CHAQUE JOUR UNE NOUVELLE CRÉATURE

SERMON pour la Circoncision du Christ : 1er janvier.

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Révérendissime Jerry Levon OGLES,

Docteur en Théologie et Évêque Métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

ÉPÎTRE : « C'est pourquoi souvenez-vous que vous qui étiez autrefois Gentils en la chair, et qui étiez appelés Prépuce, par celle qui est appelée la Circoncision, faite de main en la chair, étiez en ce temps-là hors de Christ, n'ayant rien de commun avec la République d'Israël, étant étrangers des alliances de la promesse, n'ayant point d'espérance, et étant sans Dieu, au monde. Mais maintenant par Jésus-Christ, vous qui étiez autrefois loin, êtes approchés par le sang de Christ. Car il est notre paix, qui des deux en a fait un, ayant rompu la clôture de la paroi mitoyenne ; ayant aboli en sa chair l'inimitié, [savoir] la Loi des commandements qui consiste en ordonnances ; afin qu'il créât les deux en soi-même pour être un homme nouveau, en faisant la paix ; et qu'il réunît les uns et les autres pour former un corps devant Dieu, par la croix, ayant détruit en elle l'inimitié. Et étant venu il a évangélisé la paix à vous qui étiez loin, et à ceux qui étaient près. Car nous avons par lui les uns et les autres accès auprès du Père en un même Esprit. Vous n'êtes donc plus des étrangers ni des gens de dehors ; mais les concitoyens des Saints, et les domestiques de Dieu. Étant édifiés sur le fondement des Apôtres, et des prophètes, et Jésus-Christ lui-même étant la maîtresse pierre du coin ; en qui tout l'édifice posé et ajusté ensemble, s'élève pour être un Temple saint au Seigneur. En qui vous êtes édifiés ensemble, pour être un Tabernacle de Dieu en esprit. » (Éphésiens 2.11-22).

.

COLLECTE : « Dieu Tout-Puissant, qui, pour l’amour des hommes ; as voulu que ton Fils bien-aimé fût circoncis et obéissant à la loi ; accorde-nous la vraie circoncision de l’Esprit, afin que nos cœurs et nos corps, étant morts à toutes les convoitises humaines et charnelles, nous puissions en toutes choses obéir à ta sainte volonté ; par ce même ton Fils Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen ».

.

Aujourd’hui, conformément au calendrier occidental, nous observons le début d’une nouvelle année. Ce n’est pas le début de l’année comme le prescrit l’Écriture Sainte, car elle commence à la saison du printemps, le premier jour du mois hébreu de Nisan. « Et l’Éternel parla à Moïse et à Aaron dans le pays d’Égypte, disant : Ce mois sera pour vous le commencement des mois : ce sera pour vous le premier mois de l’année. » (Exode 12.1-2) (voir aussi Deutéronome 16.1 pour Abib qui est maintenant Nisan). Ce mois de Nisan était le mois de la Pâque (le 14 Nisan). C’était le Nouvel An ecclésiastique dans la Bible. Il a été proposé comme le mois de la conception de Christ et, par conséquent, nous célébrons Noël environ neuf mois plus tard.

.

Nous avons récemment lu l’Évangile de Jean et ses épîtres sur ce que Jean appelle « au commencement ». Ce début se rapporte au continuum espace-temps-matière qui définit notre compréhension de l’Univers créé. Chaque jour de notre vie, cependant, est un nouveau départ. Si nous choisissons arbitrairement le 1er janvier comme point de référence pour une nouvelle année, qu’il en soit ainsi. Aujourd’hui est le premier jour du reste de notre vie sur terre, un peu comme chaque jour est un nouveau commencement.

.

