JE SAIS QUE JÉSUS M’AIME

Traduction d’une méditation biblique éditée par le Révérendissime Jerry L. OGLES,

Docteur en Théologie et évêque métropolite de l’Anglican Orthodox Church.

_

Qu’est-ce qu’un cantique traditionnel de l’Église ? Un cantique est un chant spirituel biblique, sur une musique profonde et apaisante. Il est d’abord destiné à louer Dieu et à Le glorifier dans le culte. Non seulement les paroles doivent être en accord avec la Bible, mais la musique elle-même doit exprimer la révérence, l’amour et l’inspiration divine. En un sens, un cantique est une prière orale sur une musique priante. Si nous ne pouvons pas répondre « Amen » à un cantique, c’est qu’il ne convient pas pour le culte.

.

Le style de la musique est-il si important que ça ? Évidemment ! C’est primordial. Il y a vraiment des musiques pieuses et des musiques impies. Si la musique ne suscite pas le respect, mais des émotions plus ou moins immorales, alors elle n’est pas convenable pour illustrer les pieuses paroles d’un cantique.

.

L’Écriture nous conseille sur la valeur et l’importance des cantiques et des Psaumes. Dans les Églises anciennes, les seuls cantiques chantés étaient les Psaumes ; cependant, nous avons aujourd’hui une multitude de magnifiques cantiques qui ont acquis une valeur propre de témoignage, avec le temps. En chantant les bons vieux cantiques classiques de l’Église, nous apprenons par cœur de nombreux passages bibliques, et la claire doctrine de l’Église. Aujourd’hui malheureusement, de nombreuses Églises ont laissé tomber les pieux cantiques d’antan, au profit de paroles légères et triviales, du niveau du jardin d’enfants ; elles suivent la décadence générale de notre société contemporaine.

.

Les cantiques de Moïse, David et Salomon nous rappellent l’importance des chants joyeux pour remercier et louer Dieu pour Son œuvre merveilleuse en nous. Parce que nous sommes devenus de nouvelles créatures en Christ Jésus, nos cantiques devraient exprimer la fête et la joie de cette nouvelle naissance. « Et il a mis en ma bouche un nouveau Cantique, qui est la louange de notre Dieu. Plusieurs verront cela, et ils craindront, et se confieront en l'Éternel » (Psaume 40.3).

.

Il y a également des cantiques tristes, qui rappellent les jugements de Dieu sur un peuple rebelle, quand Jérusalem est tombée sous les armées de Nebucanetsar et que ses habitants furent déportés à Babylone, en captivité. « Nous nous sommes assis auprès des fleuves de Babylone, et nous y avons pleuré, nous souvenant de Sion. Nous avons pendu nos harpes aux saules, au milieu d'elle. Quand ceux qui nous avaient emmenés prisonniers, nous ont demandé des paroles de Cantique, et de les réjouir de nos harpes que nous avions pendues, [en nous disant] : Chantez-nous quelque chose des cantiques de Sion » (Psaume 137.1-3). Hélas, l’Amérique pourrait bien chanter la même chanson, si la repentance nationale n’arrive pas très bientôt.

.

La dernière chose que Christ a faite, juste après la Dernière Cène fut de chanter le Psaume prescrit, avant de tomber à genoux à Getsémané, angoissé par la perspective du cruel lendemain. « Et quand ils eurent chanté le cantique, ils s'en allèrent à la montagne des oliviers » (Marc 14.26).

On nous conseille de chanter des cantiques et des hymnes spirituelles, « Vous entretenant par des Psaumes, des cantiques et des chansons spirituelles ; chantant et psalmodiant de votre cœur au Seigneur. Rendant toujours grâces pour toutes choses au Nom de notre Seigneur Jésus-Christ [à notre] Dieu, et Père. » (Éphésiens 5.19-20). Vous avez pu noter que les cantiques et Psaumes font partie du vocabulaire des Chrétiens : « Que la parole de Christ habite en vous abondamment en toute sagesse, vous enseignant et vous exhortant l'un l'autre par des Psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels, avec grâce, chantant de votre cœur au Seigneur » (Colossiens 3.16). Vous pourriez demander : « Quel problème y a-t-il à mêler des chansons populaires, paroles et musique, avec des cantiques sérieux ? ». Si nous faisons toutes choses pour la gloire de Dieu, il n’y a pas de place, spécialement dans la louange, pour des paroles et des mélodies légères et triviales. « Et quelque chose que vous fassiez, soit par parole ou par œuvre, faites tout au Nom du Seigneur Jésus, rendant grâces par lui à [notre] Dieu et Père » (Colossiens 3.17). Rappelez-vous que dans la louange, nous entrons dans la présence même du Seigneur. Si Dieu a ordonné à Moïse d’ôter ses sandales devant le Buisson Ardent parce que le sol en était saint, combien plus devons-nous maintenir une attitude de révérence, de respect et de crainte admirative devant Dieu, dans Sa maison de prière !

