NOTRE EAU

SERMON pour le dimanche de la Pentecôte

Traduction d'une méditation biblique éditée par le Très Révérend Jerry L. Ogles,

Docteur en Théologie et Évêque Métropolite de l'Anglican Orthodox Church.

_

« La femme lui dit : Seigneur, je vois que tu es un Prophète. Nos pères ont adoré sur cette montagne-là, et vous dites qu'à Jérusalem est le lieu où il faut adorer. Jésus lui dit : femme, crois-moi, l'heure vient que vous n'adorerez le Père, ni sur cette montagne, ni à Jérusalem. Vous adorez ce que vous ne connaissez point ; nous adorons ce que nous connaissons ; car le salut vient des Juifs. Mais l'heure vient, et elle est maintenant, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car aussi le Père en demande de tels qui l'adorent. Dieu est esprit ; et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité. La femme lui répondit : Je sais que le Messie, c'est-à-dire le Christ, doit venir ; quand donc il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus lui dit : C'est moi-même, qui parle avec toi. Sur cela ses Disciples vinrent, et ils s'étonnèrent de ce qu'il parlait avec une femme ; toutefois nul ne dit : Que demandes-tu ? Ou bien : Pourquoi parles-tu avec elle ? La femme donc laissa sa cruche, et s'en alla à la ville, et elle dit aux habitants : Venez, voyez un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait, celui-ci n'est-il point le Christ ? Ils sortirent donc de la ville, et vinrent vers lui. Cependant les Disciples le priaient, disant : Maître, mange. Mais il leur dit : J'ai à manger d'une viande que vous ne savez point. Sur quoi les Disciples disaient entre eux : Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger ? Jésus leur dit : Ma viande est que je fasse la volonté de celui qui m'a envoyé, et que j'accomplisse son œuvre. Ne dites-vous pas qu'il y a encore quatre mois, et la moisson viendra ? Voici, je vous dis, levez vos yeux, et regardez les campagnes, car elles sont déjà blanches pour moissonner. Or celui qui moissonne reçoit le salaire, et assemble le fruit en vie éternelle ; afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble. Or ce que l'on dit d'ordinaire, que l'un sème, et l'autre moissonne, est vrai en ceci, [que] je vous ai envoyés moissonner ce en quoi vous n'avez point travaillé ; d'autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail. » (Jean 4.19-38).

.

J’ai prêché si souvent à partir de ce texte qu’il peut sembler redondant pour beaucoup, mais beaucoup d’autres, je peux vous l’assurer, ne se souviendront en rien des présentations précédentes.

.

La partie la plus importante du texte d’aujourd’hui est dans un contexte complet ; j’ai donc ajouté aux versets d’introduction pour plus de précisions. Le Pain et l’Eau du Seigneur proviennent d’une Fontaine beaucoup plus exaltante que nos puits et nos tables terrestres. Plus tôt dans ce passage de Jean 4, le Seigneur a demandé à la femme de lui donner de l’eau. Cela n’avait pas seulement pour but d’établir un rapport amical, mais d’introduire une alliance en douceur. Dans la coutume de l’Orient, pour bénéficier de la part de l’ennemi de la courtoisie d’une boisson, le bénéficiaire ne peut être traité autrement que comme un invité d’honneur.

.

Parfois, je veux revisiter ce vieux puits de ma grand-mère à Dawnville, en Géorgie (USA), pour goûter à cette eau rafraîchissante et fraîche. Ce n’est pas simplement l’eau que je désire, mais les jours plus simples et plus innocents qui existaient alors dans ce pays. Je ne suis pas le seul à avoir ce sentiment. Nous voyons que David a vécu la même chose : « David était alors dans la forteresse, et la garnison des Philistins était en ce même temps-là à Bethléhem. Et David fit ce souhait, et dit : Qui est-ce qui me ferait boire de l'eau du puits qui est à la porte de Bethléhem ? Alors ces trois vaillants hommes passèrent au travers du camp des Philistins, et puisèrent de l'eau du puits qui est à la porte de Bethléhem, et l'ayant apportée, ils la présentèrent à David, lequel n'en voulut point boire, mais il la répandit en présence de l'Éternel. Car il dit : Qu'il ne m'arrive jamais, ô Éternel ! De faire une telle chose. N'est-ce pas là le sang de ces hommes qui ont fait ce voyage au péril de leur vie ? Il n'en voulut donc point boire. Ces trois vaillants [hommes] firent cette action-là. » (2 Samuel 23.14-17).

.

