DISCOURS DU FONDATEUR DE L'AOC

SERMON D'ADRESSE LORS DE LA RÉFORME DU SÉMINAIRE

Par James P. Dees, fondateur de l'Église Anglicane Orthodoxe.

Écriture : Jude 3. Dans l'épître de saint Jude, au troisième verset, saint Jude écrit : « Bien-aimés, à cause du grand souci que j'avais à vous écrire au sujet de notre salut commun, il a fallu que je vous écrive pour vous exhorter à combattre ardemment pour la foi qui a jadis été donnée aux Saints. ».

Si saint Jude était vivant aujourd'hui et écrivait à un groupe de Chrétiens, cette exhortation serait aussi pertinente aujourd'hui qu'elle l'était il y a près de deux mille ans lorsqu'elle a été écrite pour la première fois. Comme il est approprié aujourd'hui pour les Chrétiens de lutter pour la foi chrétienne qui a été transmise aux saints d'autrefois ! Comme c'est approprié, comme c'est approprié !

L'Église anglicane orthodoxe a été organisée il y a à peine trente et un ans pour faire exactement cela. Notre Église fête son trente-deuxième anniversaire le 16 novembre. Notre préoccupation est la préservation de la foi biblique, de la vérité chrétienne, de la morale biblique et de la Parole de Dieu.

De nos jours, nous sentons que, tout autour de nous, il y a de sérieux écarts par rapport à ces choses. Nous entendons de nombreuses sources chrétiennes autoproclamées que la Bible n'est qu'une collection de livres comme une autre ; et même qu'une autre collection pourrait être tout aussi efficace. Nous entendons dire que notre bienheureux Sauveur Jésus-Christ est simplement considéré comme un homme ordinaire, peut-être un homme meilleur, mais juste un homme malgré tout. Nous entendons dire que la morale biblique est corrompue et que des hommes qui se disent ministres de Dieu se livrent à des pratiques dont les honnêtes gens ne parlent pas.

Les grandes doctrines de la Bible, la doctrine de la Naissance Virginale, de l'Incarnation, de l'Expiation, de la Résurrection, du Ciel et de l'Enfer, n'occupent plus une place centrale dans l'enseignement et la prédication des soi-disant hommes de Dieu. Au lieu de cela, nous entendons cette phrase, "Un nouveau Christ pour un temps nouveau", inconscients de la vérité divine que Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement. Nous voyons des églises tout autour de nous changer leurs modes de culte pour se conformer aux croyances modernes, les rendant centrées sur l'homme au lieu d’êtres centrées sur Dieu, ignorant les faits profonds du péché, de la repentance, de la confession, de l'absolution, du Salut, et les faits de base sur la relation de l'homme avec Dieu.

L'Église anglicane orthodoxe a été organisée pour "préserver la foi autrefois transmise aux saints". Elle a été organisée pour préserver nos anciennes formes de culte, dans lesquelles l'homme pécheur vient à son créateur en reconnaissant ses transgressions et en reconnaissant le salut opéré en lui par le sang du Fils de Dieu versé sur la croix.

Nous, dans notre Église, nous aimons nos anciennes manières, les anciennes vérités, les vérités bibliques, nos anciennes manières d'adorer, parce que dans ces choses nous avons trouvé Dieu et Dieu nous a trouvés, et nous voulons que nos enfants trouvent Dieu et demeurent en Lui aussi ; et nous voulons préserver ces choses pour eux.

La première préoccupation de notre Église est la préservation de la foi biblique. Nous croyons en l'enseignement biblique selon lequel Dieu est notre Père. Il nous a créés. Il nous a faits. Il nous a créés à Son image, saints, innocents et justes. Nous croyons aussi à la doctrine biblique de la chute. Saint Paul nous dit : « Car comme en Adam tous meurent » et « le salaire du péché, c'est la mort ».

La Bible nous parle des exigences de Dieu pour la sainteté, la justice et la bonté, et dans ces exigences, nous voyons notre état de pécheur et savons que nous sommes en deçà de Sa perfection, et nous savons que c'est un péché. Nous croyons aux paroles de notre Sauveur à Nicodème : "Celui qui n'est pas né de nouveau ne peut pas voir le Royaume de Dieu." La Bible nous parle du péché originel dans la nature de l'homme ; nous parle des transgressions de l'homme envers ses justes lois : « Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier », « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta pensée, de toute ton âme et de toute ta force, et ton voisin comme toi-même", et nous savons que nous ne le faisons pas. Dieu nous parle dans sa Sainte Parole : « Soyez saints, car je suis saint, le Seigneur votre Dieu » ; et nous savons que nous ne le sommes pas.