Christ était au commencement de la Création de Dieu, mais Il était aussi la Création elle-même. Aujourd’hui, nous lisons dans le texte évangélique la circoncision du Christ. Cela officialise Sa réception légale dans la Maison d’Israël et le report du péché. Tout comme notre Seigneur n’avait pas besoin d’être baptisé en nouveauté de vie (car Il avait la vie éternelle en Lui), Il n’avait pas non plus besoin de la circoncision dans la chair, car Il était sans péché ; mais Christ a observé et soutenu chaque stipulation de la loi, comme un exemple et une illustration pour nous. La création du monde par Lui (Jean 1.1-3) était un nouveau commencement. Sa circoncision représente un nouveau commencement, et son baptême reflète aussi un nouveau commencement. En réalité, le baptême remplace la circoncision, pour nous. Notre vraie vie dans l’éternité a commencé à notre baptême au cours duquel nous proclamons publiquement, ou le faisons proclamer pour nous, notre nouvelle vie en Christ.

.

Nous nous tournons maintenant vers l’Épître d’aujourd’hui pour comprendre ce que signifie la nouvelle circoncision dans nos propres vies, et en Christ. Dans cette épître aux croyants d’Éphèse, Paul les appelle « saints ». Cela est cohérent avec le fait qu’aucun de nous ne peut mériter son salut par ses bonnes œuvres, mais seulement par la grâce imméritée, reçue de Dieu. Après être venus à Christ, nous sommes lavés de nos péchés et sommes considérés, sur les seuls mérites du Christ, comme des saints – non pas dans le sens où nous devons être vénérés comme dans le cas de Rome – mais considérés comme justes aux yeux de Dieu sur la base de la Rédemption rendue disponible en Christ.

.

Comment sommes-nous identifiés aujourd’hui comme le peuple de Dieu ? Nous étions autrefois considérés comme des gens de l’incirconcision – des non-lavés, des non-baptisés et des impies. Nous étions étrangers à Dieu parce qu’Il nous était inconnu. Comment ce statut a-t-il changé en Christ ? « C'est pourquoi souvenez-vous que vous qui étiez autrefois Gentils en la chair, et qui étiez appelés Prépuce, par celle qui est appelée la Circoncision, faite de main en la chair, étiez en ce temps-là hors de Christ, n'ayant rien de commun avec la République d'Israël, étant étrangers des alliances de la promesse, n'ayant point d'espérance, et étant sans Dieu, au monde ». Nous étions des Gentils dans les années passées, des étrangers à la communauté d’Israël. Nous étions étrangers à Dieu et n’avions pas droit aux Alliances et aux promesses mises à la disposition du peuple de Dieu (Israël). Étant désespérés et sans issue, nos vies ont été appauvries par l’ignorance, les ténèbres, la violence et la honte. Être sans Dieu dans le monde équivaut à être sans Dieu dans l’éternité. Comme notre état était triste !

.

« Mais maintenant par Jésus-Christ, vous qui étiez autrefois loin, êtes approchés par le sang de Christ. ». Merci à Dieu pour ce 'MAIS' ! ‘MAIS’ dans les Écritures signifie un renversement. « Or Naaman, Chef de l'armée du Roi de Syrie était un homme puissant auprès de son Seigneur, et il était en grand honneur, parce que l'Éternel avait délivré les Syriens par son moyen, mais cet homme fort et vaillant était lépreux » (2 Rois 5.1). Naaman était un gentleman assez gentil et aisé, MAIS il avait un problème. Il avait une maladie mortelle, nauséabonde et humiliante. Remarquez le revers de la médaille, en Christ. Nous étions un peuple démuni, malade et mourant. Nous avions la maladie mortelle, nauséabonde et humiliante du péché, MAIS Christ nous a guéris ! Nous ne sommes plus des étrangers à la communauté d’Israël, mais nous sommes maintenant rapprochés par le sang du Christ ! Nous sommes devenus des citoyens naturalisés de la Maison de Dieu par le processus d’adoption des fils et des filles. Ceux qui ont été adoptés dans la famille de Dieu jouissent de tous les privilèges des enfants naturels et, dans la plupart des cas, beaucoup plus, car Il nous a appelés les vrais enfants d’Isaac par la promesse de Dieu. Ceux qui étaient considérés comme la maison d’Israël par accident de naissance et de généalogie, et qui rejetaient le Seigneur, ne sont plus les enfants de la Promesse. Ils ont pourtant le privilège de retourner à Dieu, en recevant Son Fils unique comme leur Seigneur et Sauveur. Cette promesse d’Isaac est ouverte à tous les peuples.

