Quelle est ma relation avec Christ ?

SERMON pour le 7ème dimanche après la Trinité.

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Révérendissime Jerry Levon OGLES,

Docteur en Théologie et Évêque Métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

« C'est ici mon commandement, que vous vous aimiez l'un l'autre, comme je vous ai aimés. Personne n'a un plus grand amour que celui-ci, [savoir], quand quelqu'un expose sa vie pour ses amis. Vous serez mes amis, si vous faites tout ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait point ce que son maître fait ; mais je vous ai appelés [mes] amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j'ai ouï de mon Père. Ce n'est pas vous qui m'avez élu, mais c'est moi qui vous ai élus, et qui vous ai établis, afin que vous alliez [partout] et que vous produisiez du fruit, et que votre fruit soit permanent ; afin que tout ce que vous demanderez au Père en mon Nom, il vous le donne. Je vous commande ces choses, afin que vous vous aimiez l'un l'autre. Si le monde vous hait, sachez que j'en ai été haï avant vous. Si vous eussiez été du monde, le monde aimerait ce qui serait sien ; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai élus du monde, à cause de cela le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite, que le serviteur n'est pas plus grand que son maître ; s'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon Nom, parce qu'ils ne connaissent point celui qui m'a envoyé. Si je ne fusse point venu, et que je ne leur eusse point parlé, ils n'auraient point de péché, mais maintenant ils n'ont point d'excuse de leur péché. Celui qui me hait, hait aussi mon Père. Si je n'eusse pas fait parmi eux les œuvres qu'aucun autre n'a faites, ils n'auraient point de péché ; mais maintenant ils les ont vues, et toutefois ils ont haï et moi et mon Père. Mais c'est afin que soit accomplie la parole qui est écrite en leur Loi : Ils m'ont haï sans sujet. Mais quand le Consolateur sera venu, lequel je vous enverrai de la part de mon Père, [savoir] l'Esprit de vérité, qui procède de mon Père, celui-là rendra témoignage de moi. Et vous aussi vous en rendrez témoignage : Car vous êtes dès le commencement avec moi. » (Jean 15.12-27).

.

Nous avons tous une relation avec le Seigneur Jésus-Christ. Certains d’entre nous sont enfermés dans une relation de guerre avec le Christ. Certains sont dans une attitude très décontractée qui rend la relation inefficace. Mais ce genre de relations ne nous apporte pas la faveur et la grâce de Dieu. Notre relation avec le Christ doit être celle d’un ami, d’un frère de sœur, d’un serviteur et d’un soldat sous Son haut commandement.

.

Quelle relation entretenez-vous avec Christ ? Est-elle efficace et digne de Sa faveur et de Son Amour ? Ce sont là les questions les plus importantes de la vie. Ne connaissons pas seulement le Christ, mais connaissons-Le comme un ami, un frère, un Seigneur et un Sauveur !

.

Dans le 12ème chapitre de l’Évangile de saint Matthieu, nous voyons Jésus prêcher et enseigner aux multitudes quand sa mère, ses frères et sœurs sont venus et se sont tenus à la porte pour parler avec le Christ. « Et comme il parlait encore aux troupes, voici, sa mère et ses frères étaient dehors cherchant de lui parler. Et quelqu'un lui dit : Voilà, ta mère et tes frères sont là dehors, qui cherchent de te parler. » (Matthieu 12.46-47). Il y a dans cet incident une suggestion de faire la lumière sur la relation spirituelle que Sa famille, y compris Sa mère, avait avec Jésus. Oui, Il était leur frère et son fils dans un sens corporel, mais pas nécessairement une affinité spirituelle avec tout ce que Christ a enseigné. Nous ne voyons pas Sa mère, Marie, Le suivre après les disciples pour entendre la prédication de son fils. Elle était plus préoccupée, en tant que mère, par son bien-être physique que par l’Évangile gênant qu’il prêchait.

.

Les actions suivantes du Christ en révèlent beaucoup sur la relation spirituelle appropriée que nous devrions avoir avec Lui : « Mais il répondit à celui qui lui avait dit cela : Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? Et étendant sa main sur ses Disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères. Car quiconque fera la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère. » (Matthieu 12.48-50). Les relations proches du Christ sont celles qui écoutent et font la volonté du Père – POINT. Implicitement, la famille corporelle immédiate de Jésus ne correspondait pas à ce scénario. Peut-être qu’après la crucifixion et la résurrection avant sa mère, Marie, a pu enfin connaître toute la mesure de Celui qu’était vraiment son Fils. L’apparition de l’Archange Gabriel ressemblait presque à un rêve pour la pauvre Marie.