La Bible nous parle aussi de la venue du Fils de Dieu dans le monde. "Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu... Il était dans le monde, et le monde a été fait par lui, et le monde ne l'a pas connu. Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l'ont reçu, à ceux qui ont cru en son nom, il a donné le droit de devenir enfants de Dieu..." Nous croyons ces choses. Nous croyons que Jésus est la Parole de Dieu, le Fils de Dieu, que "en lui était la vie", qu'il était "la vraie lumière qui éclaire tout homme qui vient au monde".

Nous croyons que Jésus est venu nous montrer Dieu. La Bible nous le dit, et nous le croyons. Saint Jean écrit : « Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, l'a fait connaître », et notre Sauveur bien-aimé, s'adressant à saint Philippe, a dit : « Celui qui m'a vu, a vu le Père".

Nous remercions Dieu pour votre foi ; c'est une grande consolation et une grande sécurité de croire que Celui qui parcourait jadis les collines et les vallées de Galilée, guérissant les malades, ouvrant les yeux des aveugles, faisant entendre les sourds, voir les aveugles, marcher les boiteux, ressusciter des morts pour réconforter les enfants de Dieu, Il était Dieu lui-même sous forme humaine, venu parmi nous pour nous appeler à notre Père céleste, dont nous nous étions éloignés.

C'est une source de réconfort inépuisable d'être sûr que le Christ notre Sauveur, le Fils de Dieu, est mort sur la Croix pour nos péchés ; que Lui, comme nous le dit l'Écriture, « qui a lui-même porté nos péchés en son corps sur le bois, afin que nous, étant morts aux péchés, nous vivions pour la justice ; et par les meurtrissures duquel tu as été guéri. » C'est une source de réconfort sans limite d'être assuré que notre cher Seigneur est mort, « Lui le juste pour l'injuste, pour nous amener à Dieu ».

Nous croyons que la Bible est la Parole divinement inspirée de Dieu, pleine d'espoir et de réconfort pour les croyants en son Fils ; mais tragique pour ceux qui la rejettent. "Je suis le chemin, la vérité et la vie", nous rappelle-t-il dans l'Évangile de saint Jean. L'auteur de l'hymne nous rappelle : « Il n'y avait personne d'autre assez bon pour payer le prix du péché. Lui seul pouvait ouvrir la porte du ciel et nous laisser entrer ».

L'épître aux Hébreux nous dit : « car le sang des taureaux et des boucs ne peut ôter les péchés... mais le Christ, ayant offert un seul sacrifice pour les péchés une fois pour toutes, s'est assis à la droite de Dieu." ; "Il n'y avait personne d'autre d’assez bon pour payer le prix du péché. Lui seul pouvait ouvrir la porte du ciel et nous y faire entrer."

Nous croyons que nous sommes maintenant enfants de Dieu et que nous ne mourrons jamais. Nos âmes ne goûteront jamais la mort, la séparation d'avec Dieu. Les Écritures nous le disent, et nous le croyons. Jésus dit, au chapitre 6 de l'évangile de saint Jean : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi ne mourra jamais. ». "Ne mourra jamais". C'est le Fils de Dieu qui parle, et nous Le croyons. S'adressant à Marthe, la sœur de Lazare, et avant d'appeler Lazare à sortir de la tombe, Il dit : « Je suis la résurrection et la vie ; quiconque croit en moi, même s'il est mort, vivra ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais ».

Si nous croyons en lui, nous ne mourrons jamais. "Comme le père a pitié de ses enfants, ainsi le Seigneur a pitié de ceux qui le craignent, et se souvient de ses commandements pour les mettre en pratique", dit le psalmiste. "Le Seigneur se souvient des siens, il se souvient de ses enfants." ; "Les lions sont petits et affamés, mais ceux qui cherchent le Seigneur ne manqueront de rien." Isaïe nous dit : "Tu garderas dans une paix parfaite celui dont l'esprit s'est arrêté sur toi, parce qu'il a confiance en toi.". Jésus a réconforté Ses disciples avec : "Regardez les oiseaux du ciel, qui ne sèment pas, ne moissonnent pas, ne se rassemblent pas dans des greniers, et pourtant votre Père céleste les nourrit. N'êtes-vous pas beaucoup mieux qu'eux ?" et avec : « Considérez les lis des champs, comment ils poussent ; ils ne travaillent ni ne filent ; et pourtant je vous le dis, même Salomon, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Alors qu'aujourd'hui elle est, et que demain elle sera cuite au four, Dieu l'habille ainsi ; ne fera-t-il pas beaucoup plus pour vous, hommes de peu de foi ? ». Dieu veille sur les siens.

