IL NOUS A AIMÉS LE PREMIER

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Révérendissime Jerry L. OGLES,

Docteur en Théologie et évêque métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

« Mes bien-aimés, ne croyez point à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, [pour savoir] s'ils sont de Dieu ; car plusieurs faux prophètes sont venus au monde. Connaissez à cette marque l'Esprit de Dieu : Tout esprit qui confesse que Jésus-Christ est venu en chair, est de Dieu. Et tout esprit qui ne confesse point que Jésus-Christ est venu en chair, n'est point de Dieu ; or tel est l'esprit de l'Antéchrist, duquel vous avez ouï dire qu'il viendra ; et il est même déjà maintenant au monde. Mes petits-enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus ; parce que celui qui est en vous, est plus grand que celui qui est au monde. Ils sont du monde, c'est pourquoi ils parlent du monde, et le monde les écoute. Nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu, nous écoute ; [mais] celui qui n'est point de Dieu, ne nous écoute point ; nous connaissons à ceci l'esprit de vérité et l'esprit d'erreur. Mes bien-aimés, aimons-nous l'un l'autre ; car la charité est de Dieu ; et quiconque aime [son prochain] est né de Dieu, et connaît Dieu. Celui qui n'aime point [son prochain], n'a point connu Dieu ; car Dieu est charité. En ceci est manifestée la charité de Dieu envers nous, que Dieu a envoyé son Fils unique au monde, afin que nous vivions par lui. En ceci est la charité, non que nous ayons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés, et qu'il a envoyé son Fils pour être la propitiation pour nos péchés. Mes bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer l'un l'autre. Personne n'a jamais vu Dieu ; si nous nous aimons l'un l'autre, Dieu demeure en nous, et sa charité est accomplie en nous. A ceci nous connaissons que nous demeurons en lui, et lui en nous, c'est qu'il nous a donné de son Esprit. Et nous l'avons vu, et nous témoignons que le Père a envoyé le Fils pour être le sauveur du monde. Quiconque confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. Et nous avons connu et cru la charité que Dieu a pour nous. Dieu est charité ; et celui qui demeure dans la charité, demeure en Dieu, et Dieu en lui. En ceci est accomplie la charité envers nous, afin que nous ayons de la confiance pour le jour du Jugement, si tel qu'il est, nous sommes tels en ce monde. Il n'y a point de crainte dans la charité, mais la parfaite charité bannit la crainte ; car la crainte cause de la peine ; or celui qui craint, n'est pas accompli dans la charité. Nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier. Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et cependant il hait son frère, il est un menteur ; car comment celui qui n'aime point son frère, qu'il voit, peut-il aimer Dieu, lequel il ne voit point ? Et nous avons ce commandement de sa part, que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère » (1 Jean 4.1-21).

.

Il y a de nombreux esprits de par le monde, mais un seul est Saint. Le discernement s’acquiert par l’étude de l’Écriture Sainte. Ainsi, un esprit contrefait est immédiatement démasqué.

.

« Mes bien-aimés, ne croyez point à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, [pour savoir] s'ils sont de Dieu ; car plusieurs faux prophètes sont venus au monde. ». Jean nous donne ici un très bon conseil, parce que nous sommes ses « bien-aimés ». Il nous avertit de ne pas accepter, sans autre, toutes les paroles spirituelles prononcées par des enseignants (dont beaucoup sont des usurpateurs). Comment éprouver les esprits ? Si l’esprit en question ne peut être confronté positivement à la Parole de Dieu, nous ne pouvons pas le croire. Bien qu’il puisse dériver d’un esprit, il ne s’agit pas de l’Esprit-Saint. Le soi-disant don des langues contemporain est-il confirmé par la Parole de Dieu, ou infirmé ? Il n’est pas possible de le confirmer, car celui qui parle en langues n’a aucune idée de ce que son charabia signifie, car il est exprimé dans un état de stupeur spirituelle. La première occurrence du parler en langues (en langues inconnues) était la conséquence d’un gros péché, à Babel. Dieu a confondu les langues pour en finir avec l’orgueil et l’arrogance des hommes de l’époque. Ceux qui prétendent recevoir des révélations extra-bibliques telles que des recettes pour gagner de l’argent, visiter le ciel ou l’enfer, ou des prophéties à partir desquelles ils écrivent des livres à sensation et à gros bénéfices ne peuvent pas être confirmés par le Saint-Esprit, c’est pourquoi nous ne devons pas les croire, mais les faire taire. Jean ne dit pas qu’il y aura quelques faux prophètes dans le monde, mais beaucoup ! Prenez garde, mes amis.