.

Nous en venons maintenant au texte d’aujourd’hui. On nous donne trois facteurs de l’œuvre de Dieu qui sont pertinents pour le texte : Les conditions de la relation en Christ, le réconfort même sous la persécution du monde et l’œuvre du Saint Esprit et des Apôtres.

.

La condition qui doit être remplie :

Jésus énonce la seule condition qui établit notre élection en Christ et soutient cette élection : C’est le simple mot : AMOUR ! Il est aussi lourd de sens que Son commandement royal, et c’est le seul commandement sur lequel tous les autres ont leur fondement. C’est, en bref, un Cercle d’Amour : Dieu nous a aimés avant que nous L’aimions, « Nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier. » (1 Jean 4.19). Nous avons envers Dieu une DETTE d’Amour.

.

Maintenant, pour qualifier cet amour que nous rendons au Père en retour, nous devons aimer les autres qui aiment aussi le Seigneur. C’est la BANNIÈRE même de l’Amour sous laquelle le peuple de Dieu marche, et il doit y avoir un amour mutuel de tous ceux qui marchent sous cette BANNIÈRE.

.

« C'est ici mon commandement, que vous vous aimiez l'un l'autre, comme je vous ai aimés. Personne n'a un plus grand amour que celui-ci, [savoir], quand quelqu'un expose sa vie pour ses amis. ». Nous utilisons le terme amour avec un peu trop de désinvolture. Nous prétendons aimer la glace au chocolat, la crème, les chiens, les chevaux, les roses, etc. ; mais ce n’est pas de l’amour. Qui mourrait pour une crème glacée (bien que je sois tenté) ? Ou un chien ? Ou une rose ? L’amour est un sentiment dominant qui dicte tout le reste de notre être. Nous mourrons certainement pour ce que nous aimons. Christ l’a fait, et nous devrions le faire aussi si les circonstances le justifient. Nous disons que nous aimons nos frères chrétiens, n’est-ce pas ? Les aimons-nous comme Jésus nous a commandé de le faire ? Et comment Jésus dit-Il qu’il faut nous aimer les uns les autres ? Tout comme Il nous a aimés et a donné Sa vie pour nous. Ce n’est pas un amour décontracté, n’est-ce pas ? Il nous parle de ce grand amour au verset 13 : « Personne n'a un plus grand amour que celui-ci, [savoir], quand quelqu'un expose sa vie pour ses amis ». C’est la norme d’amour requise. L’avez-vous vraiment ?

.

Réconfort à avoir même dans la persécution du monde.

L’athlète qui survit à une partie de football particulièrement violente, ou la ballerine qui rate une performance, ce qui l’a privée de la couronne, peut développer un orgueil particulier dans le devoir bien accompli comme Dieu leur a donné la Lumière pour le faire. La persécution venant du monde prend l’aspect encore plus sombre de l’injustice. Bien que nous ayons pu mener nos vies avec une plus grande justice que ce à quoi on peut s’attendre humainement, nous souffrons de l’injustice d’être puni pour avoir fait le bien. Une telle injustice peut être accablante pour ceux de peu de foi ; mais pour ceux dont la foi est fondée sur le Rocher solide, il y a une immense consolation d’être injustement torturé et battu. La satisfaction vient de la certitude que nous avons, en effet, pris notre croix et suivi le Christ jusqu’au bout du chemin ! Le conseil du Christ résonne haut et fort : « Si le monde vous hait, sachez que j'en ai été haï avant vous. Si vous eussiez été du monde, le monde aimerait ce qui serait sien ; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai élus du monde, à cause de cela le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite, que le serviteur n'est pas plus grand que son maître ; s'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon Nom, parce qu'ils ne connaissent point celui qui m'a envoyé. Si je ne fusse point venu, et que je ne leur eusse point parlé, ils n'auraient point de péché, mais maintenant ils n'ont point d'excuse de leur péché. Celui qui me hait, hait aussi mon Père. Si je n'eusse pas fait parmi eux les œuvres qu'aucun autre n'a faites, ils n'auraient point de péché ; mais maintenant ils les ont vues, et toutefois ils ont haï et moi et mon Père. Mais c'est afin que soit accomplie la parole qui est écrite en leur Loi : ils m'ont haï sans sujet. »

.