.

« Mais Jésus les ayant fait venir à lui, dit : Laissez venir à moi les petits-enfants, et ne les en empêchez point ; car le Royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent » (Luc 18.16). « Après les avoir donc pris entre ses bras, il les bénit, en posant les mains sur eux. » (Marc 10.16).

Nous sommes souvent portés à croire que certains cantiques sont pour les enfants, et d’autres pour les grandes personnes, mais je crois que ce petit cantique tout simple est parfait pour tous les âges : Les très jeunes et les très vieux. Sa candeur le recommande pour être utilisé dans le champ missionnaire. Ne devrions-nous pas, en tant qu’enfants de Dieu, être comme de petits enfants, par l’innocence des cantiques aussi bien que dans notre vie de foi ? Non seulement ce cantique fut conçu par un cœur innocent et pieux, mais il a mérité un témoignage durable depuis le moment de sa composition, parmi les jeunes et les vieux.

.

Il y a plusieurs années de cela, une Église à l’ancienne d’Atlanta procédait à l’évaluation de son Pasteur. Tous les anciens pasteurs de cette Église étaient invités à y assister. Le plus âgé d’entre eux était un vieux pasteur de 90 ans, qui avait été à la tête de cette Église dans sa jeunesse, la menant paître dans de verts pâturages, le long d’une rivière tranquille. On lui a demandé de dire quelques mots exprimant ce qui l’a le plus soutenu pendant ses longues années de ministère. Lentement, il s’est levé, et s’est avancé en boitant vers la chaire. Il dit : « Voici les paroles qui m’ont apporté le plus de réconfort en tant que Chrétien et en tant que Pasteur, toute ma vie depuis mon enfance » ; et il s’est alors mis à chanter d’une voix faible mais bien assurée « Je sais que Jésus m’aime ». Sur ce, il retourna à sa place. Dans un certain sens, pouvons-nous trouver une vérité plus grande que celle qui émane des premières lignes de ce cantique ? Et vous la connaissez depuis qu’on vous a dit qu’Il vous aime, selon la Bible.

.

La grande dame qui a composé ce cantique était Anna B. Warner. Elle l’a écrit à l’époque où elle faisait le catéchisme en différents lieux, et entre autres à l’Académie Militaire de West Point, en 1860. Sa sœur Susan et elle vivaient sur une île du fleuve Hudson, en face de l’Académie Militaire. Chaque dimanche, elles ramaient depuis leur propriété sur l’île de la Constitution (qu’elles ont offerte plus tard à l’Académie Militaire), afin d’enseigner la Bible aux jeunes recrues. Ce cantique a vraisemblablement été chanté pour la première fois à West Point. Parmi les nombreux grands soldats patriotes qui sont enterrés dans le cimetière militaire de West point, il y a deux remarquables dames catéchistes : Anna et Susan Warner.

.

JE SAIS QUE JÉSUS M’AIME

Je sais que Jésus m’aime

Car la Bible me le dit ;

Les petits Lui appartiennent ;

S’ils sont faibles, Lui est fort.

Refrain 1 :

Oui Jésus m’aime,

Oui Jésus m’aime,

Oui Jésus m’aime,

Car la Bible me le dit.

Jésus, prends mon cœur ;

Rends-le pur et saint car il est tien.

Tu as saigné et tu es mort pour moi ;

Je virai donc dorénavant pour toi.

Refrain 2 :

Oui, j’aime Jésus.

Oui, j’aime Jésus.

Oui, j’aime Jésus.

Je le Lui dis dans la prière.

Je sais que Jésus m’aime,

Car Il a aimé, il y a si longtemps,

Prenant des enfants sur Ses genoux,

En disant « Laissez-les venir à Moi ».

Refrain 1

Jésus m’aime encore aujourd’hui,

Marchant avec moi sur le chemin,

Voulant donner, en ami,

La lumière et l’amour à tous les vivants.

Refrain 2

Jésus m’aime ! Il est mort

Pour ouvrir en grand les portes du ciel ;

Il lavera mon péché,

Que Ses enfants y entrent !

Refrain 1

Jésus m’aime ! Il restera

Près de moi tout au long du chemin ;

Tu as versé ton sang et tu es mort pour moi,

Je vivrai donc dorénavant pour Toi.

Refrain 2

.

« J'aime ceux qui m'aiment ; et ceux qui me cherchent soigneusement, me trouveront » (Proverbes 8.17). C’est vraiment simple, n’est-ce pas ?