.

« Connaissez à cette marque l'Esprit de Dieu : Tout esprit qui confesse que Jésus-Christ est venu en chair, est de Dieu. ». Cette affirmation semble mois inclusive qu’elle ne l’est en réalité. Confesser Jésus-Christ et Sa venue dans la chair n’est pas une simple confession. Cela signifie accepter Christ dans Sa manifestation entière en tant que la Parole de Dieu complète. Si nous ne croyons pas que Christ est la Parole de Dieu incarnée, notre connaissance du Seigneur Jésus-Christ n’est pas celle qui peut nous sauver. Nous ne pouvons renier un seul de Ses attributs de Parole incarnée !

.

« Et tout esprit qui ne confesse point que Jésus-Christ est venu en chair, n'est point de Dieu ; or tel est l'esprit de l'Antéchrist, duquel vous avez ouï dire qu'il viendra ; et il est même déjà maintenant au monde. ». Ceux qui assument irrévérencieusement que la Bible elle-même peut être sortie de son contexte, intellectualisée et manipulée comme une parole humaine, ont des soucis avec ce verset, et avec beaucoup d’autres. Ceux qui nient Sa nature à l’aide de stratagèmes tels que des traductions révisionnistes de la Parole, laquelle fut établie et préservée par des hommes prêts à mourir pour cette même Parole, sont des gens qui rechercher un profit d’argent et la gloriole, pour avoir dénaturé cette Parole. Ils siègent dans leurs tours d’ivoire académiques, et ils ridiculisent la foi réformée fondée sur les Bibles de la Réformation. Ces grands esprits sont des pseudo-théologiens du niveau du caniveau, et me font penser à ce poème de William Croswell Doane (1832-1913, premier évêque du diocèse d’Albany, aux USA) : « L’erreur du Prédicateur ».

L’erreur du prédicateur :

Un austère prêtre de paroisse

Grimpa dans une chaire haut-perchée

Pour être plus proche de Dieu,

Afin de faire descendre

La Parole sur Son peuple.

.

Que le soleil monte

Où qu’il descende dans le ciel,

L’homme s’asseyait, dévoilant

Des choses subliminales.

Il lisait toujours

Depuis la Transcendance.

.

Et ici et là

Quand il entendait un craquement

De la vanne du temps qu’il fait,

Il fermait les yeux

Et disait : « C’est une vérité

De Dieu que je reçois maintenant ».

.

Et dans ses notes de prédication,

Il écrivait chaque jour

Ce qu’il croyait lui être envoyé du Ciel,

Et il le faisait retomber

Sur les têtes de ses paroissiens,

Deux fois chaque dimanche.

.

Devenu vieux, Dieu lui dit

« Descends et meurs ! »

Et il s’écria du haut de la chaire

« Où es-tu, Seigneur ? »

Et le Seigneur répondit

« Ici ; en bas, avec Mon peuple ».

.

« Mes petits-enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus ; parce que celui qui est en vous, est plus grand que celui qui est au monde. ». La lutte est de nature rhétorique, car la bataille a déjà été gagnée par Christ, au Calvaire. La plupart des gens du monde ne sont pas au courant de la victoire de Christ sur Satan. Ils croient qu’ils peuvent continuer à pécher impunément, sans qu’il y ait de conséquence. Après la fin de la guerre de Sécession, il y eut une bataille entre les forces de l’Union et des Confédérés, devant la ville de Brownsville, occupée par les Confédérés. La grande bataille avait eu lieu à Ranch Palmito, le 12 mai 1865. Les confédérés ignoraient que leur général Lee avait donné l’ordre de se rendre, et ils ont gagné cette bataille en massacrant les forces de l’Union qui leur étaient envoyées. Ils ne savaient pas qu’ils avaient déjà perdu la guerre, même s’ils en avaient remporté la dernière bataille. La même chose est vraie des fils de Satan.