Nous croyons ce que la Bible enseigne. Nous regardons le mal du péché. Nous voyons les péchés du monde expiés sur la Croix. Nous croyons que nous avons trouvé la vie éternelle grâce à notre foi dans le Fils de Dieu, et qu'Il nous a donné Son Esprit Saint qui génère en nous la vie éternelle, et que nous nous réjouissons avec Lui dans Son royaume des cieux, pour toujours.

Nous croyons aussi en l'Enfer, comme l'enseigne la Bible, et là iront ceux qui rejettent le Fils de Dieu, ceux qui choisissent de se servir eux-mêmes au lieu de servir le Saint d'Israël. Notre Sauveur dit : "Si vous ne croyez pas que Je le suis, vous mourrez dans vos péchés." ; "Car Dieu a tant aimé le monde, dit saint Jean, qu'il a donné Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde condamner le monde, mais afin que le monde soit sauvé par lui". Et il poursuit : « Celui qui croit en lui n'est pas condamné ; mais celui qui ne croit pas a déjà été condamné, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu ».

Nous croyons que la Bible est la Parole de Dieu, et c'est pourquoi notre Église s'est organisée pour la conserver, la défendre, la proclamer, et parce qu'en elle nous trouvons une consolation sans fin, et la vie éternelle. Nous invitons tous les hommes à en profiter avec nous. Nous aimons aussi notre héritage anglican. Nous aimons notre Livre de la Prière Commune, nous aimons nos formes de culte. Le Livre de la Prière Commune est l'adoration de Dieu selon la Vérité Biblique, et dans cette adoration, nous trouvons Dieu.

Aujourd'hui, nous voulons nous souvenir des grands géants de la Réforme anglaise. J'ose soupçonner que beaucoup d'entre vous n'ont jamais entendu parler de ces grands saints de Dieu, ou si c'est le cas, vous en savez très peu. Celui dont je me souviendrai en premier aujourd'hui est William Tyndale. Combien de personnes dans ce grand pays qui est le nôtre ont déjà entendu parler de William Tyndale ? Combien de personnes ont entendu parler de la version King James de la Bible ? Pratiquement tout le monde. Combien de personnes savent que la Bible King James est tirée presque textuellement, mot pour mot, de la traduction anglaise de la Bible par William Tyndale ? William Tyndale a été le premier homme à traduire la Bible en anglais moderne. Les érudits nous disent que 90% du Livre des Actes, par exemple, dans la version King James de la Bible sont les mots exacts de William Tyndale. Alors que William Tyndale traduisait la Bible, il a dû fuir l'Angleterre pour sauver sa vie. Il est allé en Belgique, où il a fait un certain nombre de traductions en secret, les rapportant clandestinement en Angleterre dans des balles de coton, ou de toute autre manière à sa portée. Les autorités de l'Église de Rome l'ont finalement attrapé et, pour avoir traduit la Bible dans la langue que les gens pouvaient lire, il a perdu la vie. En octobre 1536, il fut étranglé, puis son corps brûlé et réduit en cendres. Ses derniers mots furent : « Seigneur, ouvre les yeux du roi d'Angleterre ». On a dit un jour de lui qu'il était "si compétent dans sept langues, l'hébreu, le grec, le latin, l'italien, l'espagnol, l'anglais, le français, que tout ce qu'il disait, on pouvait penser que c'était dans sa langue maternelle". C'était un grand érudit et un vrai serviteur de notre Sauveur. À retenir, à retenir, William Tyndale, traducteur des Écritures, homme de Dieu.

Aujourd'hui, nous nous souvenons d'un autre géant de la Réforme anglaise, et d’après qui nous appelons notre Séminaire : Thomas Cranmer. Qui n'a pas entendu parler de Martin Luther ? Tout le monde connaît Martin Luther. Qui sait quoi que ce soit sur Thomas Cranmer ? Thomas Cranmer est un homme de la même stature que Luther et mérite la même renommée. Ce que peu de gens savent généralement de Cranmer, c'est qu'il a figuré dans l'affaire du divorce d'Henri VIII d’avec Catherine d'Aragon. Thomas Cranmer était un homme qui a vécu à une époque dangereuse. Il a dû parcourir un chemin périlleux entre ses convictions sur les "nouveaux savoirs" et la menace du Roi et des papistes, sympathisants de Rome. Nous avons son portrait ici dans notre Séminaire, sur le mur à droite lorsque nous entrons par la porte d'entrée.

