Prier seul

Prier seul

« Mais toi, quand tu pries, entre dans ton cabinet, et ayant fermé ta porte, prie ton Père, qui [te voit] dans ce lieu secret ; et ton Père qui te voit dans ce lieu secret, te récompensera publiquement » (Matthieu 6/6).

Que voulait dire notre Seigneur quand il fit la déclaration ci-dessus en Matthieu ? Voulait-il dire que les prières faites ailleurs et à d’autres moments n’étaient pas valides ? Pas du tout ! Il y a deux sortes de prières – privées et communautaires. Notre Seigneur, dans Sa Parole et par Ses Œuvres, nous enseigne les deux. Quand il priait, Il s’isolait souvent sur la hauteur d’une montagne, ou dans un jardin solitaire, pour se décharger de son fardeau auprès de son Père du Ciel. Avant de prendre des décisions importantes et graves, Il priait longtemps des prières privées : « Or il arriva en ces jours-là, qu'il s'en alla sur une montagne pour prier, et qu'il passa toute la nuit à prier Dieu. » (Luc 6/12). Cette session de prière montagnarde se passait avant de nommer les douze apôtres au matin. Dans ce cas, la réclusion sur la montagne équivaut à l’intimité d’un cabinet secret. En escaladant plus près du sommet de la montagne, le monde d’en bas s’évanouit et le regard ne saisit plus que le Ciel. Notre attention peut alors être plus clairement fixée sur les choses qui ne sont pas de ce monde.

Mais est-ce que toutes les prières doivent être faites dans le secret d’un cabinet ou dans un lieu isolé ? Quelle est la prière la plus courte de la Bible ? Est-ce que toutes les prières sont privées ? Nous avons les exemples des deux prières les plus courtes de la Bible, qui reflètent ce qu’est une prière à la fois personnelle et générale (communautaire). La première fut prononcée par les disciples, de façon générale : « Et ses Disciples vinrent, et l'éveillèrent, en lui disant : Seigneur, sauve-nous, nous périssons ! » (Matthieu 8/25). La prière était « Seigneur, sauve NOUS ! ». La prière la plus personnelle fut arrachée à Pierre par la peur et le désespoir, alors qu’il avait commencé à s’enfoncer dans les eaux agitées de la mer de Galilée : « Et il lui dit : viens. Et Pierre étant descendu de la nacelle marcha sur les eaux pour aller à Jésus. 30 Mais voyant que le vent était fort, il eut peur ; et comme il commençait à s'enfoncer, il s'écria, en disant : Seigneur ! Sauve-moi. » (Matthieu 14/29-30). La première illustre ce qu’est une prière commune, la seconde est une prière privée personnelle.

Juste après notre texte cité en tête, notre Seigneur expose quelques caractéristiques supplémentaires de la prière (incluant un modèle de prière communautaire). « Or quand vous priez, n'usez point de vaines redites, comme font les Païens ; car ils s'imaginent d'être exaucés en parlant beaucoup. 8 Ne leur ressemblez donc point; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. » (Matthieu 6/7-8). Le point saillant de la caractérisation suivante de la prière par notre Seigneur est le principe de sincérité et l’absence de démonstration orgueilleuse et publique, comme Il a fortement admonesté les Pharisiens pour leurs longues prières publiques pour se faire voir des hommes : « Malheur à vous, Scribes et Pharisiens hypocrites ; car vous dévorez les maisons des veuves, même sous le prétexte de faire de longues prières, c'est pourquoi vous en recevrez une plus grande condamnation » (Matthieu 23/14). En vain chercherez-vous ce verset avec son contexte dans les versions corrompues de la Bible et les surprenantes tromperies des fausses traductions. Peut-être que La Bible est trop en contradiction avec la théologie moderne des Évangiles « Nomme et proclame », ou est-ce par la crainte du clergé que des hommes puissent interpréter leur propre avarice (de clercs) comme un gain répugnant, ce qui pourrait ressortir de ce verset précis.

Notre Seigneur continue alors en illustrant la parfaite prière commune – le Notre Père ! Elle commence avec « Notre Père » – pas mon Père, ni votre Père, mais notre Père. Cette prière peut être dite pendant le culte en étant pertinente pour chaque membre de la congrégation. Elle ne demande rien sinon que le royaume de Dieu arrive, que la volonté de Dieu soit faite sur la terre et dans le Ciel, que nous ayons notre pain quotidien, que nos péchés soient pardon-nés, et que nous soyons délivrés du mal. Notez, s’il vous plaît, l’absence d’avarice dans cette prière, et son applicabilité à chacun de nous qui croyons. Quelle pensée rafraîchissante que toutes nos prières stipulent que Sa volonté, pas la nôtre, soit faite – car Sa volonté est toujours parfaite et en accord avec les besoins de notre âme.

