DANS SA PRÉSENCE

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Révérendissime Jerry L. OGLES,

Docteur en Théologie et évêque métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

« Puis s'étant éloigné d'eux environ d'un jet de pierre, et s'étant mis à genoux, il priait, disant : Père, si tu voulais transporter cette coupe loin de moi ; toutefois que ma volonté ne soit point faite, mais la tienne. Et un Ange lui apparut du ciel, le fortifiant. Et lui, étant en agonie, priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang découlant en terre » (Luc 22.41-44).

.

Plutôt qu’un cantique classique, je vous présente ici un chant Gospel écrit par le célèbre auteur Charles H. Gabriel (1856-1932 ; auteur-compositeur de 7 à 8.000 chants Gospel, sous différents pseudonymes). Au lieu de mettre l’accent sur l’enseignement doctrinal profond de l’Écriture, les chants Gospel se contentent de vanter les émotions suscitées par la vie en Christ. Celui-ci fut écrit en 1905, sur l’air de ‘Louanges’ de Edwin O. Excell (1851-1921, un fameux musicien de l’Église aux USA). Gabriel était un auteur de chants Gospel de premier plan, qui a aussi écrit l’appel missionnaire ‘Envoie ta lumière’. Le cantique ci-dessous est également connu sous ce titre : ‘L’Amour de Mon Sauveur’.

.

L’AMOUR DE MON SAUVEUR

1 J’étais là, étonné, dans la présence

De Jésus le Nazaréen,

Me demandant comment Il pouvait m’aimer,

Moi, un pécheur, damné, impur.

Refrain :

Comme il est bon, comme il est merveilleux !

Je chanterai toujours :

Comme il est bon, comme il est merveilleux !

L’amour de mon Sauveur pour moi !

2 Pour moi, dans le jardin

Il a prié : « Pas ma volonté, mais la tienne ».

Ses larmes ne coulaient pas pour ses propres fautes,

Mais ses gouttes de sang coulaient à cause des miennes.

Refrain

3 Les anges le regardaient avec pitié,

Venant du monde de la lumière

Pour le réconforter dans le chagrin

Qu’il ressentait pour mon âme, ce soir là.

Refrain

4 Il a pris mes péchés et mes regrets,

Il les a faits siens ;

Il a porté ce fardeau jusqu’au Calvaire,

Il a souffert et il est mort, seul.

Refrain

5 Quand, dans la gloire avec les rachetés,

Je verrai enfin Sa face,

Je serai éternellement joyeux

De chanter son amour pour moi.

§1 : En apprenant une nouvelle surprenante, la plupart des gens se lèvent subitement. L’étonnement provoque une attitude du genre : « à vos rangs, fixe ! ». Je suis certain qu’au retour de Christ, personne ne restera vautré sur son canapé. Tous se lèveront et tomberont à genoux. « Car il est écrit : Je suis vivant, dit le Seigneur, que tout genou pliera devant moi, et que toute langue donnera louange à Dieu. Ainsi donc chacun de nous rendra compte pour soi-même à Dieu. » (Romains 14.11-12). C’est pourquoi, de la même manière, et à chaque prière que nous faisons, nous disons la Confession Générale. La grande merveille de la grâce divine n’est pas que notre Seigneur nous aime après que nous avons été attirés à Sa grâce salvifique, mais qu’Il nous a aimés bien longtemps auparavant – avant même que nous fussions conçus dans le sein de notre mère. C’est Son amour qui nous a attirés à Lui ; ce n’est pas notre amour qui L’aurait attiré à nous. « Nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier » (1 Jean 4.19), alors que nous étions encore « morts en nos fautes et en nos péchés » (Éphésiens 2.1), incapables d’entendre, de voir, de ressentir ou de réfléchir ; Il nous a aimés et nous a donné la vie éternelle par l’action de Son Saint-Esprit.

.