Nous honorons le nom de Thomas Cranmer, car il a, plus que quiconque, établi la position doctrinale de l'Église d'Angleterre et sa forme de culte est consacrée dans le Livre de la Prière Commune. Il a compilé et édité le premier LIVRE DE LA PRIÈRE COMMUNE de l'Église en Angleterre, publié en 1549 sous le règne d'Edouard VI. Son Livre de la Prière Commune, et ses dérivés, ont été utilisés partout où la langue anglaise a voyagé à travers le monde, et aujourd'hui il est traduit dans des langues parlées sur tous les continents, dans des églises qui sont des retombées de l'Église d'Angleterre, y compris l'Église épiscopalienne, aux États-Unis, jusqu'à récemment. On dit que le livre de prières de Thomas Cranmer a eu plus d'influence sur la formation de la langue anglaise que tout ce qui ait jamais été écrit, à l'exception de la version King James de la Bible, qui est en grande partie l'œuvre de William Tyndale. Le livre de prières que nous utilisons dans notre Église, dans tous nos cultes publics, est essentiellement l'œuvre de Thomas Cranmer.

Tous les anglophones du monde entier sont redevables à Thomas Cranmer d'une autre bénédiction, d'une valeur inestimable, et dont seul un nombre infiniment petit de personnes a entendu parler. Nous sommes redevables à Cranmer des premières éditions de la Sainte Bible en langue anglaise qui sont apparues dans les églises, pour le culte de l'Église. En 1538, sous le règne d'Henri VIII et lors de la condamnation de Thomas Cranmer, l'usage de la Bible anglaise fut autorisé pour la première fois dans les églises d'Angleterre. C'était la première fois que les gens en Angleterre pouvaient entendre la lecture de la Bible dans leur langue maternelle. Louez Dieu pour Thomas Cranmer et William Tyndale et pour ce puissant pas en avant dans l'adoration de Dieu, en apportant Sa Parole au peuple d'Angleterre, aux ancêtres de beaucoup d'entre nous et aux mentors spirituels d'une grande partie de la population mondiale. Cela seul est une réalisation aux proportions incommensurables, que les gens pouvaient avoir la Bible, la Parole de Dieu, et la lire pour eux-mêmes. La prière de William Tyndale, "Seigneur, ouvre les yeux du roi d'Angleterre", est exaucée.

Thomas Cranmer a également marqué de son empreinte la doctrine de l'Église d'Angleterre. Ce que l'on appelle les trente-neuf articles de religion sont inscrits dans le Livre de la Prière Commune. Ils sont en grande partie l’œuvre de Cranmer. Ils sont apparus pour la première fois pendant son mandat d'archevêque, en 1552. Ces articles de religion sont devenus la déclaration doctrinale de base de l'Église d'Angleterre et, à ce jour, tous les membres du clergé ordonnés dans les ordres sacrés de l'Église d'Angleterre sont tenus de signer une déclaration acceptant les trente-neuf articles comme une déclaration de vérité divine. Je lis le premier d'entre eux pour vous donner un échantillon :

Article I : De la Foi en la Sainte Trinité. Il n'y a qu'un seul Dieu vivant et vrai, éternel, sans corps, sans parties ni passions, d'une Puissance, d'une Sagesse et d'une Bonté infinies ; le Créateur et le conservateur de toutes les choses visibles et invisibles. Et dans l'unité de cette nature divine, il y a trois personnes de la même substance, puissance et éternité ; le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Aujourd'hui, l'Église d'Angleterre et ses églises dérivées dans le monde ne considèrent plus ces articles de religion comme nécessaires, mais nous oui ; et donc nous, dans l'Église anglicane orthodoxe, nous nous efforçons de prendre le relais là où ils se sont arrêtés et se sont égarés. Pour ces articles, nous avons envers Cranmer une autre dette incommensurable.