.

« Car il est notre paix, qui des deux en a fait un, ayant rompu la clôture de la paroi mitoyenne ». Dans le Temple s’élevait un mur de pierre qui séparait la cour des païens du Lieu Saint. C’était une mort certaine de traverser ce mur. Le vrai mur qui nous séparait de Dieu était le mur du péché. Le péché nous sépare de Dieu et de ceux que nous aimons. Christ n’est pas notre artisan de paix, mais Il est la Paix elle-même, pour nous. Il n’est pas devenu notre moyen d’observance de la Pâque, mais la Pâque elle-même, pour nous. Il n’est pas devenu notre moyen de repos (Sabbat), mais notre Sabbat lui-même (car en Lui nous avons le repos de nos travaux si c’est Lui qui travaille en nous). De fait, il n’y a pas de ligne de démarcation entre Juif ou Gentil, homme ou femme, esclave ou libre – car tous sont Un en Jésus-Christ.

.

« … ayant aboli en sa chair l'inimitié, [savoir] la Loi des commandements qui consiste en ordonnances ; afin qu'il créât les deux en soi-même pour être un homme nouveau, en faisant la paix ». Christ n’a annulé aucun commandement de Dieu, mais Il a aboli les ordonnances contenues dans les commandements des hommes qui imposaient une division entre les Juifs mondains et les païens du monde, faisant d’eux UN en Christ, s’ils sont à Lui en esprit et en vérité. Christ a accompli les Lois de Dieu et les a rendues encore plus contraignantes, mais dans l’amour. L’orgueil spirituel qui divisait comme le mur de pierre, a été démoli par Christ, pour ceux qui Le reçoivent. Les tablettes de pierre sur lesquelles les commandements de Dieu ont été écrits ont été abolies – mais pas les commandements eux-mêmes. Ils sont, au contraire, maintenant écrits dans la chair de notre cœur. La notion populaire selon laquelle les commandements de Dieu ont été « cloués sur la croix » est un mensonge séditieux ! C’est toujours un péché grave de commettre un meurtre, un adultère, de porter un faux témoignage, de convoiter, de voler ou d’avoir d’autres dieux devant Dieu. Comme il est ridicule de prêcher que ces commandements ne sont plus contraignants ! Comment les Juifs et les Gentils croyants peuvent-ils être un homme nouveau ? C’est parce que tous les croyants sont UN en Jésus-Christ. Ce sont les ordonnances des commandements humains qui ont été clouées sur la croix.

.

« … et qu'il réunît les uns et les autres pour former un corps devant Dieu, par la croix, ayant détruit en elle l'inimitié. Et étant venu il a évangélisé la paix à vous qui étiez loin, et à ceux qui étaient près ». Il n’y a pas de peuple élu en dehors de ceux que Dieu a choisis et qui ont choisi Dieu en Christ ! Peu importe la dépravation et les péchés d’un peuple, Dieu veut que nous portions le message de l’Évangile à tous de la même manière. Nous pouvons nous considérer, comme Jonas, un peuple trop éloigné de Dieu pour espérer la rédemption, mais ce serait éteindre le Saint-Esprit, pour attirer Son peuple, quelles que soient les conditions de vie où il se trouve. Nous aurions sûrement jugé que Paul (Saul) était sans espoir de Salut, jusqu’à sa rencontre sur la route de Damas. Nous semons la graine et permettons au Saint-Esprit d’accomplir Ses miracles dans l’ombre, sous terre. La Parole de Dieu est une semence porteuse de vie qui peut percer la pierre !

.

« Car nous avons par lui les uns et les autres accès auprès du Père en un même Esprit ». La Sainte Trinité n’est pas divisée contre elle-même, mais elle est Une dans le but, la volonté et l’action. Si nous sommes en Christ (le Fils), nous avons accès au trône de grâce du Père par le Saint-Esprit... et tous les trois sont UN ! Et ainsi nous sommes Un avec Dieu le Père et Dieu le Saint-Esprit, si nous sommes Un avec Christ !