Ce chapitre se limite à ce seul but. Des hommes de stature bien plus élevée et plus spirituels ont écrit des ouvrages exhaustifs sur la prière pouvant nourrir l’âme de ceux qui cherchent à comprendre plus précisément et plus profondément ce qu’est la prière. Des hommes tels que E. M. Bounds , par exemple. Mais il faut nous souvenir des principes de la géométrie si nous faisons des projets de navigation, tout comme nous avons besoin de nous rappeler la Parole de Dieu sur la prière quand nous en ressentons le vif besoin dans notre cœur. Mais permettez-moi de dire que personne, en dehors du Seigneur, ne peut nous enseigner à prier. La prière n’est pas un sujet séparé et isolé de la simple la Parole de Dieu, mais elle en inclut plutôt toutes les facettes. Nul père ou mère n’a besoin d’enseigner à un bébé quand demander à manger. Il crie quand il a faim, et le lait nourrissant arrive. La même chose est vraie de la prière. Plus la prière est simple, directe et ressentie, plus les oreilles du Seigneur s’ouvrent grand pour l’écouter. Vous pourriez dire « Mais Dieu écoute toutes les prières ». Non, Il ne choisit pas de les entendre toutes : « Si j'eusse médité quelque outrage dans mon cœur, le Seigneur ne m'eût point écouté. » (Psaume 66/18).

Dieu ne répond pas toujours à nos prières selon ce que nous demandons. Pourquoi non ? « Vous demandez, et vous ne recevez point ; parce que vous demandez mal, [et] afin de l'employer dans vos voluptés » (Jacques 4/3). Nous demandons souvent des choses que nous désirons au lieu de ce qui édifie. Je note ci-après quelques caractéristiques supplémentaires de la vie de prière des saints de Dieu.

Pourquoi prier ?

Parce qu’on s’attend à une réponse à la prière – une réponse que souvent l’orant n’écoute pas. Nos exprimons parfois nos désirs comme si nous étions devant le Génie de la lampe d’Aladin, attendant que le Génie accomplisse notre vœu. Telle n’est pas la nature d’une vraie prière pieuse, et Dieu est souverain : il n’est jamais obligé de nous accorder nos demandes de richesses et d’autres choses matérielles. La prière est « effective » pour le croyant sincère « car la prière du juste faite avec véhémence est de grande efficace. » (Jacques 5/6).

Nous prions pour être épargnés de la tentation « Veillez, et priez que vous n'entriez point en tentation : car l'esprit est prompt, mais la chair est faible » (Matthieu 26/41).

Nous prions parce que nous y sommes obligés : « Il leur pro-posa aussi une parabole, [pour faire voir] qu'il faut toujours prier, et ne se lasser point » (Luc 18/1). Comment est-il possible de prier tout le temps ? Nous prions sans cesse en faisant de notre vie une prière agréable à Dieu, par le témoignage que nous vivons jour après jour.

Quand prier ?

Lorsque nos sommes confrontés à des décisions graves : « Or il arriva en ces jours-là, qu'il s'en alla sur une montagne pour prier, et qu'il passa toute la nuit à prier Dieu. 13 Et quand le jour fut venu, il appela ses Disciples ; et en élut douze, lesquels il nomma aussi Apôtres » (Luc 6/12-13). Nous prions aussi dans les moments de danger comme Pierre le fit quand il s’enfonçait dans la mer. Le trou d’homme d’un combat mortel fait de tout homme un chrétien !

Nous devrions mettre un point d’honneur à prier pendant les trois points cardinaux du jour. Si nous prions à l’occasion des repas, ce serait au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner (le souper pour nos amis belges et suisses). « Moi je crierai à Dieu, et l'Éternel me délivrera » (Psaume 55/17). Nous devrions aussi rechercher la face du Seigneur tôt le matin : « ô Dieu ! Tu es mon [Dieu] Fort, je te cherche au point du jour... » (Psaume 63/1).

Nous prions continuellement. L’attitude de prière continuelle dépend d’une reconnaissance continuelle et d’une bonne conscience de la volonté de Dieu pour notre vie. « Soyez joyeux dans l'espérance ; patients dans la tribulation ; persévérants dans l'oraison » (Romains 12/12). Notez que la patience et la joie accompagnent une attitude de prière continuelle envers Dieu.

Priez sans cesse ! « Soyez toujours joyeux. 17 Priez sans cesse. 18 Rendez grâces pour toutes choses, car c'est la volonté de Dieu par Jésus-Christ » (1 Thessaloniciens 5/16-18). C’est la phrase « pour toutes choses » sur laquelle beaucoup trébuchent. Ils préfèrent re-mercier Dieu seulement pour les avantages qui coïncident avec la volonté de ce lui qui prie.

Priez aussi bien dans les moments d’affliction que de joie. « Y a-t-il quelqu'un parmi vous qui souffre ? Qu'il prie. Y en a-t-il quel-qu'un qui ait l'esprit content ? Qu'il psalmodie » (Jacques 5/13). Même la tristesse peut être changée en joie si on recourt au chant de cantiques qui, soit dit en passant, est une prière musicale. Sommes-nous sérieux quand nous chantons « Rocher des âges, fendu pour moi » ?

