Avoir l'esprit de Christ

Avoir l’esprit de Christ

« Puis donc que Christ a souffert pour nous en la chair, vous aussi soyez armés de cette même pensée, que celui qui a souffert en la chair, a désisté du péché ; 2 Afin que durant le temps qui reste en la chair, vous ne viviez plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu. 3 Car il nous doit suffire d’avoir accompli la volonté des Gentils, durant le temps de notre vie passée, quand nous nous abandonnions aux impudicités, aux convoitises, à l’ivrognerie, aux excès dans le manger et dans le boire, et aux idolâtries abominables ; 4 Ce que [ces Gentils] trouvant fort étrange, ils vous blâment de ce que vous ne courez pas avec eux dans un même abandonnement de dissolution. 5 Mais ils rendront compte à celui qui est prêt à juger les vivants et les morts. 6 Car c’est aussi pour cela qu’il a été évangélisé aux morts, afin qu’ils fussent jugés selon les hommes en la chair, et qu’ils vécussent selon Dieu dans l’esprit. » (1 Pierre 4/1-6).

Au début de ce chapitre, il sera peut-être avantageux de considérer avec quel esprit nous devrions regarder toutes choses : en esprit et avec une mesure céleste.

« Qu'il y ait donc en vous un même sentiment qui a été en Jésus-Christ. » (Philippiens 2/5) ; « Car qui a connu la pensée du Seigneur pour le pouvoir instruire ? Mais nous, nous avons l'intention de Christ. » (1 Corinthiens 2/16) ; « Et ne vous conformez point à ce présent siècle, mais soyez transformés par le renouvellement de votre entendement, afin que vous éprouviez quelle est la volonté de Dieu, bonne, agréable, et parfaite. » (Romains 12/2) ; « Celui qui dit qu'il demeure en lui, doit vivre comme Jésus-Christ lui-même a vécu. » (1 Jean 2/6).

« Puis donc que Christ a souffert pour nous en la chair, vous aussi soyez armés de cette même pensée, que celui qui a souffert en la chair, a désisté du péché » (1 Pierre 4/1). Nous ne nous appartenons pas, mais nous appartenons à Dieu. Si nous n’en faisons qu’à notre tête, cela nous mènera au désespoir et au fond de l’enfer. Il n’y a qu’une seule voie juste, et c’est lui le Chemin, la Vérité et la Vie : Jésus Christ. « En règle générale, si on le prend au pied de la lettre : Les hommes qui souffrent le reflètent généralement dans leur vie et leur manières, ils sont humbles, ils se détestent à cause de leurs iniquités passées, et ils les ont cessées ; car, en souffrant, l’esprit oublie son envie de pécher ou les désirs de la chair, parce qu’ils en ressentent de l’amertume avec l’appréhension de la mort et du jugement ; et, en recevant la miséricorde de Dieu, ils sont délivrés de leur péché ». Le meilleur sens me semble être : « Ceux qui sont fermement résolus, s’ils y sont appelés, à souffrir la mort plutôt que d’apostasier du christianisme, ont en conséquence cessé de pécher, ils sont délivrés du péché de sauver leur vie au prix de leur foi ».

Si nous sommes fidèles à la Parole de dieu, nous ne pouvons pas échapper à la souffrance qui en résulte. Nous serons ostracisés par la société et étiquetés comme radicalisés ou ermites. Mais marcher avec l’esprit de Christ nous met en route sur le chemin étroit qui monte au Ciel.

Le point saillant de notre texte est au singulier : Marchez dans la voie du Seigneur.

Le commandement de faire cela : Le premier verset se com-bine avec le second, et c’est notre commandement : « Puis donc que Christ a souffert pour nous en la chair, vous aussi soyez armés de cette même pensée, que celui qui a souffert en la chair, a désisté du péché ; 2 Afin que durant le temps qui reste en la chair, vous ne viviez plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu » (1 Pierre/1-2).