.

« Ils sont du monde, c'est pourquoi ils parlent du monde, et le monde les écoute. ». Il est impossible à quiconque est né hors de l’Alabama d’être accepté à part entière par les locaux, du moins dans les communes rurales. La même chose est vraie du monde. Si nous sommes nés d’en haut, nous serons toujours des étrangers pour les gens mondains. Ils ne font confiance qu’à eux-mêmes, croyant qu’ils tiennent en main les rênes du pouvoir. Le menteur le plus expert est toujours celui qui arrive au sommet du monde politique – ai-je besoin de le préciser ? – et ceux qui faussent les balances sont ceux qui gagnent le plus d’argent sur les marchés.

.

« Nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu, nous écoute ; [mais] celui qui n'est point de Dieu, ne nous écoute point ; ». Pourquoi ceux qui appartiennent à Dieu nous écoutent-ils ? Parce que nous exposons la volonté de Dieu, aussi bien avec nos lèvres qu’avec notre vie. Ceux qui ne connaissent pas Dieu ne nous écoutent pas car notre discours leur est étranger. Ils ne peuvent pas comprendre les magnifiques perles de mystère qui nous sont dévoilées en Christ. Le monde est une folie.

.

« … nous connaissons à ceci l'esprit de vérité et l'esprit d'erreur. ». Ceux qui sont ennemis de la Parole de Dieu et de ceux qui L’honorent, sont animés par l’esprit d’erreur. « Mes bien-aimés, aimons-nous l'un l'autre ; car la charité est de Dieu ; et quiconque aime [son prochain] est né de Dieu, et connaît Dieu. ». Nous héritons de notre couleur de peau, des yeux et des cheveux, de nos parents. Nous héritons également de la marque de notre Père céleste si nous Lui appartenons. La plus grande caractéristique qui définit Dieu est l’Amour. Il est plus qu’Amour, mais c’est de cet Amour bien à Lui que nous héritons de Lui à notre nouvelle naissance.

.

« Celui qui n'aime point [son prochain], n'a point connu Dieu ; car Dieu est charité. En ceci est manifestée la charité de Dieu envers nous, que Dieu a envoyé son Fils unique au monde, afin que nous vivions par lui. ». Dieu a envoyé Son Fils dans le monde en sachant parfaitement qu’Il serait rejeté et qu’Il aurait à souffrir. « En ceci est la charité, non que nous ayons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés, et qu'il a envoyé son Fils pour être la propitiation pour nos péchés. ». Notez bien ce verset. Il affirme que l’amour est un don de Dieu ; il ne vient pas de nous. Dans notre état naturel, nous détestons Dieu. Mais Il a fait le choix de nous aimer, et ayant reçu le privilège de cet amour, nous y répondons avec ce dont nous étions jusque-là dépourvus : L’Amour de Dieu. L’Amour de Dieu est une source d’eau vive qui s’écoule de nos cœurs, autrefois désertiques.

.

« Mes bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer l'un l'autre. ». Si un étranger s’arrête et nous aide à changer une roue crevée, sur la route enneigée de la vie, ne devrions-nous pas nous arrêter pour aider un enfant dont la bicyclette est endommagée, sur la même route ? Cet étranger (Christ) a manifesté une chose qui nous était inconnue : L’Amour. Il a prouvé cet amour par Son sacrifice. Tout ce que nous avons à faire est de répondre à Son Amour en L’aimant et en aimant Son peuple. Est-ce trop demander, ami ?

.

« Personne n'a jamais vu Dieu ». Y aurait-il une exception, ou est-ce que ce verset dit bien « Personne » ? Mais alors, qu’en est-il de ceux qui ont écrit leur expérience de 90 minutes au Ciel ? Ce sont des menteurs. Ils veulent voler la gloire de Christ, à leur profit. « Car personne n'est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, [savoir] le Fils de l'homme qui est au ciel. » (Jean 3.13). Il y a seulement quelques décennies de cela, ces passages de l’Écriture étaient familiers aux fermiers, aux bûcherons, aux femmes au foyer et aux dirigeants de la nation Qu’a-t-il bien pu arriver pour que nous nous soyons laissés mener dans le large chemin des folles tromperies et de la distraction ?