Dans notre texte évangélique d’aujourd’hui, nous trouvons notre Seigneur Jésus-Christ se reposant près d’un tel puits d’eau, ce qui est encore commun au Moyen-Orient. Chaque village a un puits à l’extérieur de la porte où les femmes se rassemblent au coucher du soleil pour puiser de l’eau, soit avec un seau descendu dans le puits, soit par une tranchée descendant jusqu’à un ruisseau à ciel ouvert, qui a été creusé pour elles. J’ai vu plus d’une fois ces femmes se promener autour de ces puits avec des discours animés (et très probablement, des commérages).

.

Dans le prélude au texte d’aujourd’hui, nous constatons que ce n’est pas un hasard si notre Seigneur a rencontré cette femme de moins bonne réputation au puits de Jacob. En fait, il avait été décidé dans l’éternité passée qu’Il aurait cette rencontre en Samarie : « Or il fallait qu'il traversât par la Samarie. Il vint donc en une ville de Samarie, nommée Sychar, qui est près de la possession que Jacob donna à Joseph son fils » (Jean 4.4-5) Le Seigneur avait une raison de faire ce voyage fatigant à travers le rude pays de Samarie, et cette raison était cette femme au puits, et les nombreux villageois qui sont venus à croire en Lui par son témoignage et leur propre témoignage personnel de Son enseignement. Il cherche des diamants parmi les pierres brutes du monde. Le grand professeur et auteur chrétien, le Dr James Stalker, d’Écosse, illustre comme il se doit la femme qui a rencontré notre Seigneur au Puits ce jour-là, dans Imago Christi : Découverte des mines de diamants africaines. « J’ai entendu dire que l’un des champs de diamants d’Afrique du Sud a été découvert de cette façon. Un jour, un voyageur pénétra dans la vallée et s’approcha de la porte d’un habitant, devant laquelle un garçon s’amusait à lancer des pierres. Une de ces pierres tomba aux pieds de l’étranger, qui la ramassa, et il était en train de la retourner en riant, quand quelque chose comme un éclair en sortit, qui arrêta sa main et fit battre son cœur rapidement. C’était un diamant. L’enfant jouait avec comme si c’était une pierre ordinaire ; le pied du paysan l’avait repoussée ; la roue du chariot l’avait écrasée, jusqu’à ce que l’homme qui savait l’examine et reconnaisse sa valeur ». Cette histoire me revient souvent à l’esprit quand je pense à l’âme. N’était-ce pas le même traitement négligent que l’âme recevait quand Jésus est arrivé dans le monde et a découvert cette âme... En chaque enfant d’Adam qu’Il appelait, Il percevait le diamant. Les haillons du mendiant ne pouvaient pas le cacher à Ses yeux, ni la peau noire du sauvage, ni même les crimes du malfaiteur.

.

Il y a plusieurs points spirituellement significatifs à relever de ce passage de l’Évangile. Le premier est la demande que le Seigneur a faite à la femme : « Donne-moi à boire. ». La femme a été étonnée de cette demande d’un étranger des Juifs. Pourquoi ? Parce que les Juifs considéraient les Samaritains comme une race déchue de gens impurs. Aucun Juif qui se respecte n’aurait bu d’une eau que les Samaritains buvaient. Il y a autre chose d’important dans la demande d’eau de notre Seigneur : Il n’avait pas besoin de demander une telle faveur car Il aurait pu faire exister l’eau comme le vin à Cana en Galilée ; mais le Seigneur sait que nous apprenons par tous nos sens. L’apprentissage par l’expérience peut souvent l’emporter sur ce qui vient uniquement par l’ouïe. Il nous donne un coup de main pour servir, et il ne juge pas nos personnes par la race ou la réputation. Sa mission est de changer les âmes, de perdues à trouvées, autant que de changer l’eau en vin.

.

Il y a plusieurs vérités étonnantes que le Seigneur a enseignées à la femme lors de la brève rencontre au Puits.

1. Qu’Il était le Messie promis ; « Je suis Celui qui te parle. »

2. Qu’Il était Lui-même Dieu : En révélant à la Samaritaine les secrets cachés de sa conscience, Il a manifesté Son omniscience.

3. Qu’Il est plein de grâce et de vérité : L’eau vive que Jésus donne est Sa doctrine et Sa grâce divine – pas l’eau qui se trouve à 27 mètres sous terre dans ce puits, à Sychar. Sa doctrine et Sa grâce donnent la vie surnaturelle et éternelle à l’âme qui, sans cette grâce, est morte et dans un état de péché mortel. L’âme humaine a soif de vérité et de bonheur, et notre Seigneur satisfait cette soif par Sa doctrine et Sa grâce.

4. Que Son amour abonde pour les pécheurs : Malgré Ses voyages exténuants, il a pris le temps de S’attarder près du puits de Jacob pour sauver l’âme d’une femme pour qui même son propre peuple avait peu d’égards.