Priez quand vous avez fauté à l’égard de quelqu’un d’autre par mégarde. « Confessez vos fautes l'un à l'autre, et priez l'un pour l'autre ; afin que vous soyez guéris » (Jacques 5/16). Si le problème est toujours de la faute de l’autre, vous avez intérêt à prier spéciale-ment pour vous-même !

Comment prier ?

Nous prions en Esprit, mais nous ne pouvons pas prier dans l’Esprit si nous sommes obsédés par le mauvais esprit. « Priant en [votre] esprit par toutes sortes de prières et de supplications en tout temps, veillant à cela avec une entière persévérance, et priant pour tous les Saints » (Éphésiens 6/18) ; « Mais vous, mes bien-aimés, vous appuyant vous-mêmes sur votre très-sainte foi, et priant par le Saint-Esprit » (Jude 20).

Nous œuvrons dans la prière en nous remémorant tous ceux pour qui nous prions, et pour des besoins spécifiques. « Épaphras, qui est des vôtres, Serviteur de Christ, vous salue, combattant toujours pour vous par ses prières, afin que vous demeuriez parfaits et accomplis en toute la volonté de Dieu » (Colossiens 4/12). Il y a des moments où le besoin de prière pour les autres est grand et urgent, cependant, beaucoup d’inconséquents pensent que nos devoirs mondains actuels sont plus importants.

Il est important de prier avec notre intelligence, sauf si nous prions pour obtenir l’intelligence. « Je prierai d'esprit, mais je prie-rai aussi d'une manière à être entendu ; je chanterai d'esprit, mais je chanterai aussi d'une manière à être entendu » (1 Corinthiens 14/15), pas dans une feinte ‘langue inconnue’, mais avec notre intelligence !

Nous devons prier avec foi, avec des mains pures – sans douter que le résultat en sera la volonté du Seigneur, même si elle s’oppose à la nôtre. « Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, levant leurs mains pures, sans colère, et sans dispute » (1 Timothée 2/8), pas en tergiversant dans la foi : « Mais qu'il la demande avec foi, ne doutant nullement ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité du vent, et jeté çà et là » (Jacques 1/6).

Pour quoi prier ?

La réponse à cette question peut être résumée par ce verset : « Père, si tu voulais transporter cette coupe loin de moi ; toutefois que ma volonté ne soit point faite, mais la tienne » (Luc 22/42).

- Pour que des ouvriers soient envoyés dans la vigne du Seigneur « la moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. 38 Priez donc le Seigneur de la moisson, qu'il envoie des ouvriers en sa mois-son » (Matthieu 9/37-38). Et nous prions pour tous les hommes. « J'exhorte donc qu'avant toutes choses on fasse des requêtes, des prières, des supplications, et des actions de grâces pour tous les hommes ; 2 pour les Rois, et pour tous ceux qui sont constitués en dignité, afin que nous puissions mener une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté » (1 Timothée 2/1-2). Quelque dégoût que je ressente à prier pour le 44ème Président , j’étais obligé de le faire – pas pour ses manières tordues – mais pour le salut de son âme comme pour celle de Paul sur la route de Damas.

Peut-être que l’aspect le plus important de la prière est de prier pour avoir l’intelligence de comprendre la volonté de Dieu car, avec l’intelligence, et l’intelligence de s’y conformer, nous serons toujours en terrain ferme avec le Seigneur ; « C'est pourquoi depuis le jour que nous avons appris ces choses, nous ne cessons point de prier pour vous, et de demander [à Dieu] que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle ; 10 afin que vous vous conduisiez dignement comme il est séant selon le Seigneur, pour lui plaire à tous égards, fructifiant en toute bonne œuvre, et croissant en la connaissance de Dieu. 11 Étant fortifiés en toute force selon la puissance de sa gloire, en toute patience, et tranquillité d'esprit, avec joie. » (Colossiens 1/9-11).

Voici le 11ème Commandement qui comble la faille concernant la prière : « Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses présentez vos demandes à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces » (Philippiens 4/6). Le terme « inquiétez » employé ici ne signifie pas faire attention, mais de ne pas se laisser dominer par le soin des choses temporelles de la vie. L’éternité dure bien plus longtemps que votre vaporeux moment d’existence sur cette planète. Nous demandons ce qui nous manque avec reconnaissance, si nous prions dans la volonté de Dieu pour ces choses car il est certain que Dieu nous donnera toujours ce qui correspond à Sa volonté pour nous.

Je me rends compte que j’ai plagié la sainte Parole de Dieu à grande échelle dans ce livre ; cependant, la Parole de Dieu n’est pas protégée par des droits d’auteur et vous pouvez être en être assuré : J’ai la permission de l’Auteur.

0