Refrain : Moïse était étonné en voyant le buisson ardent sur le mont Horeb ; le même Moïse était étonné, en présence d’un Dieu saint, sur les hauteurs du mont Sinaï. Marie était étonnée à la vue de l’ange Gabriel, le jour de l’Annonciation. Pierre, Jacques et Jean étaient étonnés en voyant apparaître Moïse et Élie avec Jésus transfiguré. La présence de Dieu est toujours un sujet d’étonnement ! Une fois que nous avons entendu le Seigneur nous appeler par notre nom, un nom parmi les milliards de noms sur cette terre, nous sommes indubitablement étonnés qu’Il choisisse une pauvre âme comme la nôtre, au milieu de la multitude. L’Amour de Dieu surpasse toute autre puissance connue du monde physique. Car il est beaucoup plus fort que la mort et les ténèbres. En fait, c’est la seule chose qui survit à la mort. « Car je suis assuré que ni la mort, ni la vie, ni les Anges, ni les Principautés, ni les Puissances, ni les choses présentes, ni les choses à venir, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature, ne nous pourra séparer de l'amour de Dieu, qu'il nous a [montré] en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Romains 8.38-39).

.

§2 : Un jardin est un lieu plein de vie et de fruits. Notre Seigneur a prié afin que nous devenions UN avec Lui comme Lui est UN avec le Père. Cela signifie UN dans tous les sens du terme : dans le but, l’intention, les désirs et dans l’action. Quand des Églises se divisent sur la couleur de la moquette, c’est sans doute parce que les membres de ces Églises ne sont pas de vrais Chrétiens confessants. La véritable intention de Christ en quittant le Royaume de Gloire pour venir dans ce monde en ruine était de nous sauver en nous extirpant de nous-mêmes. C’est notre soi-disant libre-arbitre (la servitude de Satan, en réalité) qui est la cause de toutes les misères connues de l’humanité ; mais Christ est venu pour nous laver de ces misères et pour mourir notre place, en rémission de nos péchés.

.

§3 : Quel contraste faisaient les créatures de Dieu (les anges) venues du Royaume de la Lumière pour réconforter notre Seigneur, le légitime héritier du trône de ce Royaume, en intervenant dans la contrée la plus ténébreuse de la terre, à cause de nous. Jésus a prié avec une tristesse à déchirer le cœur ; Il priait pour nous – pas pour être soulagé de ses propres misères, mais pour obtenir notre pardon et notre rétablissement dans l’amour du Père.

.

§4 : Oui, Il a porté nos péchés sur Lui au Calvaire ; et qu’en a-t-Il fait ? « Il aura encore compassion de nous ; il effacera nos iniquités, et jettera tous nos péchés au fond de la mer » (Michée 7.19) ; « Il a éloigné de nous nos forfaits, autant que l'Orient est éloigné de l'Occident » (Psaume 103.12). Comme on dit dans les montagnes du Tennessee « C’est une belle distance ! ». On ne peut pas s’éloigner plus de l’Est qu’en voyageant vers l’Ouest. Il était le seul dont la mort pouvait ôter efficacement nos péchés, « … vu que tous ont péché, et qu'ils sont entièrement privés de la gloire de Dieu » (Romains 3.23) et que « les gages du péché, c'est la mort » (Romains 6.23). C’est pourquoi nous sommes tous assujettis à la mort, selon la loi, à cause de nos péchés. Si quelqu’un doit mourir à notre place, ce quelqu’un doit être lui-même exempt de toute trace de péché : Ce ne peut être que Jésus-Christ !

.

§5 : John Jasper était un remarquable prédicateur Noir, dont le service s’étendit de la guerre de sécession jusqu’en 1901 ; il ne savait ni lire ni écrire, cependant il avait une profonde compréhension de la Bible. Après la guerre de sécession, il était à la tête de la plus grande église de Richmond. Son dernier sermon portait sur la question d’un de ses paroissiens, lequel se demandait ce que John aurait voulu avoir dès son arrivée au Ciel – des pantoufles d’or, une couronne de justice, ou une belle robe blanche, immaculée ? Sans hésiter, Jasper a répondu : « Quand je parviendrai aux portes de Perles, je veux avoir mes pantoufles d’or, ma couronne de justice, ma robe blanche immaculée, mais pas en premier. En premier, je veux voir la face de mon glorieux Sauveur qui a saigné et est mort pour moi ». Jasper s’est endormi dans la mort alors qu’il était en chaire, à l’âge de 89 ans. Nous verrons la face souriante de notre Seigneur, et même les aveugles le verront, tout comme Fanny Crosby. Nous bénéficierons alors d’un repos tel que nous n’en avons jamais connu : loin des désirs du péché, de la douleur et de la souffrance, de toutes les sortes de blessures ; parce que Jésus est notre repos sabbatique éternel !