OÙ COMMENCE L’AMOUR ?

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Révérendissime Jerry L. OGLES,

Docteur en Théologie et évêque métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

« Mais surtout, ayez entre vous une ardente charité, car la charité couvrira une multitude de péchés. » (1 Pierre 4.8).

.

« Mes bien-aimés, aimons-nous l'un l'autre ; car la charité est de Dieu ; et quiconque aime [son prochain] est né de Dieu, et connaît Dieu. Celui qui n'aime point [son prochain], n'a point connu Dieu ; car Dieu est charité. En ceci est manifestée la charité de Dieu envers nous, que Dieu a envoyé son Fils unique au monde, afin que nous vivions par lui. En ceci est la charité, non que nous ayons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés, et qu'il a envoyé son Fils pour être la propitiation pour nos péchés. Mes bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer l'un l'autre. Personne n'a jamais vu Dieu ; si nous nous aimons l'un l'autre, Dieu demeure en nous, et sa charité est accomplie en nous. A ceci nous connaissons que nous demeurons en lui, et lui en nous, c'est qu'il nous a donné de son Esprit. » (1 Jean 4.7-13).

.

Ai-je besoin de vous parler de la puissance de l’amour ? L’amour était la motivation de la Création du monde ; de la vie, et du prix payé pour notre rachat en Christ, et par suite, de la vie éternelle. L’amour est multidimensionnel et il a de multiples facettes. Il y a des attirances humaines (faussement appelées amour), telle celle de l’esprit charnel ; il y a l’amour naturel qui existe à tous les niveaux du règne animal, et qui est exprimé par l’amour des mères pour leurs bébés ; et il y a l’amour divin, exprimé par le sacrifice sanglant du Calvaire.

.

Le premier exemple – l’amour humain – n’est pas vraiment de l’amour, mais une simple attirance. Une femme peut bien dire qu’elle aime les diamants, ou le vin vieux, mais ce n’est pas de l’amour ; c’est plutôt une attirance suscitée par des désirs charnels. Nous proclamons imprudemment que nous aimons le chocolat, lire, voyager, et cependant ce ne sont là que des sentiments, des préférences appuyées, pas de l’amour sacrificiel. Tout amour véritable descend de Dieu et imprègne les deux ordres : le naturel et le divin.

.

Une biche aime son faon d’un amour qui transcende sa propre vie. Elle affronterait la mort pour défendre son bébé. Cet amour est instillé par le Créateur au moment de la conception de la créature, afin de perpétuer chaque espèce. Il y a des récits sans nombre de mères qui sacrifient jusqu’à leur propre vie pour défendre leur enfant. Voyez les poules, auxquelles notre Seigneur fait référence, qui couvrent leur progéniture de leurs ailes pour les protéger non seulement de la tempête, mais aussi des prédateurs qui veulent la détruire. « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les Prophètes, et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l'avez point voulu ! » (Matthieu 23.37). Elle préfère mourir les ailes étendues pour protéger ses poussins. Les ailes toutes puissantes de notre Seigneur furent étendues sur une croix pour défendre et sauver Ses élus, au jour sombre de Sa Passion, hors des murs de Jérusalem. Cette action englobait l’amour naturel et l’amour divin.

.

Bien que l’amour connaisse des applications diverses, dans l’Écriture, je soulignerai aujourd’hui l’amour que les croyants doivent pratiquer : l’amour mutuel.

.

Tout amour est de Dieu, qu’il soit naturel ou divin. Si nous sommes à l’image et à la ressemblance de notre Créateur, nous devons présenter les caractéristiques de l’amour qu’Il nous a imparti. Les Dix Commandements ne sont pas périmés, mais renforcés et plus contraignants avec l’amour divin. Quand notre Seigneur nous a donné Ses deux grands commandements, Il déclarait que nous sommes liés par tous les Dix, au moyen de l’amour ; c’est le seul moyen grâce auquel nous sommes capables d’obéir à Dieu.

.

Même si notre Seigneur n’a pas annulé les Dix Commandements, Il nous nous a donné UN Commandement nouveau : « Je vous donne un nouveau commandement, que vous vous aimiez l'un l'autre, [et] que comme je vous ai aimés, vous vous aimiez aussi l'un l'autre. » (Jean 13.34). Ce nouveau Commandement n’enlève rien aux autres de Dieu, parce que Dieu ne change pas, ni d’avis ni de projet. « Parce que je [suis] l'Éternel, et que je n'ai point changé… » (Malachie 3.6). Mais il a ajouté une rigueur plus élevée à notre obéissance aux Dix Commandements. Cette exigence est un amour infaillible, inconditionnel.

.

Comment pouvons-nous nous aimer les uns les autres comme Christ nous aime ? C’est simple ! Notre amour doit être purement sacrificiel. Si nous aimons notre prochain comme nous-mêmes, comment pourrions-nous nous retenir de pourvoir à leurs besoins, si nous sommes en mesure de les satisfaire ? L’homme blessé sur la route de Jéricho n’était pas le voisin du Bon Samaritain. En fait, étant Juif, il aurait méprisé le Samaritain aussi bien que les chefs Juifs ont traité notre Seigneur. Mais le Samaritain a pris conscience de l’état désespéré de l’homme et, sans se poser de questions, il est allé à lui en n’épargnant ni son temps, ni ses efforts, ni son argent, ni son amour !

.