Il est intéressant de noter la réciprocité du sentiment exprimé par le Christ dans son discours. Dieu nous a aimés en premier ; par conséquent, nous sommes capables de L’aimer. D’autre part, le monde haïssait Christ d’abord ; par conséquent, le monde nous déteste aussi. Il y a unité des deux camps. La haine du monde est unie contre Christ et Son peuple tandis que le Royaume de Dieu est uni sous cette bannière d’amour dont il a été question plus tôt. Tout le travail d’un serviteur est vraiment l’œuvre de son maître. C’est la volonté du maître qui opère dans les travaux de nombreux serviteurs. Si le maître est aimé dans la communauté, les serviteurs seront également identifiés à cet amour. Si le maître est un traître, ses serviteurs seront traités comme des traîtres. Quelle que soit la louange ou le ridicule du maître, ce sera reporté sur le serviteur. Mais un serviteur capricieux ne reporte pas son caractère sur le maître. Christ est notre Maître. C’est Sa Personne qui est représentée par chaque membre de Sa famille. Son royaume porte Son nom et non pas le nôtre.

.

L’ennemi sur le champ de bataille ne connaît ni ne désire connaître le nom du soldat de ligne en face de lui ; mais vous pouvez être assuré qu’il désire savoir, et FAIRE connaître le nom de leur commandant de campagne contre l’esprit duquel il planifie ses assauts. Christ est le Capitaine de notre Âme. Partout où Il est haï, vous le serez aussi. S’ils ne montrent aucune pitié à notre Leader, pensez-vous qu’ils seront plus respectueux de ses adhérents ? Être haï par le monde sans cause peut n’apporter aucun réconfort ; toutefois, lorsque nous sommes persécutés pour l’amour du Christ, nous pouvons savoir qu’il en est conscient et qu’il nous aime d’autant plus.

.

L’œuvre du Saint-Esprit et des Apôtres.

Le Consolateur, qui est le Saint-Esprit, est envoyé pour nous ouvrir les yeux sur la beauté du Seigneur. Il nous révèle la vérité que nous pouvons connaître dans nos têtes, mais PAS dans nos cœurs. Vous remarquerez que le but du Saint-Esprit est de « témoigner » du Christ. « Mais le Consolateur, qui est le Saint-Esprit, que le Père enverra en mon Nom, vous enseignera toutes choses, et il vous rappellera le souvenir de toutes les choses que je vous ai dites » (Jean 14.26). Le Seigneur nous a donné un devoir de lecture qui sera notre nourriture pour l’apprentissage par le biais du Saint-Esprit. Nous notons que le Saint-Esprit est envoyé par le Père au nom du Christ. Nous notons en outre que le Saint-Esprit nous enseignera toutes les choses que nous avons lues dans les Écritures, mais pas comprises. Nous notons aussi que le Saint-Esprit « vous rappellera le SOUVENIR de toutes les choses. Comment pouvons-nous nous souvenir de quelque chose dans les Saintes Écritures si nous n’avons même pas pris la peine de les lire ou de les étudier en premier lieu ? Nous avons un grave devoir ici à accomplir. En tant que bons soldats, nous devons suivre notre formation, porter notre arme, et enfiler notre armure. Lequel d’entre nous oserait entrer dans le feu de la bataille sans arme ou sans aucune armure de protection ?

.

En conclusion de notre message, nous devons à nouveau considérer notre relation avec le Christ.

Sommes-nous Ses amis comme Il est notre ami ? L’aimons-nous comme Il nous a d’abord aimés ? Sommes-nous de ceux qui entendent et obéissent aux commandements du Christ ? « Vous serez mes amis, si vous faites tout ce que je vous commande ». L’avons-nous fait ? Sans la grâce, nous n’aurions pas pu choisir Christ, car c’est Lui qui nous a choisis bien avant que nous le connaissions. Si nous sommes les enfants de Dieu, et que Dieu est le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, ne sommes-nous pas également frères et sœurs de Jésus ? « Car quiconque fera la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère » (Matthieu 12.50).

.

Maintenant, une fois de plus, s’il vous plaît, posez-vous la question : Quelle est MA relation avec Jésus-Christ ?