Cranmer est également éditeur et contributeur au Livre des Homélies, lu depuis longtemps dans les églises de l'Église d'Angleterre en tant que sermons à l'usage des laïcs et du clergé. Ils ont été compilés par lui pour être utilisés comme sermons par le clergé analphabète et ignorant ainsi que par les lecteurs laïcs de son époque ; il contient des enseignements bibliques et des exhortations bibliques, à utiliser à une époque où de nombreux membres du clergé n'étaient pas en mesure de rédiger de telles choses par eux-mêmes. Ce sont des sermons à lire dans le culte public, des sermons sur des sujets tels que :

Une exhortation fructueuse à lire les Saintes Écritures

De la misère de toute l'humanité

Du Salut de toute l'Humanité

De foi vraie et vivante

Des bonnes actions

De l'amour chrétien et de la charité

Du déclin de Dieu

Une exhortation contre la peur de la mort

Une exhortation à l'obéissance

... et beaucoup d'autres.

Nous avons ce livre d'homélies avec nous aujourd'hui, et nous avons envers Cranmer une dette de profonde gratitude.

La reine Marie, connue dans l'histoire sous le nom de "Bloody Mary", la fille d'Henri VIII et de Catherine d'Aragon, monta sur le trône à la mort d'Edouard VI en juillet 1553. Elle a ramené l'Église d'Angleterre à l'Église de Rome et a commencé son règne sanglant, au cours duquel plus de trois cents martyrs ont été brûlés sur le bûcher pour leur défense de la vérité biblique.

Parmi eux se trouvait l'archevêque Cranmer, qui fut brûlé sur le bûcher pour sa prise de position contre les erreurs de Rome, le 21 mars 1556. Un historien nous dit qu'il fut emmené sur le bûcher pour être lié et brûlé, et on lui demanda de répéter la rétractation qu'il avait précédemment faite de la vérité de la doctrine réformée, ceci à la vue de tout le peuple, comme il avait précédemment promis qu'il le ferait. J'ai lu pour vous l'article sur lui dans la onzième édition de l'ENCYCLOPEDIA BRITTANICA. « À la surprise générale, il déclara avec dignité et emphase que ce qu'il venait de faire lui importait plus que tout ce qu'il n’avait jamais fait ou dit de toute sa vie ; qu'il renonçait et refusait toutes ses rétractations comme des choses écrites de sa propre main, mais contraires à la vérité qu'il pensait dans son cœur, et que comme sa main avait offensé, sa main devait être brûlée en premier, dès qu'elle atteindrait le feu. C'est pourquoi, comme il l’avait dit, ainsi il l'a fait, sa main droite était fermement exposée aux flammes. La joie tranquille et la résolution avec lesquelles il a affronté son sort montrent qu'il sentait qu'il sa conscience était soulagée, et que la rétractation de ses rétractations était une repentance dont il n'était pas besoin de se repentir.".

Thomas Cranmer a été brûlé sur le bûcher pour ce qu'il croyait. L'accusation spécifique portée contre lui était son rejet de la doctrine romaine de la transsubstantiation dans la messe, qui est que le pain et le vin, après la consécration, deviennent la substance physique réelle du Christ. Il a été anathématisé par Marie et l'Église papiste établie, pour le rôle qu'il avait joué dans l'enseignement de la doctrine réformée, ainsi que pour la purification de l'erreur médiévale dans l'Église, et pour cela, il a dû mourir.

Beaucoup d'autres hommes de caractère, capables, intelligents et de connaissant bien la Bible, ont été exécutés à cette époque, des hommes qui ont écrit et prêché abondamment, apportant la vérité divine aux habitants de la terre. Parmi eux se trouvaient l'évêque Hugh Latimer, l'évêque Nicholas Ridley, l'évêque John Hooper et bien d'autres. Pratiquement tous ont été brûlés sur l'un ou l'autre de deux chefs d'accusation : l'un pour leur refus de la doctrine romaine de la transsubstantiation dans la messe ; ou deux : pour leur affirmation de la doctrine biblique, qui avait été fortement soutenue par saint Augustin et d'Hippone, comme par Martin Luther, c'est-à-dire la doctrine de la justification par la foi seule ; ce qui signifie que nous sommes justifiés (ou amendés) devant le trône de Dieu, malgré nos méfaits, à cause du sang de Christ versé sur la croix pour nous, dont nous nous approprions les bienfaits par la foi en l'expiation, par la mort de Christ seul ; et que nos bonnes œuvres ne nous font pas gagner le salut, mais que c’est le fruit d'avoir été sauvés par Son sang. Pour ces deux choses essentiellement, les martyrs ont été brûlés sur le bûcher. Et de tels enseignements bibliques nous sont parvenus à travers leurs écrits, et à travers l'Église d'Angleterre qu'ils ont réformée avec leurs enseignements.