.

« … si nous nous aimons l'un l'autre, Dieu demeure en nous, et sa charité est accomplie en nous. ». L’Amour verse toujours un taux d’intérêt élevé. L’amour de Dieu, partagé par Son peuple, se multiplie de proche en proche. « A ceci nous connaissons que nous demeurons en lui, et lui en nous, c'est qu'il nous a donné de son Esprit. ». L’expression ‘son Esprit’ se révèle par notre Amour. Nous aurons beau être les meilleurs bienfaiteurs des veuves, des orphelins et des pauvres, mais si nous le faisons pour toute autre raison que l’Amour, alors nous sommes désespérément perdus.

.

« Et nous l'avons vu, et nous témoignons que le Père a envoyé le Fils pour être le sauveur du monde. Quiconque confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. ». Nous avons non seulement le témoignage de Jean, mais aussi celui du Seigneur Lui-même. Sa venue est attestée, même par les historiens athées Comment pourrions-nous l’ignorer ? Si nous confessons Jésus comme le Fils de Dieu, ce ne peut résulter que d’une confession du cœur, faite en public et à haute voix. Une fausse déclaration de foi ne vaut rien du tout !

.

« Et nous avons connu et cru la charité que Dieu a pour nous. Dieu est charité ; et celui qui demeure dans la charité, demeure en Dieu, et Dieu en lui. ». Jean semble incapable d’éviter de se référer fréquemment à Dieu quand il parle de Son Amour. Est-ce parce qu’il a bénéficié d’une grande mesure de l’Amour de Dieu ? Et pourquoi non ? Peut-être est-ce parce que Jean fait preuve de beaucoup d’Amour pour ses frères et sœurs en Christ. Il souligne constamment cet amour par le terme « bien-aimés ». Cet Amour vient de Dieu et il est multiplié en étant répété pour nous.

.

« En ceci est accomplie la charité envers nous, afin que nous ayons de la confiance pour le jour du Jugement, si tel qu'il est, nous sommes tels en ce monde. ». L’Amour se caractérise par la force et le courage spirituels. Une mère donnerait sa vie, sans question, pour son cher enfant. Elle ne le ferait peut-être pas pour un autre, mais certainement pour celui qu’elle aime (Cf. le jugement de Salomon : 1 Rois 3.16-27). Si nous pratiquons un amour parfait, nous n’aurons rien à craindre, au Jour du Jugement dernier. Notre Amour témoignera de Christ, à travers Son amour si généreux.

.

« Il n'y a point de crainte dans la charité, mais la parfaite charité bannit la crainte ; car la crainte cause de la peine ; or celui qui craint, n'est pas accompli dans la charité. ». La femme Syro-Phénicienne et la femme hémorroïsse ne se sont pas laissé gagner par la peur lorsqu’elles ont osé s’approcher de Christ, étant dans un grand besoin – la première pour sa fille, l’autre pour sa propre santé. La peur vous a-t-elle empêché de venir à Christ ?

.

Jean est un excellent professeur. Il enseigne par la répétition constante des points saillants qu’il veut transmettre. « Nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier. ». Oui, petits enfants, une fois de plus, pourquoi aimons-nous Christ ? Parce qu’Il nous a aimés le premier ! Plus une vérité est répétée souvent à nos oreilles, mieux nous la retenons dans notre mémoire.

.

« Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et cependant il hait son frère, il est un menteur ; car comment celui qui n'aime point son frère, qu'il voit, peut-il aimer Dieu, lequel il ne voit point ? ». Nous avons plein d’exemples dans les méga-Églises d’Amérique, où le pasteur et les diacres proclament qu’ils aiment des gens dont ils ne souviennent même pas du nom, et auxquels ils n’ont jamais rendu visite. Nous devons avoir cette disposition divine de nous aimer les uns les autres, si nous prétendons aimer Dieu.

.

« Et nous avons ce commandement de sa part, que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère ». Si on nous demandait de résumer tous les écrits de Jean d’un seul mot, lequel serait-il ? Je crois que ce serait : Amour ! Les écrits de chaque Apôtre sont caractérisés par un angle d’approche essentiel et vital, et celui de jean, je crois, est l’Amour reçu de Christ !