LA SOURCE DE L’AMOUR, encore une fois : la Source de Tout Amour est en Dieu ! « Il nous a aimés le premier. Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et cependant il hait son frère, il est un menteur ; car comment celui qui n'aime point son frère, qu'il voit, peut-il aimer Dieu, lequel il ne voit point ? Et nous avons ce commandement de sa part, que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère. » (1 Jean 4.19-21).

.

LA PREUVE DE L’AMOUR : « En ceci tous connaîtront que vous êtes mes Disciples, si vous avez de l'amour l'un pour l'autre » (Jean 13.35). Vous voyez ? L’amour est un sceau et un passeport qui déclare publiquement que nous sommes à Christ. Tel est le Créateur, telle est la créature. Quand nous évangélisons, si nous sommes dédaigneux et méprisants envers les perdus, comment vont-ils croire à notre Évangile ? Il n’est peut-être pas authentique, n’est-pas ? Tout comme la monnaie en circulation dans une nation, nous sommes à la ressemblance et portons la signature de l’autorité émettrice. Portons-nous cette marque de l’amour et le nom de notre Créateur, notre Seigneur Jésus-Christ, dans notre vie quotidienne ?

.

LES CARACTÉRISTIQUES DE L’AMOUR : L’amour est patient et longanime. Il n’est jamais orgueilleux, mais humble. Il cherche à réconforter plutôt qu’à blesser. « En ceci est la charité, non que nous ayons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés, et qu'il a envoyé son Fils pour être la propitiation pour nos péchés. Mes bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer l'un l'autre » (1 Jean 4.10-11). La description la plus complète des caractéristiques de l’amour se trouve dans « l’hymne à l’amour » de la Bible : « Quand je parlerais toutes les langues des hommes, et même des Anges, si je n'ai pas la charité, je suis [comme] l'airain qui résonne, ou [comme] la cymbale retentissante. Et quand j'aurais le don de prophétie, que je connaîtrais tous les mystères, [et que j'aurais] toute sorte de science ; et quand j'aurais toute la foi [qu'on puisse avoir], en sorte que je transportasse les montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. Et quand je distribuerais tout mon bien pour la nourriture des pauvres, et que je livrerais mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité : cela ne me sert de rien. La charité est patience ; elle est douce ; la charité n'est point envieuse ; la charité n'use point d'insolence ; elle ne s'enorgueillit point ; elle ne se porte point déshonnêtement ; elle ne cherche point son propre profit ; elle ne s'aigrit point ; elle ne pense point à mal ; elle ne se réjouit point de l'injustice ; mais elle se réjouit de la vérité ; elle endure tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne périt jamais, au lieu que quant aux prophéties, elles seront abolies ; et quant aux Langues, elles cesseront ; et quant à la connaissance, elle sera abolie. Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie. Mais quand la perfection sera venue, alors ce qui est en partie sera aboli. Quand j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je jugeais comme un enfant, je pensais comme un enfant ; mais quand je suis devenu homme, j'ai aboli ce qui était de l'enfance. Car nous voyons maintenant par un miroir obscurément, mais alors nous verrons face à face ; maintenant je connais en partie, mais alors je connaîtrai selon que j'ai été aussi connu. Or maintenant ces trois choses demeurent, la foi, l'espérance, et la charité ; mais la plus excellente de ces [vertus] c'est la charité. » (1 Corinthiens 13.1-13).

.

LES RÉSULTATS DE L’AMOUR : « Personne n'a jamais vu Dieu ; si nous nous aimons l'un l'autre, Dieu demeure en nous, et sa charité est accomplie en nous. » (1 Jean 4.12). Est-ce que nous avons vraiment envie de connaître Dieu plus intimement et de mieux le servir ? « Mes bien-aimés, aimons-nous l'un l'autre ; car la charité est de Dieu ; et quiconque aime [son prochain] est né de Dieu, et connaît Dieu. » (1 Jean 4.7). Nous connaissons le trésor du cœur de nos amis et de nos prochains grâce à la puissance de l’amour. Nous sommes tombés amoureux de notre future épouse, par cette même puissance. Elle nous rend loyaux, doux, et pardonnant volontiers, dans le mariage aussi bien qu’en société.

.

L’AMOUR EST UN PROFESSEUR POUR LES HOMMES PIEUX : « Quant à la charité fraternelle, vous n'avez pas besoin que je vous en écrive, parce que vous-mêmes vous êtes enseignés de Dieu à vous aimer l'un l'autre » (1 Thessaloniciens 4.9). Le Saint-Esprit est sans doute la source la plus pure que nous connaissions de l’amour car, comme la colombe, il indique toujours Christ et Son amour pour nous.

.

LA PURETÉ DE CELUI QUI NOUS AIME : « Ayant donc purifié vos âmes en obéissant à la vérité par le Saint-Esprit, afin que vous ayez une amitié fraternelle qui soit sans hypocrisie, aimez-vous l'un l'autre tendrement d'un cœur pur. Vu que vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais [par une semence] incorruptible, [savoir] par la parole de Dieu, vivante, et permanente à toujours. » (1 Pierre 1.22-23).

.

Amis, jugez-vous par vous-mêmes avec le mètre de l’amour, et Dieu ne vous jugera pas. « Car si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions point jugés » (1 Corinthiens 11.31).

.

Si nous sommes capables d’aimer nos animaux domestiques, nous pouvons certainement nous aimer les uns les autres !