’Éternel dit à Caïn : Pourquoi es-tu irrité ? Et pourquoi ton visage est-il abattu ? Si tu fais bien, ne sera-t-il pas reçu ? Mais si tu ne fais pas bien, le péché est à la porte ; or ses désirs se [rapportent] à toi, et tu as Seigneurie sur lui. » Le privilège du premier-né était un grand honneur, dans les temps anciens. Dieu dit à Caïn : Si tu fais bien, ton sacrifice sera reçu et tu n’auras pas perdu ton droit d’aînesse. Quand Isaac bénit Jacob (le deuxième enfant), il pensait qu’il bénissait Ésaü. Jacob a trompé son père en obtenant cette bénédiction du premier-né. « Isaac a dit : Que les peuples te servent, et que les nations se prosternent devant toi ! Sois le maître de tes frères, et que les fils de ta mère se prosternent devant toi ! Quiconque te maudira, soit maudit ; et quiconque te bénira, soit béni. » (Genèse 27.29). Mais Caïn n’a pas bien reçu le châtiment de Dieu. Il a envisagé la perspective d’une plus grande damnation dans ce rejet.

.

« Or Caïn parla avec Abel son frère, et comme ils étaient aux champs, Caïn s'éleva contre Abel son frère, et le tua ». L’implication est ici que la 'conversation' que Caïn a eue avec Abel n’était pas amicale. Peut-être qu’Abel, étant un prophète, a rappelé à Caïn son obligation d’apporter une offrande de sang, appropriée à Dieu. Caïn était riche en produits cultivés à partir du sol – pas de moutons. Il voulait donc Lui offrir ce qui lui convenait. Faire les choses à notre façon mène toujours à la ruine. Cela ne blesse pas seulement nous-mêmes, mais aussi ceux à qui nous devons de l’amour. Caïn a commencé par désobéir à un culte approprié et s’est terminé par le meurtre de son seul frère. Le respect et l’ordre approprié dans lesquels nous adorons sont importants pour Dieu. Nous n’adorons pas en utilisant ces produits du monde, mais nous louons Dieu d’une manière impeccable en honorant Celui qui a versé Son sang et est mort pour nous.

.

« Et l’Éternel dit à Caïn : Où est Abel ton frère ? Et il lui répondit : Je ne sais, suis-je le gardien de mon frère, moi ? ». Non seulement Caïn avait manqué à être le gardien de son frère, mais il s’était fait son meurtrier, à la place. Combien de fois essayons-nous d’atténuer notre péché en en commettant un plus grand. On ne ment pas à Dieu. « Ne vous y trompez pas ; On ne se moque pas de Dieu : Car tout ce qu’un homme sème, il le récoltera aussi. » (Galates 6.7) ; et « ... voici, vous aurez péché contre l'Éternel ; et sachez que votre péché vous trouvera. » (Nombres 32.23).

.

« Et Dieu dit : Qu'as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre à moi ». Bien que les corps des martyrs gisent sur la terre, leurs esprits crient à Dieu de la poussière pour leurs meurtres. Le « Tale-Tale Heart » d’Edgar Allen Poe illustre cela même s’il s’agit d’une fiction.

.

« Maintenant donc tu [seras] maudit, [même] de la part de la terre, qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère. Quand tu laboureras la terre, elle ne te rendra plus son fruit, et tu seras vagabond et fugitif sur la terre ». Je vous demande, mes amis, qu’est-ce qui a fait tomber la malédiction sur Caïn – Dieu, ou les péchés de Caïn ? Je crois que la réponse sera parfaitement honnête pour tous ceux qui entendront ou liront ce sermon. Ce sont les transgressions et la rébellion de Caïn qui lui ont apporté la malédiction ! C’est la même chose pour nous, de nos jours. Dieu nous enlèvera tous nos privilèges parce que nous avons renoncé à notre droit en ne suivant pas le droit chemin.

.

« Et Caïn dit à l’Éternel : Ma peine est plus grande que je ne puis porter. Voici, tu m'as chassé aujourd'hui de cette terre-ci, et je serai caché de devant ta face, et serai vagabond et fugitif sur la terre, et il arrivera que quiconque me trouvera, me tuera. ». Que la punition pour nos péchés soit plus grande ou non que ce que nous pouvons supporter n’a pas d’importance ! Nous les porterons, en effet. Le péché nous sépare TOUJOURS de Dieu. Et qui pèche, Dieu ou nous ? Nous nous séparons de Dieu par notre désobéissance et notre mépris pour la révérence qui Lui est due dans l’adoration – si nous adorons du tout. Le monde déteste la réprobation de Dieu.

.

« Et l’Éternel lui dit : C'est pourquoi quiconque tuera Caïn sera puni sept fois davantage. Ainsi l’Éternel mit une marque sur Caïn, afin que quiconque le trouverait, ne le tuât point ». Même s’il est méprisé et haï pour ses manières perverses, assassiner est un péché contre Dieu parce que cela prive Dieu de la perspective de la rédemption, même pour un Pierre (qui a renié Jésus trois fois) et vous et moi, pour nos péchés par action et par omission. Nous laisserons à Dieu le soin de condamner, même si nous pouvons juger le péché par Sa Sainte Parole. Nous ne savons pas exactement la manière dont la « marque » a été imposée à Caïn, mais je crois que ce n’était pas une marque visible, mais une marque spirituelle où les jugements et les décisions étaient pris – un peu comme la Marque de la Bête ou le Sceau de Dieu mentionné dans l’Apocalypse – qui était DANS le front (où les décisions délibératives sont prises et les jugements promulgués) et non SUR elle.

.

« Alors Caïn sortit de devant la face de l’Éternel, et habita au pays de Nod, vers l'Orient d'Eden ». Tous ceux qui demeurent dans leurs péchés sortent de la présence de l’Éternel. Rappelez-vous cette nuit horriblement fatidique où Judas s’est éloigné de la présence du Christ et est sorti dans une nuit éternelle et sombre? « Après donc que [Judas] eut pris le morceau, il partit aussitôt ; or il était nuit » (Jean 13.30). Êtes-vous encore dans la nuit noire, ou êtes-vous venus dans la Présence rayonnante du Christ ?