5. Que l’acceptation par le Seigneur d’un seul pécheur peut conduire au salut de multitudes.

6. Que le monde est surpris de notre amour et de notre sollicitude pour l’homme déchu : « Sur cela ses Disciples vinrent, et ils s'étonnèrent de ce qu'il parlait avec une femme ; toutefois nul ne dit : Que demandes-tu ? Ou bien : Pourquoi parles-tu avec elle ? » (Jean 4.27) Elle n’était pas, dans l’esprit des disciples, une femme digne de la compagnie du Maître. Ils ne se rendaient pas compte qu’eux non plus, ni personne d’autre.

.

Les disciples ont convaincu le Seigneur de manger, mais il les a surpris encore une fois : « J'ai à manger d'une viande que vous ne savez point. » La sagesse de Dieu n’a pas de sens pour le monde. Nous pouvons rarement comprendre la beauté qui transcende les lois et les principes divins du Ciel. Vous souvenez-vous quand vous étiez très jeune que vous étiez tellement absorbé par les jeux, dehors avec vos amis, que vous avez littéralement oublié de manger ? Maman venait à la porte plus d’une fois et vous appelait à la table du souper – et à chaque appel, sa voix devenait plus emphatique. Quelle était cette viande que le Seigneur devait manger et que les disciples ne connaissaient pas ? C’était cette joie du Berger qui cherche Ses brebis perdues (c’était la Sienne même si elle était perdue) et qui revient en se réjouissant. C’était le pain du Seigneur sur lequel Son âme et Son Esprit ont prospéré !

.

Les pauvres disciples étaient déconcertés par ses paroles. « Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger ? », se demandèrent-ils. « Ma viande est que je fasse la volonté de celui qui m'a envoyé, et que j'accomplisse son œuvre. Ne dites-vous pas qu'il y a encore quatre mois, et la moisson viendra ? Voici, je vous dis, levez vos yeux, et regardez les campagnes, car elles sont déjà blanches pour moissonner ». Ma femme m’appelle souvent en fin d’après-midi pour me demander de rentrer à la maison pour le dîner ; cependant, je suis peut-être en train d’écrire quelque chose que j’apprécie plus que mon dîner concernant la véracité d’une vérité biblique. Je ne veux pas perdre la joie du moment, jusqu’à ce que j’aie fini ce que je suis en train d’écrire. Cela ne se rapproche pas du pain dont notre Seigneur parlait ; mais c’est aussi proche que ce qu’un mortel peut parvenir à comprendre.

.

Nous pensons aux récoltes à venir à chaque saison. Bien sûr, il doit y avoir des travaux de bêchage de la terre, des plantations, des désherbages, des arrosages, etc. ; cependant, chaque saison avec Dieu est la saison des récoltes. Les épis de blé chargés de fruits sont à jamais blancs et penchés pour la moisson. Le travail de la moissonneuse n’est jamais terminé tant que le temps de semence et la récolte n’est pas fini. Paul nous conseille : « Je te somme devant Dieu, et devant le Seigneur Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, en son apparition et en son règne. Prêche la parole, insiste dans toutes les occasions ; reprends, censure, exhorte avec toute douceur d'esprit, et avec doctrine. Car le temps viendra auquel ils ne souffriront point la saine doctrine, mais aimant qu'on leur chatouille les oreilles, [par des discours agréables] ils chercheront des Docteurs qui répondent à leurs désirs. Et ils détourneront leurs oreilles de la vérité, et se tourneront aux fables » (2 Timothée 4.1-4).

.

Je suis quelque peu surpris par le conseil de Paul ci-dessus, car il semble que nous soyons déjà arrivés à ce jour où l’Église elle-même ne respecte plus la saine doctrine, où l’on cherche des instructeurs et des prédicateurs qui satisfassent les oreilles qui les démangent de beaucoup de Chrétiens avec un Évangile « différent et mondain ». Peut-être que oui, mais pas tant qu’il restera des milliers de fidèles au Seigneur dans le pays. Nous pourrions nous conduire aussi courageusement que les artilleurs navals à bord du cuirassé Bismarck dont l’équipage a continué à tirer au canon dans le ciel alors que ce grand navire commençait à sombrer dans les eaux froides de l’Atlantique Nord.

.

À quelle saison de votre marche chrétienne êtes-vous, mon ami ? Vous remarquerez que, bien que Christ se reposait à côté du Puits, Son cœur était actif pour atteindre le cœur de la femme afin de Se révéler à elle ; et il y a dans chaque saison un moment pour récolter et se rafraîchir, ou peut-être un temps de partage pendant que nous nous reposons au bord du Puits de l’Eau Vive : La Parole de Dieu.