Nous nous souvenons du martyre de Latimer et de Ridley. Nous relisons la onzième édition de l'ENCYCLOPEDIA BRITANNICA : « Le 16 octobre 1555, Latimer et Ridley furent conduits au bûcher d'Oxford, mais les motifs qui inspiraient maintenant le courage de Latimer non seulement le plaçaient au-delà de l'influence de la peur, mais lui permettaient également de savourer la mort avec un frisson ineffable d'accomplissement victorieux. Il salua Ridley par ces mots : 'Soyez bien réconforté, maître Ridley, et soyez homme ; car aujourd'hui, par la grâce de Dieu, nous allons allumer une telle bougie en Angleterre, qu’elle (je l'espère) ne s'éteindra jamais." Et puis on nous dit : il a reçu la flamme comme s'il l'embrassait, et comme baigné dans le feu, il mourut bientôt, (semblait-il) avec peu ou pas de douleur".

Notre Église, l'Église anglicane orthodoxe, se tourne vers ces hommes pour apprendre et donner l'exemple, et au-delà d'eux, vers les Écritures elles-mêmes, pour lesquelles ils ont donné leur vie. Saint Jude a écrit que nous devons "combattre ardemment pour la foi qui a été une fois donnée aux saints". Parmi nos ancêtres anglicans, nous avons de nombreux saints, fort dignes, qui ont volontairement donné leur vie pour ce faire. Notre Église s'est engagée à le faire, à défendre et à proclamer la foi une fois transmise aux saints. Nous remercions Dieu pour ce privilège béni. Nos vies éternelles et les vies éternelles de tous nos êtres chers sont en jeu, en faisant cela. Nous remercions Dieu de nous avoir bénis en nous appelant à le faire. Qu'Il nous garde fidèles. Puisse-t-il nous donner la force de nous tenir debout à notre époque, comme Ses saints se sont levés pendant des jours passés. Et puisse-t-Il bénir notre Église et la garder fidèle. Qu'Il vous bénisse avec la direction de Son Saint-Esprit et qu'Il vous remplisse de Sa Sagesse Divine. Qu'Il la garde de tout danger, ignorance et erreur ; et qu'Il vous bénisse matériellement et financièrement, afin que vous puissiez accomplir, par Sa Grâce et dans Sa Force, la tâche qu'Il nous a confiée, de proclamer la Bonne Nouvelle de l'Évangile de Jésus.

Que Dieu nous bénisse tous.

PRIÈRE DE CONSÉCRATION POUR LE SÉMINAIRE

Ô Seigneur Dieu tout-puissant, Père Saint, Créateur de toutes choses au ciel et sur la terre, Rédempteur de tous les croyants en Ton Fils bien-aimé, Sanctificateur de Tes enfants par la puissance du Saint-Esprit, nous Te présentons ici ce bâtiment pour Ton usage, la gloire de Ton Saint Nom, consacre-le avec ton Esprit-Saint ; et qu'en cela, Tes enfants ressentent la sainteté de Ta Présence, et soient entraînés toujours plus profondément dans l'union mystique avec Toi, car connaître est vie, joie et paix pour toujours.

Bénis ce séminaire, nous T’en supplions, ô Dieu, qu'il Te soit dédié, et à l'étude pour connaître de plus en plus profondément Ta Sainte Parole. Bénis le bâtiment, bénis les professeurs, bénis les étudiants, afin qu'ils puissent être solidement ancrés dans la connaissance divine et imprégnés d'amour pour Toi et pour Ton Fils, le Christ Jésus, qui est mort sur la croix pour les péchés du monde ; « Lui qui a donné Sa vie en rançon pour beaucoup » ; "Lui le juste est mort pour l'injuste, pour nous amener à Toi".

Ô Père, remplis ceux qui enseignent et étudient ici d'un zèle vif pour proclamer la bonne nouvelle de l'Évangile à toute l'humanité, afin que tous grandissent dans Ta grâce et Ton amour et dans la vie éternelle, lavés du péché par le sang rédempteur de Ton Fils bien-aimé, répandu sur la Croix.

Écoute-nous, ô Père céleste, et bénis-nous, alors que nous cherchons, par Ta grâce, à faire Ta volonté, par Jésus-Christ notre Seigneur, à qui avec Toi et le Saint-Esprit, soient tout honneur et toute gloire, pour toujours et à jamais. AMEN.