Une différence majeure entre la structure de commandement de l’OTAN et l’ancien régime soviétique était ceci : Dans les forces de l’OTAN, il y a une structure de commandement descendante des officiers supérieurs au simple soldat. Si un commandant est neutralisé, l’officier supérieur suivant prend le commandement, et ainsi de suite jusqu’au dernier homme. Les forces soviétiques n’avaient pas une telle structure de commandement et quand le commandant tombait, il y avait un dilemme. Avec Dieu pour Commandant, nous n’avons aucun de ces problèmes. Nous n’avons qu’à Le suivre. Si nous déférons à notre ‘ordre de marche’, nous marchons tous avec le même but, la même intention, et la même persévérance dans l’esprit de Christ !

La raison de notre dilemme avant de venir à Christ : Le soldat américain d’autrefois mourait bravement pour son pays, à la bataille, mais il avait besoin qu’on lui dise une bonne raison pour son sacrifice. S’il savait le pourquoi, le comment était un sujet d’ingénuité et de courage. Le pécheur essaye de résoudre la question du comment avant d’examiner le pourquoi. Quel intérêt y a-t-il à noyer notre chagrin dans la drogue, l’alcool, la poursuite de la sensualité dans la promiscuité, quand on va mourir ? Déterminons le pourquoi et le comment afin d’éviter toute confusion. « Car il nous doit suffire d’avoir accompli la volonté des Gentils, durant le temps de notre vie passée, quand nous nous abandonnions aux impudicités, aux convoitises, à l’ivrognerie, aux excès dans le manger et dans le boire, et aux idolâtries abominables » (1 Pierre 4/3). Quand nous agissons sous le plan d’action d’un autre, nous ne pensons pas à nous-mêmes ; mais quand nous avons revêtu l’Esprit de Christ, nous pensons, agissons et vivons avec cet Esprit. Nos pensées sont ses pensées et elles deviennent naturellement les nôtres. Nous n’avons ni vision ni opinion quand nous sommes Un avec Christ, et il n’y a ni divergences ni luttes dans nos églises non plus quand l’Esprit de Christ dirige, car son Esprit est indivisible.

Le résultat : « Ce que [ces Gentils] trouvant fort étrange, ils vous blâment de ce que vous ne courez pas avec eux dans un même abandonnement de dissolution. 5 Mais ils rendront compte à celui qui est prêt à juger les vivants et les morts. 6 Car c’est aussi pour cela qu’il a été évangélisé aux morts, afin qu’ils fussent jugés selon les hommes en la chair, et qu’ils vécussent selon Dieu dans l’esprit. Ce que [ces Gentils] trouvant fort étrange, ils vous blâment de ce que vous ne courez pas avec eux dans un même abandonnement de dissolution. 5 Mais ils rendront compte à celui qui est prêt à juger les vivants et les morts. 6 Car c’est aussi pour cela qu’il a été évangélisé aux morts, afin qu’ils fussent jugés selon les hommes en la chair, et qu’ils vécussent selon Dieu dans l’esprit » (1 Pierre 4/4-6). Le peuple de Dieu est considéré comme ‘spécial’ par le monde. « Mais vous êtes la race élue, la Sacrificature royale, la nation sainte, le peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière » (1 Pierre 2/9). Le monde marche à son propre pas, et il croit que toute la création marche de travers quand c’est lui qui fausse le pas donné par le Véritable Tambour-Major. Car alors que nous faisons le bien et vivons droitement, le monde nous accuse de faire le mal. Pourquoi ? Ne comprennent-ils pas ? Non, ils comprennent vraiment, mais s’ils se rendent à un Dieu juste, ils auront le dilemme de se repentir de leurs péchés et de permettre au Saint-Esprit de changer leur style de vie. Ils ne peuvent pas l’accepter. Ils seront tous sans excuse. Ceux qui vivaient au temps de Noé, avant que l’Évangile de la promesse faite à Abraham fût prêché, ont entendu l’Évangile prêché par Christ dans leur prison. Ils ne peuvent pas admettre qu’ils n’ont eu aucun prédicateur qui les avertisse. Étant en esprit dans cette prison, l’invitation à vivre dans l’Esprit même de Christ leur a été donnée bien qu’ils fussent morts dans la chair.

Et vous, cher lecteur, êtes-vous mort à vos transgressions et à vos péchés, ou vivant en Christ, étant mort à vos transgressions et à votre péché ?​

0