.

« Vous n'êtes donc plus des étrangers ni des gens de dehors ; mais les concitoyens des Saints, et les domestiques de Dieu ». Nous avons un nombre croissant d’étrangers illégaux parmi nous en Amérique, aujourd’hui. Ce ne sont pas des citoyens parce qu’ils sont venus sur nos côtes par d’autres moyens que légaux. De même, nous en avons beaucoup dans nos Églises qui sont des résidents illégaux en Israël. Ils sont venus pour les mauvaises raisons et par les mauvais moyens. Le seul accès au royaume est par Christ. Il est notre parrain et notre moyen d’adoption. Si nous sommes venus autrement que par Christ, nous ne jouirons pas des privilèges de la promesse !

.

« Étant édifiés sur le fondement des Apôtres, et des prophètes, et Jésus-Christ lui-même étant la maîtresse pierre du coin ». Les prophètes de l’Ancien Testament et les Apôtres du Nouveau sont le fondement de notre foi. Nous sommes une Église apostolique en ce sens que nous adhérons à la succession apostolique et doctrinale de l’Église. C’est notre fondation, et la pierre angulaire principale, comme celle représentée au-dessus de la Grande Pyramide de Gizeh sur notre billet d’un dollar, d’où toute autorité descend et est maintenue ensemble dans l’unité : C’est Jésus-Christ !

.

« … en qui tout l'édifice posé et ajusté ensemble, s'élève pour être un Temple saint au Seigneur. En qui vous êtes édifiés ensemble, pour être un Tabernacle de Dieu en esprit. ». Le Temple est le Christ – le même Temple dont Il a dit aux Juifs que s’ils le détruisaient, Il le reconstruirait en trois jours (ce qu’Il a fait à Sa résurrection). Il est à la fois le Temple et la pierre angulaire principale du Temple. Si nous sommes en Christ, chacun de nous est une pierre de ce Temple. Toutes Ses pierres précieuses additionnées constituent le Temple de Son Corps. Certains d’entre nous sont de forme assez irrégulière, et certains sont ronds, carrés ou dentelés ; mais Dieu a une place précise dans le Temple pour nos formes particulières. Tous unis, nous constituons l’Unique Temple avec Christ comme Tête. Bâtis ensemble en Christ, nous serons une demeure appropriée pour que Dieu demeure avec nous par Son Esprit.

.

Il y a une belle vieille chanson gospel écrite par William. O. Cushing et George Root, et chantée le plus souvent par Burl Ives, intitulée 'Jewels' :

Quand Il vient, Quand Il vient, Quand Il vient,

Pour prendre ses bijoux, tous ses bijoux, bijoux précieux... Son bien-aimé et le sien

Comme les étoiles du matin, sa couronne brillante qui scintille,

Ils brilleront de toute leur beauté, gemmes brillantes pour Sa couronne

Il rassemblera, Il rassemblera, les joyaux de son royaume

Tous les purs, tous les brillants. Son bien-aimé et les siens

Des petits enfants qui aiment leur Rédempteur et Sauveur, tous des joyaux, des bijoux précieux, les siens...

Des gemmes brillantes pour sa couronne...

.

Ce chant semble être fondé, pour son inspiration, sur les versets suivants : « Et ils seront miens, a dit l'Éternel des armées, lorsque je mettrai à part mes plus précieux joyaux, et je leur pardonnerai, ainsi que chacun pardonne à son fils qui le sert. » (Malachie 3.17) ; « Et il enverra ses Anges, qui avec un grand son de trompette assembleront ses élus, des quatre vents, depuis l'un des bouts des cieux jusques à l'autre bout » (Matthieu 24.31) ; « Et l'Éternel leur Dieu les délivrera en ce jour-là comme étant le troupeau de son peuple ; même des pierres couronnées seront élevées sur sa terre. » (Zacharie 9.16).

.

Comme il est réconfortant de savoir que même les pierres sont précieuses pour Dieu, et surtout des pierres bénies comme nous le sommes !